" Nous avons pris deux grosses claques. Je suis désolé mais je n'ai jamais commencé un nouveau boulot du bon pied. Les joueurs ont été appliqués mais en cette période de préparation de Serie A, certains d'entre eux ne parviennent à donner plus ". C'est par ces mots que MarcelloLippi, le nouveau sélectionneur de l'Italie, a tenu à dédramatiser la défaite subie à Reykjavik face à l'Islande (2-0 : Gudjohnsen à la 17e et Einarsson à la 19e). Sur le terrain, la Squadra s'est révélée irregardable. Gianluigi Buffon et Alessandro Nesta ont été méconnaissables, Marco Materazzi au libéro s'est révélé une véritable catastrophe, ...

" Nous avons pris deux grosses claques. Je suis désolé mais je n'ai jamais commencé un nouveau boulot du bon pied. Les joueurs ont été appliqués mais en cette période de préparation de Serie A, certains d'entre eux ne parviennent à donner plus ". C'est par ces mots que MarcelloLippi, le nouveau sélectionneur de l'Italie, a tenu à dédramatiser la défaite subie à Reykjavik face à l'Islande (2-0 : Gudjohnsen à la 17e et Einarsson à la 19e). Sur le terrain, la Squadra s'est révélée irregardable. Gianluigi Buffon et Alessandro Nesta ont été méconnaissables, Marco Materazzi au libéro s'est révélé une véritable catastrophe, Stefano Fiore a loupé une occasion immanquable,... Bref, un seul joueur à été épargné par la critique : Gianluca Zambrotta, l'arrière gauche ayant d'ailleurs été l'unique Azzurro à avoir reçu un 6 dans les quotidiens sportifs. Le début du nouveau coach est passé dans l'histoire peu glorieuse de la Squadra car il ne faut pas oublié que l'Islande figure aux dernières places du classement FIFA, qu'elle avait pris six buts de l'Angleterre en juin et que sa dernière victoire remontait à plus d'un an contre les Iles Féroé (2-1). Le manque de compétition ? L'excuse était toute prête (l'Inter et la Juventus ne sont-elles pas engagées dans la Ligue des Champions ?) pour des joueurs italiens, qui se sont présentés sur le terrain bien bronzés avec l'esprit toujours tourné vers la plage de leurs vacances. Ils avaient sans doute pensé que ce déplacement ne constituerait qu'une formalité mais, face à eux, ils ont trouvé des joueurs sérieux. Mais au-delà de ce comportement superficiel, de grosses lacunes techniques sont apparues. Dans la sélection on a retrouvé trop de joueurs n'ayant pas le niveau international. Certes Francesco Totti, Antonio Cassano et AlbertoGilardino étaient absents mais contre l'Islande, l'Italie peut se passer de nombreux éléments sans que cela ne pose un problème insoluble. Et puis, la défense était au grand complet mais a livré une prestation indécente. Lippi a disposé son équipe en 4-3-1-2 beaucoup trop fragile et l'entrejeu s'est vite retrouvé en infériorité numérique avec beaucoup de ballerines comme Fiore et SergioVolpi. Il a fallu attendre plus d'une demi-heure de jeu (et plusieurs ratés des Islandais), pour que le coach passe à un 4-4-2 bien plus équilibré mais cela n'incita pas l'Italie à réagir fermement. Ce début catastrophique aura sans doute été très instructif pour Lippi, qui a dû s'apercevoir que la Squadra est tombée bien bas et qu'un travail ardu l'attend. Il faudra faire vite car les premières échéances sont déjà pour demain. Une fois encore, on a pu se rendre compte qu'il ne suffit pas de changer de sélectionneur mais que l'Italie du football a besoin d'une véritable révolution culturelle. Une seule chose peut consoler Lippi : les deux autres sélectionneurs ( Vittorio Pozzo et Enzo Bearzot) qui ont débuté leur campagne par une défaite ont mené la Squadra au titre mondial. Mais signalons quand même en 1977, Bearzot avait débuté, à Berlin, contre l'Allemagne, championne du monde en titre (2-1). OSCAR LOPEZ (25 ans), qui ne trouvait pas sa place dans la défense de Barcelone, a préféré être prêté une saison à la Lazio. FERNANDO COUTO (35 ans), le défenseur portugais, a prolongé jusqu'en 2006 avec la Lazio, club qu'il a rejoint en 1998. CHRISTIAN MANFREDINI (29 ans), le médian de la Lazio, s'est occasionné une élongation à la cuisse droite, qui nécessitera un mois de revalidation. MARCO ESPOSITO (24 ans), le défenseur d'Ancône, est passé à Chievo. THOMASMANFREDINI, l'arrière latéral de Catane (D2), a été suspendu préventivement suite à un contrôle antidopage positif (Salbutamol) effectué le 29 mai dernier au terme de la rencontre qui opposait son ancien club la Fiorentina, précisément à Catane. VINCENZOSICIGNANO (30 ans), le gardien de but qui était arrivé en janvier dernier à Lecce, a paraphé un contrat de trois ans avec le club des Pouilles. (N. Ribaudo)