Une révolution s'amorce dans le petit monde du cyclocross. Pour la première fois depuis des lustres, les jeunes Belges n'occupent plus les premiers rôles au classement UCI : en Espoirs, ils ne sont que trois à figurer dans le top 15. Niels Albert est sixième. N'effectuant pas un programme complet, dans cette catégorie, il pourrait être mieux classé. Mais... Albert est aussi plus âgé que ses concurrents et le 1er janvier, il deviendra Elite. Tom Meeu...

Une révolution s'amorce dans le petit monde du cyclocross. Pour la première fois depuis des lustres, les jeunes Belges n'occupent plus les premiers rôles au classement UCI : en Espoirs, ils ne sont que trois à figurer dans le top 15. Niels Albert est sixième. N'effectuant pas un programme complet, dans cette catégorie, il pourrait être mieux classé. Mais... Albert est aussi plus âgé que ses concurrents et le 1er janvier, il deviendra Elite. Tom Meeusen et Vincent Baestaens, des coureurs Fidea, sont respectivement 8e et 13e. Ensuite, c'est le trou. A titre de comparaison, en Elites, huit belges figurent dans le top 15. Le classement UCI n'est pas la panacée. Meeusen et Baestaens sont sous classés. Que vaut vraiment Jonathan Lopez, le leader du classement ? Le Français court (trop) souvent dans l'Hexagone et ne s'est pas souvent mesuré à nos compatriotes. Ce n'est pas le cas de Philipp Walsleben. L'Allemand est la révélation du circuit. Il s'est imposé à Milan, Gieten, Gavere et Hasselt, chaque fois avec verve. Le citoyen de Potsdam n'a dû laisser filer Albert qu'à Hittnau. Il n'en fallait pas davantage pour que Charles Palmans lui offre un contrat chez Palmans-Cras. La saison prochaine, l'Allemand participera aux courses flamandes afin de se familiariser avec des circuits sur lesquels il n'est pas encore à l'aise. Sa technique est perfectible aussi mais le champion Espoir allemand ne manque ni de puissance ni de vitesse, de sorte qu'il peut éventuellement spéculer sur le sprint final. Walsleben est deuxième au classement devant le Tchèque Lukas Kloucek et le Suisse Julien Taramarcaz. Ce dernier a déjà fait impression en Flandre, en s'adjugeant notamment le cross de Coxyde, en Coupe du Monde. Il ne commet pas l'erreur de s'isoler dans son pays : dans les semaines à venir, on le verra souvent en Belgique. La tendance observée chez les Espoirs se confirme en Juniors. Stef Boden y est le seul représentant belge dans le top 10 de l'UCI. La Belgique va-t-elle se fondre dans le peloton du cyclocross ? Pas dans l'immédiat car la génération actuelle peut encore briller quelques années. Evidemment, Sven Nys a passé le cap de la trentaine et Bart Wellens l'imitera cet été. Dès qu'ils faibliront, les étrangers rafleront plus de succès, à moins que Niels Albert ne s'érige en nouveau cannibale. Ce serait sans compter avec Lars Boom et Zdenek Stybar. La génération suivante offrira encore plus de résistance aux Belges...