209 agents de joueurs sont inscrits sur les listes de la KNVB, la fédération néerlandaise de football. Un nouveau record aux Pays-Bas. La fédération néerlandaise s'active à différencier les agents sérieux d'autres, plus loufoques. Un homme ne collaborera pas à cette enquête, c'est certain : le soliste Mino Raiola. Cet ancien interprète est devenu un agent réputé et redouté. A l'AC Milan, il est chez lui. A Manchester United, il est le fournisseur de la cour. Et, forcément, il est millionnaire, puisque ses clients le sont. Au début, Carmine - mieux connu sous son surnom de Mino - était encore dévisagé avec suspicion. C'était surtout un beau parleur, un cowboy, quelqu'un qui affirmait que 'Le Parrain' était son film préféré et qui avait adapté son vocabulaire en conséquence.
...

209 agents de joueurs sont inscrits sur les listes de la KNVB, la fédération néerlandaise de football. Un nouveau record aux Pays-Bas. La fédération néerlandaise s'active à différencier les agents sérieux d'autres, plus loufoques. Un homme ne collaborera pas à cette enquête, c'est certain : le soliste Mino Raiola. Cet ancien interprète est devenu un agent réputé et redouté. A l'AC Milan, il est chez lui. A Manchester United, il est le fournisseur de la cour. Et, forcément, il est millionnaire, puisque ses clients le sont. Au début, Carmine - mieux connu sous son surnom de Mino - était encore dévisagé avec suspicion. C'était surtout un beau parleur, un cowboy, quelqu'un qui affirmait que 'Le Parrain' était son film préféré et qui avait adapté son vocabulaire en conséquence. Quoi qu'il en soit, Mino Raiola, souvent habillé négligemment avec un jeans et une chemise trop large, a battu un nouveau record mondial avec son joyau, Paul Pogba. Pogba collectionne désormais les Rolex et Raiola a empoché 27 millions d'euros dans l'aventure. Il a la réputation de ne jamais lâcher les dirigeants, jusqu'à ce qu'ils disent oui. Mais ses méthodes, peu conventionnelles, portent leurs fruits. Le magazine économique américain Forbes a classé sa société au cinquième rang des bureaux d'agents les plus prospères. Un quart de siècle après son entrée sur le marché, ce fils de restaurateur figure parmi les agents les plus influents du monde. Comment a-t-il rencontré autant de succès ? " Le plus simplement du monde, en travaillant d'arrache-pied. " A l'école, déjà, il ne passait pas inaperçu, lorsqu'à 18 ans, il garait son bolide à côté des voitures des autres étudiants. Le soir, il travaillait à la plonge ou comme serveur dans le restaurant italien que ses parents exploitaient dans le centre de Haarlem. Raiola s'occupait aussi de l'administration et a découvert, un beau soir, qu'un homme mal habillé avait commandé la bouteille de vin la plus chère. Il l'a dévisagé d'un drôle d'air et s'est fait taper sur les doigts par son père. Celui-ci lui a recommandé de ne jamais se soucier de l'apparence extérieure et de servir la bouteille exclusive de Sassicaia sans sourciller. Plus tard, le fiston deviendra multimillionnaire en négociant des contrats faramineux avec la Juventus, vêtu d'une chemise hawaïenne. Il décrira cette période de sa jeunesse comme " les moments les plus heureux de ma vie ", dans un décor et une ambiance qui lui rappelaient le film " Le Parrain ", l'aspect criminel en moins. 'Sauce, salami, show.' Comme beaucoup d'agents, il fait irruption dans le monde du football, un peu par hasard, à la fin des années 80 et au début des années 90. Aucun talent ne lui échappe. En revanche, ses critiques sur la gestion du club de football de Haarlem, alors qu'il est membre du business-club, ne lui valent pas que des amis. Un jour, on demande à ce petit morveux qui sait toujours tout mieux que les autres, d'essayer lui-même. Raiola a alors 23 ans. La nouvelle direction examine attentivement les règlements en matière de transferts, bien différents à l'époque de ceux d'aujourd'hui. Pour simplifier les choses, disons que les montants des transferts nationaux étaient déterminés en fonction de la durée du contrat et du salaire. Mais, pour des transferts vers l'étranger, les clubs pouvaient demander la somme qu'ils voulaient. Raiola flaire le bon coup. Si un club étranger était disposé à reprendre Haarlem, il pourrait en faire un centre de formation, une filiale où les plus grands talents pourraient éclore à moindre prix. Mino Raiola contacte le Napoli, son club favori avec cette idée en tête. Comment le contact a-t-il été établi ? " Par un simple coup de téléphone. " Avec un demi-million d'euros de sponsoring, il peut attirer des jeunes talents qui mûrissent dans cette toute nouvelle dépendance qu'est devenu Haarlem. Les Italiens l'apostrophent. " Qui veux-tu acheter ? " Raiola lance le nom d'un joueur d'Ajax 2 : Dennis Bergkamp. Raiola reçoit le feu vert et appelle l'agent de Bergkamp, un certain Rob Jansen de la VVCS, le syndicat des joueurs aux Pays-Bas. Finalement, l'affaire capote à cause d'un scandale lié à la cocaïne qui éclate à Naples, mais Raiola a fait son entrée sur le marché des joueurs. " Il est entré en contact avec moi parce qu'il servait d'interprète pour Naples ", se souvient Jansen. " Raiola dégageait un certain charme et donnait l'impression d'être un gros travailleur. Il débordait d'énergie, on voyait directement qu'il pouvait arriver loin. " Avec Raiola, qui parle sept langues, la VVCS possède subitement un homme qui connaît le marché italien et qui peut rendre d'éminents services comme traducteur. Après les transferts très réussis de Ruud Gullit, Frank Rijkaard et Marco van Basten à l'AC Milan, la demande pour les petites pépites du plat pays explose. Pour surveiller tous ces transferts, la VVCS crée un département spécial : SportPromotion. Raiola devient un agent de liaison incontournable. Le passage de Bryan Roy en Serie A, en 1992, est généralement décrit comme le premier transfert de Raiola. Foggia débourse trois millions de florins (un peu moins de 1,5 millions d'euros). Raiola est partout : vestiaire, dug-out. Il règle tout : voiture, maison, finances. Il fait constamment la navette au volant de sa Lancia et aide notamment Roy à peindre sa maison. En 1993, Bergkamp part à l'Inter Milan. Dans la NieuweRevu, il raconte : " Nous avons désormais un traducteur, Mino Raiola. Il gère une pizzeria à Haarlem, mais pour l'instant, il séjourne à Milan afin de faciliter notre intégration. Rob Jansen de la VVCS a tout réglé. " Raiola ne peut toutefois pas se contenter très longtemps d'un rôle d'assistant au syndicat. Il veut prendre lui-même des initiatives. Jansen et Raiola ne tardent donc pas à se séparer. Aujourd'hui, ils sont de féroces concurrents. La rupture avec le syndicat des joueurs néerlandais marque le point de départ d'une véritable successstory. Grâce, surtout, à une collaboration avec l'ancienne vedette du football tchèque, Zdenek Nehoda, qui l'aide à transférer Pavel Nedved à la Lazio pour une somme record. Le 26 février 1997, il obtient son diplôme d'agent de joueurs auprès de la fédération. Un astrologue, que ses parents avaient un jour consulté, avait prédit ce que leur fils deviendrait : il aiderait les gens. " Mes parents espéraient que je devienne médecin, mais ce que je fais actuellement est tout aussi honorable. " Les dirigeants de clubs ne partagent pas nécessairement cet avis. Il est petit, charmant et riche, mais il peut aussi se montrer très dur en affaires. Aujourd'hui, le président de Naples le décrit comme " un emmerdeur " et SirAlex Ferguson le considère comme " l'un des deux agents avec lesquels je ne veux jamais avoir affaire ", mais Raiola prend ça comme des compliments. Il est à l'opposé de Jorge Mendes, au sourire pepso-dent et toujours tiré à quatre épingles, très à l'aise dans les salons VIP. Raiola n'est pas un homme de concessions. Qu'il traite avec le FC Oss ou Barcelone, il ne fait aucune différence. Le Barça l'a un jour considéré comme persona non grata lorsqu'il a tenté de transférer ZlatanIbrahimovic. Raiola a réagi froidement, expliquant que c'était une attitude curieuse de la part d'un club de socios qui, à l'époque du général FranciscoFranco, s'était battu pour la liberté d'expression. Un droit que Raiola a pleinement utilisé, en usant de déclarations provocatrices ; qu'il s'agisse de MichelPlatini ("Qu'il aille en enfer "), de PepGuardiola ("Il devrait être interné dans un asile psychiatrique ") ou de SeppBlatter ("Un dictateur qu'il faudrait jeter en prison "). JohanCruijff lui-même n'a pas été épargné : " Un vieillard qui n'a plus toute sa tête. " Les provocations verbales qu'utilise Raiola constituent sa carte de visite. Ses attaques très dures impressionnent les joueurs et il inspire une certaine crainte à la table des négociations. Un style de cowboy qui fait tilt auprès de garçons qui ont grandi dans la rue, comme Ibrahimovic. Les deux hommes se rencontreront pour la première fois après que Raiola ait fait savoir, via son client Maxwell, que " Zlatan devait aller se faire f... " Peu de temps après, ils se voient dans un hôtel cinq étoiles d'Amsterdam. Raiola impressionne surtout son interlocuteur par la manière avec laquelle il se jette sur un plateau de sushis, mais finalement, le courant passe entre les deux hommes. Le Suédois finira par former avec le " cowboy " un tandem aussi indissociable que Jorge Mendes et Cristiano Ronaldo. Zlatan deviendra le catalyseur de l'empire Raiola. L'agent le placera successivement dans huit nouveaux clubs qui, au total, rapporteront plus de 150 millions d'euros en transferts. Le Suédois a fêté 12 titres champion, est l'un des joueurs les mieux payés au monde et possède une collection impressionnante de voitures qui comprend notamment des Ferrari, des Lamborghini et des Maserati. Pourquoi Raiola connaît-il autant de succès ? L'institut de recherche CIES (Centre international d'étude du sport) a réalisé une étude en 2012 pour tenter de répondre à cette question. Les revenus des agents de joueurs en Europe ont été estimés à 400 millions d'euros par an. En tête de liste, on trouve actuellement Jorge Mendes. Raiola figure à la sixième place. Selon les enquêteurs, il la doit à son sens de la communication très habile. Il possède un réseau très étendu et parle couramment sept langues. L'intéressé prétend qu'il n'a pas nécessairement un quotient intellectuel plus élevé que la moyenne : il s'est simplement bien préparé depuis sa plus tendre enfance. " A commencer par les films de Walt Disney. " Raiola se fraie un chemin vers les bureaux des directeurs, à qui il parvient à faire croire qu'il ne vend que des Ferrari dont il faut simplement remplacer un pneu crevé. Il n'est jamais à court d'arguments et trouve toujours les mots qui font mouche. Pogba est comme " un tableau de Salvador Dali ", et Ibrahimovic " veille à ce que les Parisiens puissent admirer un autre personnage que la Joconde. " Car on ne devient pas par hasard fournisseur de la cour à Manchester United (Ibrahimovic, Pogba, HenrikhMkhitaryan, Sergio Romero). On peut, avec beaucoup de chance, réussir à vendre un joueur au prix fort, mais pas répéter l'opération pendant 25 ans. Quelques très bons contacts sont à la base de son empire. Il est toujours utile d'entretenir de bonnes relations avec les décideurs des grandes équipes. Depuis l'arrêt Bosman, les clubs ne sont plus en mesure de bâtir leur propre réseau, mais veulent toujours réaliser de nouveaux achats. Raiola est l'un des hommes qui a su profiter le mieux de cette ouverture dans le marché. Ainsi, Raiola est comme cul et chemise avec le vice-président de l'AC Milan AdrianoGalliani. Chez les Rossoneri, le moteur des transferts a tourné à plein régime. Ibrahimovic a été loué par Milan en 2010, acheté par Milan en 2011 et vendu par Milan en 2012. MarioBalotelli, l'enfant terrible, a suivi le même chemin. Selon Raiola, il aurait remporté cinq Ballons d'or s'il avait eu la même mentalité que le Suédois. Il a été acheté par Milan en 2012, vendu par Milan en 2014 et à nouveau loué par Milan en 2015. Raiola est incapable de se fâcher avec Balotelli, même après un sinistre total avec sa Bentley. Pourquoi se fâcherait-il ? Le bougre lui a déjà rapporté 70 millions d'euros en transferts. Actuellement, il ne s'occupe plus des joueurs, il les possède. Les enquêteurs constatent que la puissance de Raiola ne cesse de croître. Comme Juan Figer, Pino Zahavi et Jorge Mendes, il est aux manettes dans les clubs, comme s'il jouait à la PlayStation avec les dirigeants. Raiola a déjà laissé entendre qu'il ferait peut-être mieux d'acheter carrément l'AC Milan. Raiola utilise souvent le bluff. Lorsqu'on lui a demandé s'il n'était pas socialiste, il a répondu qu'il était au contraire un super-capitaliste. " Je ne veux pas que tout le monde soit pauvre, mais que tout le monde soit riche. " Ses collègues agents le définissent comme le lion de la jungle, qui les dévore lorsqu'un transfert est sur le point de se réaliser. " C'est manger ou être mangé ", affirme Hakim Slimani, qui a perdu Gregory van der Wiel au profit de Raiola. Avoir Raiola comme agent, cela confère actuellement un certain statut, comme posséder le dernier modèle d'une voiture de sport. Il affirme refuser chaque saison près de 200 joueurs. " Je ne suis pas une société de taxis. " Pendant toutes ces années, seul l'agent de Blaise Matuidi lui a intenté un procès en justice, car il lui a piqué un joueur. Un arrangement a été trouvé. Selon Raiola, lorsqu'un joueur le quitte, l'agent ne doit s'en vouloir qu'à lui-même. C'est qu'il avait des raisons de le quitter. Raiola n'a jamais caché qu'il n'était pas du genre à téléphoner pour savoir si un joueur avait bien dormi. Si certains footballeurs se plaignent d'avoir trop peu de contacts, ils ne sont pas obligés de rester. Slimani : " Il faut s'incliner et admettre que Raiola est, avec Jorge Mendes, le meilleur du monde. " On ne peut pas nier, en effet, que Raiola a brillamment réussi dans le métier. " L'argent ne m'a jamais intéressé ", a-t-il un jour déclaré. Pourtant, en coulisses, on n'hésite pas à le surnommer MoneyRaiola. Il s'est établi, depuis longtemps, sur la Riviera française, où il continue de négocier des contrats faramineux en jeans. Il se fiche de la reconnaissance de ses collègues. Depuis quelques années, on décerne un prix du meilleur agent à Dubaï. C'est ridicule, selon Raiola, qui n'a pas du tout l'intention d'aller se montrer là-bas. Seuls les joueurs sont en droit de déterminer si un agent est bon ou mauvais, estime-t-il. Selon Forbes, il s'occuperait de 51 joueurs. Lui-même a parfois évoqué le chiffre de 200. Mais personne ne peut vérifier. Cela peut tout aussi bien être une blague, comme lorsqu'il a prétendu qu'il avait été international en U17 chez les jeunes Néerlandais. Le site internet de sa société Sportman est en construction depuis des années. Il ne signe pas de contrat avec ses joueurs. " On ne signe quand même pas de contrat avec son dentiste, non plus ? " Raiola, aujourd'hui âgé de 48 ans, habite avec sa femme et ses deux enfants à Monaco, et son bureau est à 500 mètres du célèbre casino. Tout un symbole, car en fait, il est le croupier du marché des joueurs. Tout le monde mise. Mais on sait à l'avance qui sera le grand gagnant à la roulette des transferts : Mino Raiola. PAR TOM KNIPPING - PHOTOS BELGAIMAGE" Mes parents espéraient que je devienne médecin, mais ce que je fais actuellement est tout aussi honorable. " MINO RAIOLA " Je ne suis pas une société de taxis. " MINO RAIOLA, EXPLIQUANT POURQUOI IL REFUSE PRÈS DE 200 JOUEURS PAR AN " Il faut s'incliner et admettre que Raiola est, avec Jorge Mendes, le meilleur du monde. " HAKIM SLIMANI, AGENT DE JOUEURS