Elle s'est caché les yeux, a secoué la tête puis a levé les bras au ciel, triomphante. A Linz, Coco Gauff a enfin pu fêter ce qui manquait à une saison mémorable : un premier titre WTA en simple. Elle est née en 2004 et n'a donc que quinze ans. Elle est la plus jeune lauréate depuis la Tchèque Nicole Vaidisova en 2004. Celle-ci allait obtenir son meilleur classement - le rang sept - trois ans plus. Coco, qui porte en fait un prénom moins frappant, Cori, peut faire mieux, d'après les analystes.
...

Elle s'est caché les yeux, a secoué la tête puis a levé les bras au ciel, triomphante. A Linz, Coco Gauff a enfin pu fêter ce qui manquait à une saison mémorable : un premier titre WTA en simple. Elle est née en 2004 et n'a donc que quinze ans. Elle est la plus jeune lauréate depuis la Tchèque Nicole Vaidisova en 2004. Celle-ci allait obtenir son meilleur classement - le rang sept - trois ans plus. Coco, qui porte en fait un prénom moins frappant, Cori, peut faire mieux, d'après les analystes. Elle s'est ressaisie de manière spectaculaire en Autriche. En qualifications, elle a été balayée par Tamara Korpatsch, une Allemande 130e au ranking. C'était un coup dur mais la jeune fille a finalement obtenu une place dans le tableau final, en tant que lucky loser. Et là, elle a notamment pris la mesure de Kiki Bertens (WTA 8) et de Jelena Ostapenko, victorieuse à Roland Garros 2017. Il y a un an, Coco Gauff végétait encore aux alentours de la 900e place. Son succès à Linz lui a permis d'intégrer le top cent (WTA 71) pour la première fois de sa jeune carrière. Son classement lui assure une place dans le tableau principal de l'Open d'Australie, alors que cette année, elle avait dû compter sur la bonne volonté de la direction des tournois de Wimbledon et de l'US Open. C'est à Londres qu'elle s'est révélée au monde du tennis. Elle avait obtenu une wild card pour les qualifications et avait passé les trois tours, devenant la plus jeune joueuse à intégrer le tableau principal, à quinze ans et 122 jours. C'est à ce moment qu'a commencé le conte de fées, avec une victoire au premier tour, au Centre Court, contre Venus Williams. " Je ne serais jamais arrivée ici sans toi et Serena. C'est grâce à vous deux que je me suis mise au tennis. Merci ", a-t-elle murmuré à l'oreille de l'aînée des soeurs. Corey Gauff, son père, s'inspire de Leonard Francois, le père de Naomi Osaka, avec laquelle elle s'entraîne de temps à autre à la ProWorld Tennis Academy de Delray Beach (Floride). Team 8, la firme de management de Roger Federer et de son agent Tony Goodsick, défend les intérêts de la jeune fille, qui a signé un contrat avec les pâtes Barilla, comme le maestro suisse. " Roger m'a déjà dit à plusieurs reprises que je devais me concentrer sur le tennis et pas sur des aspects accessoires ni sur les ragots qui circulent ", a déclaré Gauff, qui n'a trébuché qu'au quatrième tour de Wimbledon, contre la future lauréate, Simona Halep. Au troisième tour de l'US Open, Osaka a été beaucoup trop forte pour Gauff (6-3, 6-0), qui a remporté le tournoi junior de Roland Garros l'année passée ainsi que le double de Washington cette année, aux côtés de Caty McNally (17 ans). Michelle Obama, son idole, a twitté : " Coco est déjà incroyablement bonne. "