" Ce fut un chemin de croix physique et émotionnel qui a duré près de six ans mais si c'était à refaire, je n'hésiterais pas. Ça en valait la peine, je suis enfin un boxeur professionnel. " Patricio Manuel (33 ans) était particulièrement ému récemment, au Fantasy Springs Resort Casino d'Indio, en Californie, après avoir gagné son premier combat en super-mouches (- 52 kilos) contre le Mexicain Hugo Aguilar, qui n'avait appris que deux jours plus tôt que son adversaire avait vu le jour sous le nom de... Patricia. " Ça n'a rien changé pour moi. Il voulait gagner, moi...

" Ce fut un chemin de croix physique et émotionnel qui a duré près de six ans mais si c'était à refaire, je n'hésiterais pas. Ça en valait la peine, je suis enfin un boxeur professionnel. " Patricio Manuel (33 ans) était particulièrement ému récemment, au Fantasy Springs Resort Casino d'Indio, en Californie, après avoir gagné son premier combat en super-mouches (- 52 kilos) contre le Mexicain Hugo Aguilar, qui n'avait appris que deux jours plus tôt que son adversaire avait vu le jour sous le nom de... Patricia. " Ça n'a rien changé pour moi. Il voulait gagner, moi aussi. Je n'ai qu'un mot pour ça : respect. " En 2012, Manuel était bien partie pour disputer les Jeux de Londres mais l'Américaine de 27 ans, victime d'une blessure à l'épaule, avait dû déclarer forfait in extremis pour le tournoi de qualification. " De retour chez moi après le combat qui m'avait valu cette blessure, j'ai décidé de poursuivre ma vie dans la peau d'un homme ", a raconté Manuel l'année passée au Los Angeles Times. Sa mère et sa grand-mère n'ont pas été surprises. " Patricia ", a expliqué sa mère, Loretta Butler, " était différente de ses compagnes de classe. " Elle portait des vêtements de garçon, comme sa soeur Megan, qui a ensuite reconnu être lesbienne. " A la Noël, quand je faisais la file à la caisse avec mes cadeaux, les employées du magasin de jouets me demandaient : - Deux garçons dans la famille ? Les indications ne manquaient pas, surtout quand j'y repense, mais je n'en avais pas conscience. " La grand-mère a encouragé sa petite-fille à suivre un cours de boxe à la high school et a même offert un abonnement d'un an au club de boxe à Patricia, qui souffrait d'un excédent pondéral. " Je me sentais de plus en plus mal dans ma peau ", a déclaré Manuel récemment. Il s'est entraîné pendant des années avec Robert Luna, qui avait formé trois boxeurs olympiques, mais a été mis à la porte quand il a expliqué, après son dernier combat, qu'il allait changer de sexe. La cure d'hormones a débuté en septembre 2013. Le résultat a été spectaculaire, en cinq mois : huit kilos de plus, une barbe et une voix plus grave de quelques octaves. Au printemps, on lui a enlevé les seins. Sa grand-mère a payé les 5.000 euros qu'a coûté l'opération " avec plaisir ". Le boxeur reconnaît quand même : " J'ai traversé un enfer, pendant des mois. " Il a perdu tous ses boulots et quand il a parlé de sa transition, il a été renvoyé des clubs de gym. Il n'a obtenu sa licence chez USA Boxing qu'après que le CIO eut décidé que les transgenres -dans le sens femme-homme- pouvaient participer " sans restriction " aux compétitions. " Mais même alors, des combats ont été annulés au dernier moment, mon adversaire ayant appris que j'avais été une femme. J'ai été confronté à beaucoup de réactions négatives mais j'espère qu'elles sont définitivement révolues. "