31 août 2012, le mercato estival touche à sa fin. Comme partout en Europe, on s'agite à Genk. Christian Benteke boucle ses valises direction Aston Villa. Les Anglais ont claqué 8,8 millions d'euros pour le puncheur de Droixhe, une offre impossible à refuser pour les dirigeants limbourgeois. Une superbe opération financière mais un coup dur niveau sportif : il faut lui trouver un remplaçant et le temps presse. Les Limbourgeois ne font dès lors pas dans la demi-mesure et enregistrent deux nouvelles acquisitions : Benji De Ceulaer, débauché de Lokeren pour 3 millions, et Glynor Plet, un colosse néerlandais d'1m94 prêté jusqu'en fin de saison par le FC Twente.
...

31 août 2012, le mercato estival touche à sa fin. Comme partout en Europe, on s'agite à Genk. Christian Benteke boucle ses valises direction Aston Villa. Les Anglais ont claqué 8,8 millions d'euros pour le puncheur de Droixhe, une offre impossible à refuser pour les dirigeants limbourgeois. Une superbe opération financière mais un coup dur niveau sportif : il faut lui trouver un remplaçant et le temps presse. Les Limbourgeois ne font dès lors pas dans la demi-mesure et enregistrent deux nouvelles acquisitions : Benji De Ceulaer, débauché de Lokeren pour 3 millions, et Glynor Plet, un colosse néerlandais d'1m94 prêté jusqu'en fin de saison par le FC Twente. Formé à Genk, le racé De Ceulaer séduit d'emblée en ouvrant le score face à Anderlecht dès sa première rencontre. Pour Plet, les choses sont plus compliquées : confiné au banc de touche, il doit patienter jusqu'à la mi-septembre pour fouler la pelouse de la Cristal Arena durant le dernier quart d'heure face à Waasland-Beveren. Mais le Batave n'est pas du genre à se laisser abattre au premier contre-temps. Né à Amsterdam le 30 janvier 1987, l'attaquant d'origine surinamienne tape ses premiers ballons au prestigieux centre de formation de l'Ajax avant de rejoindre le HFC Haarlem mais c'est finalement au FC Den Bosch, tout juste relégué en D2, qu'il fait ses grands débuts professionnels à 18 ans. Sans doute encore trop tendre, il ne joue que très peu (18 matches et un but en deux saisons). Il fait alors un pas en arrière en se liant aux amateurs du FC Lisse en D3. Un pari gagnant : le club remporte le championnat amateurs et les 19 buts inscrits par Plet ne sont pas étrangers à ce succès et lui permettent de faire son retour en pro au SC Telstar en D2. Un excellent choix à nouveau : malgré la piètre saison des Lions blancs (17e), Plet est le fer de lance de cette équipe. Titulaire inamovible, il termine troisième au classement des buteurs de Eerste Divisie grâce à ses 18 réalisations. Une performance qu'il améliore encore la saison suivante : 21 roses en 36 rencontres soit 4 buts de plus qu'un certain Nacer Chadli qui évolue à l'époque à l'AGOVV Apeldoorn, coaché par John Van den Brom. En fin de contrat, le Surinamien décide de relever le défi du Heracles Almelo et fait enfin ses premiers pas en D1, à 23 ans. Après une saison d'adaptation (24m/7b), il éclate sous les ordres de Peter Bosz en 2011/2012 et inscrit 10 goals durant la première partie de saison. De quoi attirer le regard du FC Twente. Acheté pour 1,5 millions, il y paraphe un contrat de trois ans et demi. Le coach Steve Mc Claren est visiblement séduit dans un premier temps : " Il est très fort physiquement, garde bien le ballon et dispose d'une bonne technique pour quelqu'un de sa stature ". Malheureusement pour Plet, le Britannique ne lui accorde finalement qu'un rôle de joker : en 14 apparitions, il ne le titularise qu'à trois reprises. Malgré une bonne préparation, on ne croit pas en lui à Enschede comme en témoignent les transferts des attaquants Luc Castaignos et Dmitry Bulykin. Plet est alors courtisé par de nombreux clubs dont le Beerschot d'Adrie Koster. Heerenveen souhaite également louer le joueur mais les dirigeants de Twente ne veulent pas renforcer les Superfriezen et ont entretemps négocié avec NEC Nimègue. Furieux, Plet ne veut pas en entendre parler et la situation reste donc bloquée jusqu'au 31 août et l'offre providentielle de Genk. " C'est typique de sa carrière : un pas en arrière, deux pas en avant. C'est une bonne décision, un attaquant de son calibre doit toujours jouer ", explique son ex-coach Peter Bosz. Titularisé pour la première fois en Coupe dans une équipe remaniée face à l'Union Saint-Gilloise (0-6), Plet a directement trouvé le chemin des filets de la tête, un de ses points forts. Après quelques nouvelles entrées au jeu ponctués par des buts contre le Beerschot, Gand et le Sporting Portugal, Mario Been l'a intégré à son onze de base contre Mons suite aux blessures de Barda et De Ceulaer. Résultat des courses : une plantureuse victoire 5-1, 2 buts et un assist ! " Le niveau de Genk est équivalent à Twente. Le championnat belge est plus physique qu'aux Pays-Bas, c'est un avantage pour moi ", estime-t-il. Et d'espérer perdurer une jolie statistique : avec 7 goals pour ses 580 premières minutes à Genk, le Batave en est à un but toutes les 82 minutes.PAR JULES MONNIER" Sa carrière, c'est un pas en arrière, deux pas en avant. "