Rochdi

Agé de 26 ans, c'est le plus vieux de la bande. C'est aussi Monsieur Responsabilités quand d'autres se prélassent au soleil. Il est la tête pensante du club des six. Ingénieur commercial diplômé de l'ICHEC, ce Bruxellois essaie de gérer au mieux la carrière de Mehdi. Il était d'ailleurs le seul de la famille présent à Genk, le seul à avoir tout vu, du terrain, à l'ambulance, jusqu'à l'hôpital.
...

Agé de 26 ans, c'est le plus vieux de la bande. C'est aussi Monsieur Responsabilités quand d'autres se prélassent au soleil. Il est la tête pensante du club des six. Ingénieur commercial diplômé de l'ICHEC, ce Bruxellois essaie de gérer au mieux la carrière de Mehdi. Il était d'ailleurs le seul de la famille présent à Genk, le seul à avoir tout vu, du terrain, à l'ambulance, jusqu'à l'hôpital. " Un moment très difficile, je me rappelle que je criais son nom dans l'ambulance afin de tenter de le réanimer, j'ai cru qu'il était mort. Mais je devais aussi tenter de rassurer le reste de la famille, pendu à un téléphone qui n'arrêtait pas de sonner. Mbark Boussoufa, en dehors de sa famille, a d'ailleurs été le premier à appeler pour prendre de ses nouvelles. " Encore marqué quand il évoque cet épisode, Rochdi s'est rendu le lendemain chez le médecin à cause d'une pointe au c£ur liée à un trop-plein de stress. C'est le petit de la bande, du moins en âge (20 ans). Il accompagne son frère partout et lui voue une admiration sans borne. Sa trajectoire est moins médiatique que celle de son aîné, il ne joue pas au foot et travaille... tout simplement. " Je regardais le match à la télé avec des amis. Dès que j'ai vu la faute de Mavinga et Medhi tomber au sol, je me suis précipité dans ma voiture et j'ai roulé jusqu'à l'hôpital de Genk. Je n'ai rien dit de tout le trajet, pas un mot, j'ai juste voulu savoir où l'hôpital se trouvait. Quand je suis arrivé sur les lieux, et que j'ai vu Mehdi en vie, j'ai craqué, j'ai pleuré. Qu'il y a-t-il de plus fort pour quelqu'un que son frère ?" " C'est mon homme de confiance, il est toujours avec moi, il fait tout pour moi ", précise Mehdi Carcela. Toujours aux petits soins, davantage encore depuis l'accident. " Quand je l'ai vu arriver à l'hôpital, je pensais que c'était lui qui allait mourir ", raconte Rochdi. " Il ne savait pas parler, t'entendais juste : -Mehdi !, Mehdi !, avec la respiration coupée. Aujourd'hui quand on en reparle, on en rigole. " " C'est aussi comme mon petit frère mais en plus grand ( il rit) ", lâche Carcela. On est toujours resté ensemble depuis tout petit, on a grandi ensemble à Droixhe. Il fait partie de la famille. " Prêté à Malines, cette saison l'ancien Diable Rouge reprendra avec le Standard cet été à moins d'une vente définitive ou d'un nouveau prêt. " Je ne suis pas très hôpital d'habitude mais j'ai quand même été voir Mehdi quand il a été transféré à Liège ", explique Bentek'. " 'Je me rappelle de m'être approché de lui, il avait le visage encore tout tuméfié. Et il me demandait : - Christian, je suis toujours beau gosse ? Lui rigolait, moi j'étais choqué, après coup je me suis mis à l'écart, dans les toilettes, j'étais sans force, à genoux. " " C'est mon petit. Il fait le con avec tout le monde mais pas avec moi. Il sait qu'il ne peut pas le faire ( il rit) ", explique Mehdi. Le Gantois a gardé le sourire, surtout au milieu de ses potes en vacances. Yassine, c'est l'ambianceur du groupe, jamais à court de bons mots et d'autres moins glorieux... " Lors de Bruges-Gand, les kinés qui voyaient le match Genk-Standard sur la TV sont venus m'expliquer ce qui était arrivé à Mehdi. J'arrivais pas à le croire, je peux vous dire que le match à Bruges n'avait plus grande importance ", assure celui dont le futur proche devrait connaître quelques bouleversements.