Au vu des souliers du récent Mondial, je me suis dit qu'on avait désormais tout vu en matière de pitreries chaussées. Depuis vingt ans que les paires renonçaient au noir pour telle et telle couleur, c'était déjà pas mal flashy ; ça remuait même l'estomac des footeux délicats, quand deux souliers oranges côtoyaient par exemple deux bas verts et un short rouge. Mais la pénibilité digestive s'est accentuée au Brésil, via deux innovations. Puma nous y a proposé une godasse rose/bonbon couplée à une godasse bleue/malade, ouvrant ainsi la porte à tous les mariages colorés possibles entre pied gauche et pied droit. Compétition oblige, fallait qu'Adidas innove aussi, et sont apparues ses paires bi- tri- ou quadrichromes, avec des espèces de damiers faits de points noirs ou rouges, de triangles blancs, de bandes oranges ou bleues : symphonie chr...

Au vu des souliers du récent Mondial, je me suis dit qu'on avait désormais tout vu en matière de pitreries chaussées. Depuis vingt ans que les paires renonçaient au noir pour telle et telle couleur, c'était déjà pas mal flashy ; ça remuait même l'estomac des footeux délicats, quand deux souliers oranges côtoyaient par exemple deux bas verts et un short rouge. Mais la pénibilité digestive s'est accentuée au Brésil, via deux innovations. Puma nous y a proposé une godasse rose/bonbon couplée à une godasse bleue/malade, ouvrant ainsi la porte à tous les mariages colorés possibles entre pied gauche et pied droit. Compétition oblige, fallait qu'Adidas innove aussi, et sont apparues ses paires bi- tri- ou quadrichromes, avec des espèces de damiers faits de points noirs ou rouges, de triangles blancs, de bandes oranges ou bleues : symphonie chromatique proche des ratchatchas des mômes de maternelle ! On n'arrête pas le progrès, le troisième larron a réagi : depuis la reprise, Nike nous inonde de chaussures à chaussettes intégrées, rappelant - mais en couleurs - le look des boots d'antan qui enserraient les chevilles... Que sera l'innovation suivante ? Des chaussures à orteils, comme des gants de cuir pour mieux peloter le ballon, avec les doigts de pied de toutes les couleurs ? Feu vert pour n'importe quoi, Il est interdit d'interdire, revoici mai 68 version footeuse 2014 ! Vous vous demandez pourquoi ça me chatouille tant quand c'est fashion puisque, du moment qu'on distingue les deux équipes, y'a pas de quoi en faire une mammite ou un caca nerveux ! Si si, y'a de quoi tiquer, j'explique ! L'International Board est méprisable, garant des Lois du Jeu seulement quand ça l'arrange. Sa Loi 4 édicte que si le joueur porte des cuissards ou des collants, ceux-ci doivent être de la même couleur que la couleur dominante du short ; si un ruban adhésif est appliqué à l'extérieur des chaussettes, il doit être de la même couleur que cette partie de chaussette ; et depuis cette saison, lorsqu'un couvre-chef est porté pour protéger l'intégrité physique, il doit être de couleur noire ou de la couleur dominante du maillot, et à condition que les joueurs d'une même équipe portent un couvre-chef de la même couleur ! Quant aux chaussures, nada, aucune directive, en porter n'est d'ailleurs obligatoire que depuis 1989 ! Le cirque des godasses montre que, tâtillon si les circonstances le permettent, le Board devient permissif à l'extrême quand ça lui amène du business. Individualisme grandissant, alors qu'il fut un temps où les pompes étaient rassembleuses : 22 gars s'affrontaient et le noir leur disait qu'ils étaient tous des footballeurs. Strict inverse aujourd'hui : comme si soigner son look allait dispenser de soigner son jeu, comme s'il fallait d'emblée se singulariser plutôt que privilégier l'appartenance à un collectif, se faire admirer avant même de toucher le ballon. Ça ne concerne évidemment pas que les shoes, la variété des sculptures capillaires et des tatouages renforce le constat : comme si le fait d'être similaire à ses potes était difficilement supportable ! Depuis la généralisation des chaussures à la branquignole, je n'ai JAMAIS vu un onze où les gars, auraient décidé d'avoir tous des godasses identiques, faisant par exemple référence à la couleur du club ! Et puis, surprise lors du récent Clasico : le gamin d'un copain remarque que Cristiano Ronaldo a des chaussures d'arbitre (sic) ! Esquisse de retour à la sobriété, fin de la tyrannie fluo, ou plutôt business subtil de Nike ? En tout cas, CR7 chausse noir ! Comme l'homme en noir qui ne l'est d'ailleurs plus et qui, lui, par nostalgie peut-être, persiste à chausser du sombre : la télé ne montre jamais de ref du top coloré des pieds ! Je crains toutefois que ça vienne, car les arbitres aussi sont de grands enfants ! Mais il faut conclure en relevant qu'en compète amateur, n'en déplaise aux équipementiers, demeurent pas mal de footballeurs pieds noirs, qui ne souscrivent donc pas à cette dictature de la polychromie : refus sain d'être aussi frimeurs que ceux qui jouent mieux qu'eux ? Si c'est ça, c'est chouette...?Que sera l'innovation suivante ? Des chaussures à orteils pour mieux peloter le ballon avec les doigts de pied ?