Une statistique : en 2003, quand Opta, qui collecte des données, a commencé à analyser la Premier League, il n'y avait pratiquement pas de matches avec 70% ou plus de possession du ballon. Il y a trois saisons, on en était à 36 matches et, depuis, le nombre ne cesse de croître : 63 un an plus tard, 67 la saison dernière. Sur un total de 380 matches, on approche des 20%. Il y a donc de plus en plus de chances d'assister à des matches à sens unique. Le motif ? Le gouffre sans cesse plus important entre riches et moins riches par rapport au continent.
...