Vendredi, le Brésil conne le coup d'envoi de la Copa America contre la Bolivie, sur ses terres. Ce sera sans Neymar. La semaine passée, le Brésilien de 27 ans s'est blessé à la cheville dans un match amical contre le Qatar. Ce pépin tombe finalement bien car des voix s'élevaient déjà contre sa sélection, pour des motifs tout autres.
...

Vendredi, le Brésil conne le coup d'envoi de la Copa America contre la Bolivie, sur ses terres. Ce sera sans Neymar. La semaine passée, le Brésilien de 27 ans s'est blessé à la cheville dans un match amical contre le Qatar. Ce pépin tombe finalement bien car des voix s'élevaient déjà contre sa sélection, pour des motifs tout autres. Neymar avait déjà dû céder le brassard à Dani Alves et il s'était disputé à l'entraînement avec Weverton (19 ans) : celui-ci avait passé le ballon entre ses jambes et, furieux, Neymar l'avait fait tomber. Ensuite, il avait encore été accusé de viol. Le joueur a alors décidé de publier la conversation Whatsapp qu'il avait eue avec la femme, y compris des photos piquantes de la dame, pour tenter de démontrer qu'il était tombé dans un piège. Résultat : la police brésilienne l'a interrogé, a confisqué son téléphone et lui a signifié qu'elle menait une enquête contre lui pour avoir propagé des photos intimes de la femme qui l'accusait de viol. Francisco Noveletto, le vice-président de la fédération brésilienne de football, a alors déclaré : " S'il joue, le Brésil ne gagnera sans doute pas le tournoi. Je connais la presse. Elle va le torpiller. Il n'est psychologiquement pas en état de disputer la Copa America et d'affronter un bataillon de journalistes. " Neymar a donc écorné encore un peu plus son image, alors qu'il s'attachait à la repolir après divers incidents qui ont émaillé sa saison au PSG. Il n'y a pas eu que ses attaques verbales sur les réseaux sociaux contre les arbitres du match de LC contre Manchester United et l'agression physique commise sur un supporter après la finale de coupe perdue contre le Stade Rennes. Les incidents se sont accumulés : disputes avec ses coéquipiers dans le vestiaire, comportement arrogant sur le terrain, fêtes exubérantes... Il n'a pas été exemplaire durant la Coupe du monde russe non plus. Ses excès, ses coiffures bizarres et ses insultes à l'égard des arbitres, de ses adversaires et même de ses coéquipiers ne lui ont pas valu que des amis. Au contraire, au Brésil aussi, il a commencé à susciter l'ire. Tostao, champion du monde avec le Brésil en 1970, a trouvé que le sélectionneur Tite devait être plus dur et plus honnête avec sa star. Juca Kfouri, un journaliste très respecté, a imputé le comportement de Neymar à son entourage. " Il a des amis qui le défendent en toutes circonstances parce qu'ils peuvent mener une vie luxueuse grâce à lui. C'est à cause d'eux qu'il ne parvient pas à se défaire de son syndrome de Peter Pan. Il ne deviendra jamais adulte dans ces conditions. " Le prodige qui devait conduire le Brésil à de nouveaux triomphes s'enfonce dans ses problèmes. On peut se demander quelle équipe voudra encore d'un footballeur à la réputation aussi catastrophique. Sa fragilité devient aussi un problème. Il a passé plus de temps qu'il ne l'aurait voulu sur la touche depuis deux saisons. Conclusion : Neymar doit se ressaisir dans les plus brefs délais.