Anderlecht s'est donné quelques frayeurs à Heusden-Zolder ?

Georges Heylens : Le Sporting a eu la même attitude condescendante que Benfica et Manchester City, quelques jours plus tôt, en Coupe de l'UEFA, face respectivement à La Louvière et Lokeren. Dans les trois cas, les favoris ont logiquement redressé la barre grâce à leur surplus de talent individuel : Simao chez les Portugais, Nicolas Anelka du côté anglais et, enfin, Pär Zetterberg rayon anderlechtois. Sa classe aura suffi à faire la différence au Limbourg.
...

Georges Heylens : Le Sporting a eu la même attitude condescendante que Benfica et Manchester City, quelques jours plus tôt, en Coupe de l'UEFA, face respectivement à La Louvière et Lokeren. Dans les trois cas, les favoris ont logiquement redressé la barre grâce à leur surplus de talent individuel : Simao chez les Portugais, Nicolas Anelka du côté anglais et, enfin, Pär Zetterberg rayon anderlechtois. Sa classe aura suffi à faire la différence au Limbourg. ... C'est le championnat belge qui a perdu de sa valeur. A près de 33 ans, je ne pense pas qu'il soit devenu meilleur. A mes yeux, il est resté égal à lui-même, ce qui n'est déjà pas mal vu son rayonnement sur les autres ainsi que ses coups de patte décisifs, comme il l'a montré vendredi passé au stade du Phénix. La vérité, c'est que la concurrence s'amenuise un peu plus chaque année. A ce propos, je suis d'avis que notre championnat perd 10 % de sa valeur chaque année. Au train où vont les choses, on s'oriente de plus en plus vers la même situation qu'en Ecosse, où le Celtic et les Rangers de Glasgow font le ménage entre eux. C'est surprenant, car en Belgique certains clubs ont quand même le potentiel pour pouvoir inquiéter les meilleurs. Je songe prioritairement au Standard et à Genk. Mais avec les Rouches, il faudra une fois de plus déchanter cette saison, je le crains. Le Racing, en revanche, monte en puissance, comme il l'a prouvé au Lierse. Il y avait effectivement de tout dans cette rencontre : du beau jeu, de l'engagement, des réalisations spectaculaires et un retournement de situation qui ne l'était pas moins. Des parties pareilles, on en redemande. Pour moi, la clé fut le retrait du jeu de Marc Schaessens. Dès l'instant où l'Anversois a quitté la pelouse, le Lierse n'a pas su trouver la réponse au final endiablé de son adversaire qui avait fait monter d'un cran Didier Zokora et introduit au jeu Thomas Chatelle et Marco Ingrao. Trois hommes qui auront pesé lourd dans le résultat final puisqu'ils marquèrent ou furent à la base des trois derniers buts de leur couleur. Les Hurlus ont éprouvé des difficultés à rentrer dans ce championnat, en raison du concours de quelques éléments précieux au départ de la saison. Mais ces derniers temps, ils ont manifestement trouvé la bonne carburation comme en témoigne le troisième succès d'affilée qu'ils ont obtenu contre l'Antwerp avec l'aîné des frérots et son compère polonais, comme par hasard, à la finition. C'est prometteur et je m'attends à ce que l'Excelsior poursuive sa remontée au classement. Abondance de biens nuit et les Rouches en font l'expérience. L'adjonction d'Emile Mpenza a, jusqu'à présent, davantage perturbé que servi la cause du club. Je ne dis pas que le cadet des Mpenza ne sera pas d'un apport, à Sclessin. Mais j'estime que la direction liégeoise aurait été nettement mieux inspirée en cherchant d'abord une solution aux secteurs qui lui posent problème. Car ce n'est pas à l'attaque que le bât blesse, mais dans tous les autres secteurs : l'entrejeu, la défense et même le goal. Si Silvio Proto avait préservé les filets du Standard et non ceux de La Louvière, on n'aurait pas eu le même résultat, c'est sûr. Voilà un garçon qui a singulièrement étoffé son registre d'une saison à l'autre. Surtout dans les situations homme contre homme. Il reste bien campé sur ses jambes aujourd'hui, dans cette situation, et oblige pour ainsi dire l'attaquant adverse à botter le ballon sur lui. Son évolution est très intéressante. Ariel Jacobs et son staff ont bien travaillé avec lui. Et même bien travaillé tout court. Quand je vois comment les Loups étaient organisés, tant contre les Lisboètes que les Liégeois, je ne puis qu'adresser un coup de chapeau à leur encadrement technique.