C'était en août dernier. A l'issue de son troisième sacre mondial d'affilée en triple saut, Christian Taylor s'est assis à côté de son coach, Rana Reider. Il a annoncé qu'en 2018, une année sans championnat du monde ni Jeux, il avait l'intention de faire autre chose.
...

C'était en août dernier. A l'issue de son troisième sacre mondial d'affilée en triple saut, Christian Taylor s'est assis à côté de son coach, Rana Reider. Il a annoncé qu'en 2018, une année sans championnat du monde ni Jeux, il avait l'intention de faire autre chose. Reider, qui se proclame " gentil dictateur " et a entraîné Dafne Schippers, a fixé le sauteur américain, estomaqué. " Et quoi donc ? Qu'aimerais-tu faire ? " Taylor a avoué qu'il rêvait du 400 mètres. " Quand je lui ai dit que je pouvais boucler le tour de piste aux alentours des 44 secondes, il a immédiatement marqué son accord. Je ne m'y attendais pas. " Taylor s'impose un agenda chargé en combinant les deux disciplines mais il avait besoin d'un nouveau défi, comme Ashton Eaton, le champion olympique du décathlon à Londres en 2012, qui n'a participé qu'à des 400 mètres haies en 2014, pour le plaisir, avant de redevenir champion du monde et médaille d'or olympique dans sa discipline initiale à Rio. " J'espère que cette reconversion provisoire me booste, comme elle l'a fait pour Ashton, afin de repartir à la chasse aux titres en triple saut. " Il vise surtout le record du monde de Jonathan Edwards, établi en 1995. Le Britannique avait sauté 18m29 à Göteborg et Taylor stagne à 18m21 depuis les championnats du monde de Pékin en 2015. " Depuis plusieurs années, je pense surtout à sauter neuf centimètres plus loin. Maintenant, j'ai envie de me concentrer sur un autre chiffre : courir le 400 mètres en moins de 45 secondes. Si j'y parviens, je pourrai rayer une ligne de ma liste des choses à accomplir. " Cela ne fera pas de lui un grand sprinter. En 2016, le Sud-africain Wayde van Niekerk a couru le 400 en 43.03, alors que Taylor a établi son record personnel à 45.17 en 2014. Cinq Américains ont déjà couru sous les 45 secondes cette saison. Taylor espère que cinq courses et les championnats des USA lui suffiront pour convaincre les organisateurs des grands meetings européens de l'inviter. Il n'a pas été convaincant à Shanghai : il a terminé cinquième en 45.24 alors que le lauréat, Steven Gardiner, issu des Bahamas, a sprinté en 43.99. Taylor pourra tenter sa chance dans les meetings qui organisent un concours du triple saut, même si la concurrence y sera encore pire. Le champion du monde en salle Will Claye a sauté 17.91 il y a un an et à Doha, lors du premier meeting de la saison en cours, Pedro Pablo Pichardo a réussi un stupéfiant 17.95, tandis que le Français Teddy Tamgho (18.04 en 2013) est bien revenu, après une suspension et une blessure au tendon d'Achille. " Mes rivaux ne m'attendent pas, j'en suis conscient, mais je veux être heureux. Ce changement me fait du bien. Or, on est plus performant quand on se sent bien. "