Lorsqu'il a signé à l'Inter pour cinq ans le 27 juillet 2009 après cinq ans de Barça, Samuel Eto'o (29 ans) devait remplacer Zlatan Ibrahimovic, le leader de l'équipe. Les fans avaient de quoi se poser des questions. Difficile de comprendre pourquoi PepGuardiola, alors à peine arrivé à la tête du FC Barcelone, a voulu se séparer du Camerounais lors du mercato 2008. Guardiola et Eto'o se sont d'abord affrontés, puis supportés mais jamais appréciés. Même pas par moments. Et les 36 buts, dont un en finale de la Ligue des Champions, n'ont pas changé la donne : " Je suis convaincu que la meilleure chose pour Barcelone est le départ d'Eto'o. Je sens que Barcelone fera encore mieux sans Samuel ", assurait le coach. Des gouttes de venin sur une entente jamais née.
...

Lorsqu'il a signé à l'Inter pour cinq ans le 27 juillet 2009 après cinq ans de Barça, Samuel Eto'o (29 ans) devait remplacer Zlatan Ibrahimovic, le leader de l'équipe. Les fans avaient de quoi se poser des questions. Difficile de comprendre pourquoi PepGuardiola, alors à peine arrivé à la tête du FC Barcelone, a voulu se séparer du Camerounais lors du mercato 2008. Guardiola et Eto'o se sont d'abord affrontés, puis supportés mais jamais appréciés. Même pas par moments. Et les 36 buts, dont un en finale de la Ligue des Champions, n'ont pas changé la donne : " Je suis convaincu que la meilleure chose pour Barcelone est le départ d'Eto'o. Je sens que Barcelone fera encore mieux sans Samuel ", assurait le coach. Des gouttes de venin sur une entente jamais née. Eto'o est arrivé à Milan avec la réputation d'un véritable buteur, voyageant à la vitesse d'un goal toutes les 93 minutes en championnat et toutes les 112 minutes sur l'ensemble des matches. En Italie, il est assez loin du compte. Il a buté nettement moins que Diego Milito, désigné Joueur de la finale de Madrid : deux tirs, deux buts ! Mais au Santiago Bernabeu, Eto'o a effectué un travail extraordinaire sur son flanc et quand il revenait dans l'axe c'était toujours grâce à de beaux numéros techniques terminés par un geste efficace (voir l'assist sur le second goal). Sur l'ensemble de la saison, il n'aura pas enthousiasmé les supporters par ses prouesses techniques autant que Wesley Sneijder mais d'un point de vue tactique, il aura sans nul doute été le pion fondamental. C'est lui qui a permis à José Mourinho de changer de dispositif. Grâce à Eto'o, le Portugais a pu dire adieu à son vieux losange au milieu pour faire place à un système dans lequel il y avait place pour deux ailiers, un centre avant pur et au moins un milieu offensif. C'est ainsi qu'il a fait sauter Chelsea à Stamford Bridge et a miné les assurances de Barcelone à San Siro. Alors que du côté de Barcelone on insistait sur le caractère difficile du Camerounais, à l'Inter on apprécie son humilité. L'été dernier, Eto'o n'est pas parti en bons termes avec Joan Laporta notamment parce qu'il réclamait un dédommagement pour la dernière année de contrat restante jusqu'en juin 2010 que le président blaugrana refusait catégoriquement de payer. Dès lors, des bruits de plus en plus persistants sont venus d'Espagne où l'on affirmait que le joueur avait un égo surdimensionné au point qu'il était en froid avec tous ses équipiers. Reste à prouver qu'Ibrahimovic soit moins difficile car lui aussi est parti en mauvais termes avec certains équipiers qui se sont lâchés après son départ. Son ex-coach adjoint, Sinisa Mihajlovic, a même déclaré : " Ibrahimovic, après deux ans, tu as envie de lui mettre un coup de poing dans la figure ! " Mais on peut se demander quel autre joueur qu'Eto'o, doté un palmarès aussi étoffé et avec de sa réputation de finisseur, aurait accepté facilement de laisser sa place devant le but à un autre. Cette saison, Eto'o a totalisé 16 buts dont 12 en championnat : c'est assurément un butin assez important pour un joueur ayant passé la plus grande partie de son temps à travailler pour l'équipe, garantissant l'équilibre d'un système (4-2-3-1), qui a contribué à la croissance de l'équipe. S'il semble avoir accepté de jouer moins souvent les premiers rôles, c'est probablement que le Lion Indomptable a compris que le nouveau système lui conviendrait mieux. Il a d'ailleurs avoué qu'il lui avait fallu des mois d'adaptation et qu'il avait éprouvé de gros problèmes de placement dans l'ancien dispositif. Pas toujours fit, il n'avait pas été très constant durant la première partie du championnat et n'était pas revenu en grande forme de la CAN. Il a d'ailleurs pris place sur le banc alors qu'il espérait retrouver immédiatement une place désormais occupée par Goran Pandev. " Aujourd'hui, nous évoluons avec une ligne de trois voire quatre attaquants et l'arrivée de Goran en janvier a été fondamentale pour donner plus de consistance à notre jeu offensif ", expliquait Eto'o en vue de la finale où le joueur macédonien était appelé à remplacer Thiago Motta, suspendu. Avant d'ajouter : " On dit que Mourinho est un coach qui pense avant tout à jouer la défense et pourtant il joue avec cinq attaquants ! Lors de la demi-finale aller contre Barcelone à San Siro nous avons marqué trois goals et nous en aurions pu inscrire quelques-uns en plus. " Aujourd'hui, les membres du conseil d'administration qui avaient tiqué, estimant excessifs les 10 millions d'euros annuels réclamés par le Camerounais, ne regrettent plus d'avoir accepté. Ibrahimovic était le premier choix de Guardiola et l'Inter, qui avait bien besoin de liquidité, a tout fait pour que le Suédois s'en aille. Pas question de cracher sur 66 millions moins 20 pour la contrevaleur d'Eto'o. Et avec le montant restant, l'Inter a acquis à Genoa le duo Milito-Thiago Motta (25 millions), Lucio au Bayern (7) et Sneijder au Real (16). Pendant tout un temps, on aurait pu croire qu'Eto'o faisait traîner les discussions avec la direction du Barça pour faire sauter la transaction. Car dans sa biographie, le Camerounais a raconté ses premières rencontres avec Mourinho et notamment un certain Chelsea-Barcelone qui a failli se terminer par le coup de poing. Les insultes ont volé et lorsqu'on on évoqua un probable transfert à Londres, le Camerounais intervint directement : " Jamais je ne jouerai pour une équipe entraînée par Mourinho même pas pour une montagne d'argent. " Entre-temps, Samou a rejoint le Special one et a immédiatement épousé la cause nerazzurra. Avec ses trois Ligues des Champions (deux au Barça et une à l'Inter) et ses deux triplés, la triplete espagnole et tripletta italienne, Eto'o possède l'une des plus belles cartes de visite du football actuel et l'Inter est bien entendu le grand gagnant de l'échange Ibrahimovic-Eto'o. Si le Suédois a été déterminant en championnat, il ne l'a jamais été en Ligue des Champions. Avec lui, l'Inter n'avait jamais franchi les huitièmes de finale. En revanche, le Camerounais s'est distingué sur les deux terrains voire les trois car il a mené son équipe en finale de la Coupe d'Italie, après marqué le goal de la victoire à Chelsea. Le printemps de l'attaquant africain a donc été ensoleillé. Il a marqué des buts contre des adversaires modestes comme Livourne mais cela lui a permis de sortir de l'obscurité dans laquelle il baignait depuis quelques mois. Il avait " couru comme un Noir pour gagner comme un Blanc ", selon une de ses vieilles déclarations. C'est ce qu'il a notamment fait à Barcelone, où il a évolué à l'arrière droit avant de passer à gauche, une fois Milito sorti. Après son goal à Stamford Bridge, il a déclaré que l'Inter allait gagner la Ligue des Champions et qu'il ferait tout pour qu'il en soit ainsi. Des déclarations fortes comme les aime Mourinho. S'il n'y a pas de demi-mesure sur le terrain avec Eto'o (il n'a pas hésité à recadrer MarioBalotelli, forçant la suspension de celui-ci par le coach), il n'y en a pas dehors. On parle souvent de son goût pour les voitures de luxe et les sapes. Dépenses toujours, il a loué un hôtel à Madrid pour y héberger sa famille et ses amis dont... 100 Camerounais. Et la semaine dernière, il a acheté une maison de 17 millions en plein centre de Milan, via Turati juste en face du siège de l'AC Milan... l On dit que Mourinho est défensif et pourtant il joue avec cinq attaquants ! (Eto'o)l'Inter est le grand gagnant de l'échange Ibrahimovic-Eto'o.