L'Euro 2008 est proche et la France commence à se poser quelques questions. Notamment sur le choix du duo d'attaquants. Alors que Raymond Domenech a commencé son chantier du renouveau, en 2004, en misant sur Thierry Henry, celui-ci n'apparaît plus aussi fringant qu'à l'époque. Deux ans après avoir évincé David Trezeguet, Domenech pourrait être contraint de placer sur le banc, le deuxième membre du duo d'attaque monégasque d'il y a dix ans.
...

L'Euro 2008 est proche et la France commence à se poser quelques questions. Notamment sur le choix du duo d'attaquants. Alors que Raymond Domenech a commencé son chantier du renouveau, en 2004, en misant sur Thierry Henry, celui-ci n'apparaît plus aussi fringant qu'à l'époque. Deux ans après avoir évincé David Trezeguet, Domenech pourrait être contraint de placer sur le banc, le deuxième membre du duo d'attaque monégasque d'il y a dix ans. En cause ? Les prestations bien pâlottes de l'ancien attaquant d'Arsenal, passé cet été à Barcelone. Placé dans le couloir gauche, ce dernier éprouve des difficultés à imposer son talent face à des garçons comme Samuel Eto'o, Lionel Messi ou Bojan Krcic. " J'ai inscrit 14 buts et délivré dix passes décisives. C'est pas mal mais tout le monde fait une fixation sur ce que j'ai fait à Arsenal. C'est très dur pour un ailier d'avoir un meilleur bilan ", se défend-il avant d'ajouter " Je vais être honnête. Contre l'Espagne, en février, je n'avais plus de repères dans l'axe. J'étais perdu dans mes appels, mes courses et, devant le but, je n'arrive plus à me situer de la même manière. Je n'ai plus les mêmes réflexes ". Mis sur la sellette à Barcelone, voilà que le public français s'y met également. Alors qu'Henry cale en sélection, la concurrence se réveille. Karim Benzema, l'avant de Lyon, a éclaté et Nicolas Anelka est revenu dans le coup et est davantage clinique devant le but. Ce qui pourrait jouer en faveur d'Henry ? Anelka fait aussi quelques passages sur le banc à Chelsea. De plus, certains pensent que les qualités d'Henry commencent à s'émousser avec l'âge. " A sa grande époque, Henry basait son jeu essentiellement sur des départs dans le dos de la ligne arrière. Il décollait avec cinq mètres de retard mais arrivait avec dix d'avance. Désormais, il est obligé de partir plus tôt et enchaîne les positions hors-jeu ", écrit le mensuel So Foot qui évoque le problème Henry pour l'Euro. " Avec Henry, l'équipe doit jouer en 4-4-2 car il ne paraît plus capable d'évoluer 90 minutes seul en pointe. Or, c'est en 4-3-2-1 que les Bleus ont réalisé leurs meilleurs matches ". Mais Henry est aujourd'hui la marque de fabrique des Bleus. C'est lui qu'on met en avant et il a une influence énorme dans le groupe. Comme du temps d'Arsenal. JOHAN MICOUD, le médian de Bordeaux, a écopé d'un match de suspension pour avoir simulé une faute dans le rectangle (ce qui avait amené un penalty) face à Nancy. CYRIL SAUGET, le médian de Nancy, écarté du groupe depuis un mois, a refait son apparition dans le onze de base. MONACO vit sur un rocher qui s'avère volcanique depuis quelques semaines. Le président Michel Pastor et le vice-président Gérard Brianti ont démissionné. Le Palais a nommé Jérôme de Bontin, un ami du Prince Albert, à la présidence. Et pour redonner un peu de spectacle dans le stade, on fait défiler les people. Après Justine Henin, c'est l'athlète Ladji Doucouréqui a donné le coup d'envoi. PATRICK MULLER, le défenseur suisse de Lyon, blessé depuis le début de la saison, n'a pas été prolongé. METZ, en perdant sur son terrain face à Marseille, est le premier relégué en Ligue 2. TOULOUSE a gagné à Monaco et s'est donné un peu d'air. Il était temps car le stress monte peu à peu. Pour preuve : cet échange de coups à l'entraînement entre Paulo César et Fodé Mansaré. Le premier cité a été mis à pied. Il avait décoché un coup de pied au Guinéen qui dut se faire poser huit points de suture. VALENCIENNES est rentré dans la danse pour s'attacher les services de Nabil Dirar, le médian de Westerlo. KEVIN MIRALLAS, l'attaquant belge, a signé le deuxième but de ses couleurs lilloises face à Nancy (2-1). Il s'agissait de son 2e but de la saison. STéPHANE VANDE VELDE