La valeur marchande de Cyril Théréau a subi une croissance exponentielle en une année à peine. Passé gratos d'Angers à Charleroi l'été dernier, l'attaquant français ne sera finalement resté que l'espace de quatre matches au Mambour, avant de mettre le cap sur le Steaua Bucarest pour la somme de 700.000 euros, permettant à la direction zébrée de réaliser une plus-value juteuse. De plus, elle touche également un pourcentage sur le transfert du Steaua à Anderlecht !
...

La valeur marchande de Cyril Théréau a subi une croissance exponentielle en une année à peine. Passé gratos d'Angers à Charleroi l'été dernier, l'attaquant français ne sera finalement resté que l'espace de quatre matches au Mambour, avant de mettre le cap sur le Steaua Bucarest pour la somme de 700.000 euros, permettant à la direction zébrée de réaliser une plus-value juteuse. De plus, elle touche également un pourcentage sur le transfert du Steaua à Anderlecht ! Un an plus tard, Anderlecht aura dû débourser le quadruple de cette somme pour acquérir le joueur qui, il est vrai, a fait flèche de tout bois dans l'intervalle : trois buts en un mois chez les Zèbres agrémentés de dix autres en 17 matches en Roumanie. Le RSCA peut-il se frotter les mains ? Raymond MommensScout à Charleroi ces dernières années avant d'embrasser les mêmes fonctions à partir du 15 juillet prochain à Anderlecht, il se targue d'avoir découvert Théréau et de l'avoir aiguillé vers le Mambour l'été passé. Encore tenu au silenzio stampa décrété depuis un an par les Zèbres (quelle patience...) à l'égard de notre magazine, il s'était toutefois exprimé à propos de l'avant français dans les colonnes de notre confrère Het Laatste Nieuws. Jacky MathijssenPassé au Club Bruges cet été, il a eu Théréau sous ses ordres la saison passée. Quatre matches à peine car après une entrée sur les chapeaux de roue, le transfuge d'Angers fut transféré au Steaua Bucarest. Werner DeraeveResponsable de la prospection et du recrutement au RSCA, n'est pas mécontent que le transfert de Cyril Théréau ait abouti. C'est qu'en l'espace de quatre rencontres à peine avec les Zèbres, au début de la défunte compétition, le Français avait accumulé les rapports positifs. Et que par la suite, ses performances n'étaient nullement passées inaperçues au Steaua Bucarest. Tudorel StoicaLe père d' Alin, est une ancienne figure emblématique du Steaua, dont il a défendu les couleurs pendant plus de dix ans. C'est sous son capitanat que le club roumain a d'ailleurs remporté la Coupe d'Europe des Clubs Champions en 1986. Entraîneur des Espoirs roumains la saison passée, il est assidu aux matches de son ex-équipe et a donc vu régulièrement à l'£uvre le nouveau transfuge du Sporting. Mircea PetescuEgalement ex-joueur du Steaua Bucarest, il s'est reconverti comme agent de joueurs et a choisi notre pays comme terre d'attache. Il fait régulièrement la navette entre la Roumanie et la Belgique et est donc bien placé pour exprimer son point de vue sur le joueur. Mommens : " Je l'ai vu à l'£uvre pour la première fois à l'occasion d'un match entre Châteauroux et Angers, dont il défendait alors les couleurs. Dès ses premières touches de balle, j'ai été conquis. Pour un gars de 189 centimètres, il était mobile à souhait devant et faisait toujours un usage judicieux du ballon : soit en le remisant à un partenaire, soit en pénétrant lui-même dans l'arrière-garde adverse. A partir de ce moment, j'ai fait un screening plus élaboré du joueur en l'observant notamment aux entraînements de son club. Dans ces circonstances, il n'a fait que confirmer la bonne impression qu'il m'avait laissée ". Deraeve : " Au départ de la saison, c'est toujours la même rengaine chez nous. Toutes les semaines, nos scouts sont envoyés sur la plupart des terrains de D1 afin d'évaluer les forces en présence, aussi bien sur les plans collectifs qu'individuels. Charleroi a retenu sur-le-champ notre attention, dans la mesure où il s'agissait d'une bonne équipe et que nous étions appelés à la rencontrer dès la septième journée de championnat. Les rapports la concernant se sont donc multipliés dès l'entame de cette campagne et, le moins que l'on puisse dire, c'est que les prestations du nouvel attaquant français des Zèbres n'étaient pas passées inaperçues. Hormis une moindre performance lors de l'ouverture face au Lierse, il avait marqué les esprits au cours des rencontres suivantes contre le Standard, le Cercle Bruges et La Gantoise. Tout comme un certain Milan Jovanovic d'ailleurs. A partir de là, son nom a été inscrit en lettres grasses chez nous, même s'il est parti par la suite en Roumanie. Il n'a plus fait l'objet d'un suivi personnalisé depuis lors mais on a continué à suivre son parcours, en Ligue des Champions, par exemple ". Stoica : " Si le Steaua n'avait pas croisé la route du Standard en préliminaires de la Ligue des Champions, tout porte à croire que jamais Théréau n'aurait abouti dans ce club. Mais des émissaires, qui avaient suivi en tout début de saison la rencontre entre le Standard et Charleroi s'étaient montrés, au retour, très élogieux envers le joueur qui avait inscrit, à cette occasion, le but de la victoire pour Charleroi. Dans la mesure où il paraissait vraiment complet, alors que les attaquants Mihai Gurita, Valentin Badea ainsi que Victoras Iacob excellaient plutôt chacun dans un registre très spécifique, la direction avait fait de son acquisition une priorité, surtout dans l'optique de la Ligue des Champions ". Mathijssen : " Indépendamment de ses qualités de footballeur, j'ai été séduit par sa détermination. C'est un garçon qui est avide d'apprendre et, par là même, réceptif aux conseils qu'on lui prodigue. Je conserve de lui un excellent souvenir, même si je ne l'ai pas eu très longtemps sous mes ordres. Je ne cache pas, d'ailleurs, que j'aurais aimé pouvoir disposer de ses services dans mon nouvel entourage brugeois. C'est une preuve de mon estime pour lui ". Mommens : " Il est animé d'une toute bonne mentalité. Une séance de préparation, chez lui, ne s'assimilait nullement à une routine. Il avait manifestement à c£ur de progresser et se servait de ce contact journalier avec ses partenaires pour s'améliorer. Et, ce qui ne gâte rien, il a la grinta ". Mathijssen : " C'est un all-rounder, il peut être utilisé dans bon nombre de variantes devant : à une, deux ou trois composantes. A cette nuance près qu'il me paraît préférable de l'utiliser en position axiale. Décalé sur le flanc, il risque en effet de perdre de sa force de percussion. Au Mambour, je l'ai utilisé dans un système avec deux hommes en pointe, où son acolyte était Orlando. Contre le Lierse, ce duo était encore en rodage. Mais durant les trois matches suivants, Théréau avait étalé son sens du but en marquant tour à tour contre le Standard, le Cercle et La Gantoise. S'il était resté, je l'aurais sans doute employé dans d'autres configurations. Comme singleton devant, par exemple ". Mommens : " Habile des deux pieds, même s'il est droitier à l'origine, le Français excelle également dans le jeu de tête. Il témoigne d'une polyvalence évidente aussi, dans la mesure où il est capable d'opérer seul en pointe, ou dans un système avec deux attaquants ". De Raeve : " Cyril présente un profil intéressant, en ce sens que nous ne disposions pas de réelle alternative, chez nous, en cas d'absence de Nicolas Frutos. Or, on a pu mesurer à quel point le concours de l'Argentin aura été des plus précieux pour nous depuis ses grands débuts en janvier 2006. Nous avons eu beau déployer tant et plus nos antennes en Amérique du Sud et en Europe, jamais nous n'étions parvenus à trouver un élément de la même trempe, et avec les mêmes qualités. Le Français comble donc cette lacune ". Stoica : " Compte tenu de la valeur de l'opposant, le Steaua était déployé tantôt en 4-4-2, tantôt encore en 4-5-1. Dans cette configuration, c'était toujours le nouveau venu qui était aligné en position la plus avancée. Quand il y avait deux joueurs aux avant-postes, Théréau jouait le plus fréquemment avec NicolaeDica à ses côtés. Tous deux marquaient d'ailleurs comme à la parade, puisque l'ancien Carolo avait paraphé une dizaine de buts avant d'être freiné par une blessure au pied. Durant ce laps de temps, il eut d'ailleurs tôt fait de devenir le chouchou du public. Beaucoup s'accordaient même à dire qu'il était le meilleur étranger du championnat ". Mathijssen : " Il s'est adapté très rapidement à Charleroi et j'ai cru comprendre qu'il n'en avait pas été autrement à Bucarest. Il me fait un peu songer à un caméléon par son aptitude à se fondre dans un contexte nouveau. Sur le terrain, il témoigne d'une grande intelligence, en ce sens qu'il sait parfaitement ce qu'on attend de lui en fonction de la spécificité de la rencontre. Qu'il évolue seul en pointe ou en tandem, il sent à tout moment ce qu'on attend de lui ". Stoica : " Au départ, le Français a dû se contenter d'un rôle de doublure. Quoi de plus normal, dans la mesure où il découvrait un tout nouvel environnement, aussi bien sur le terrain que dans la vie de tous les jours. Mais après quinze jours, il était parfaitement intégré et jouissait déjà des priorités du coach ". Petescu : " J'ai rarement vu un attaquant s'adapter aussi rapidement. En général, plus un footballeur joue haut dans une équipe, plus il éprouve des difficultés à trouver ses marques. Mais le Français, lui, a quasi immédiatement fait parler la poudre, à l'image de ce qu'il avait fait à Charleroi d'ailleurs ". Mathijssen : " Qu'on ne s'y trompe pas, le Français n'est pas un réalisateur pur-sang. Sans quoi, il est fort probable que l'élite française l'aurait repéré avant nous. Mais il présente quand même la particularité de pouvoir scorer invariablement des deux pieds et de la tête. Il n'excelle peut-être pas dans un registre bien déterminé mais il n'a pas de point faible non plus. De Raeve : " Théreau est manifestement un goal-getter tout terrain à en juger par sa production en France, puis chez nous et enfin en Roumanie. Il n'est pas un véritable clone de Nico, même s'il possède un gabarit semblable. Il tient un peu de Mémé Tchité aussi par sa puissance et son sens du but aiguisé ". Stoica : " Seul bémol : autant il trouvait aisément le chemin des filets en championnat, autant sa production aura été nulle en compétition européenne, puisqu'il ne trouva jamais le chemin des filets. Le garçon a toutefois des circonstances atténuantes à faire valoir car le Steaua Bucarest, qui renouait en quelque sorte avec l'épreuve reine du calendrier, après des années de disette, était réellement tombé dans un groupe au-dessus de ses forces puisque ses trois adversaires avaient pour noms le Dynamo Kiev, Lyon et le Real Madrid. Il n'y avait pas photo entre ces monstres sacrés et mes compatriotes qui réussirent finalement au-delà des espérances, déjà, en mettant le grappin sur la troisième place devant la formation ukrainienne, contre laquelle ils prirent quatre points sur six. A défaut de marquer, Théréau fut extrêmement utile à ses couleurs. L'entraîneur, Cosmin Olariu, le considérait comme un titulaire indiscutable devant. S'il était resté en place, il aurait sans doute fait le forcing pour le garder. Son successeur, Gheorghe Hagi, s'est montré plus flexible. Il est vrai que la plus-value réalisée sur le transfert du joueur devrait lui permettre d'attirer un remplaçant valable. Gica est également quelqu'un qui apprécie des joueurs techniques. Et peut-être ce critère-là n'était-il pas suffisamment prononcé, à ses yeux, chez Théréau. D'accord, il ne faut pas attendre de lui qu'il dribble trois joueurs dans un mouchoir de poche. Mais pour ce qui est du sens du but, il n'y avait pas de quoi faire la fine bouche. Même s'il reste à Théréau à convaincre au plus haut niveau. Car les joutes continentales, c'est une tout autre dimension. Anderlecht est d'ailleurs bien placé pour le savoir ". Petescu : " Cette faculté à inscrire des goals partout est le signe qu'il fait partie de la race des buteurs. Je ne doute pas un seul instant que dans le contexte d'Anderlecht, il pourfendra à nouveau toutes les défenses. A travers les matches que le Standard a livrés contre le Steaua Bucarest, en préliminaires de la Ligue des Champions 2006-07, chacun aura pu remarquer que le décalage n'était pas grand entre les deux équipes. Si Théréau a empilé les buts pour le compte du club roumain, je ne vois pas vraiment pas pourquoi il ne récidiverait pas au Sporting. D'autant plus que ces deux formations présentent une tradition offensive en tous points similaire. Dans cette optique, le joueur me semble taillé sur mesure pour le RSCA. Avec Nicolas Frutos ou Mémé Tchité à ses côtés, il va faire des dégâts, c'est sûr ". Petescu : " La seule inconnue, c'est son rendement à ce niveau. Pour ses débuts, il n'a pas été gâté car le Real Madrid, Lyon et le Dynamo Kiev n'étaient pas les premiers venus. Je ne pense pas qu'Anderlecht aurait accédé aux huitièmes de finale dans les mêmes conditions. Avec un an de plus et autant d'expérience emmagasinée, je suis curieux de voir son évolution. Compte tenu de son jeune âge, je suis persuadé qu'il peut encore s'étoffer et faire l'affaire à ce niveau. On en reparlera dans quelques mois ". par bruno govers et kristof de ryck