Trois jours après le titre : sous nos yeux, un gamin d'une dizaine d'années s'est désaffilié de Saint-Trond et vient signer son affiliation au Standard dans les bureaux de l'Académie Robert Louis-Dreyfus. Déjà une première conséquence du sacre de l'équipe Première, et accessoirement de la descente imminente des Canaris en D2 ?
...

Trois jours après le titre : sous nos yeux, un gamin d'une dizaine d'années s'est désaffilié de Saint-Trond et vient signer son affiliation au Standard dans les bureaux de l'Académie Robert Louis-Dreyfus. Déjà une première conséquence du sacre de l'équipe Première, et accessoirement de la descente imminente des Canaris en D2 ? " N'exagérons rien ", tempère VincentCiccarella, responsable sportif des -7 aux -15 ans. " Ce gamin, on le suivait depuis plusieurs semaines. Il a satisfait aux tests et on l'a accepté ". Car, même à cet âge-là, ne s'affilie pas au Standard qui veut. Il faut démontrer certaines aptitudes. " Lors de la dernière journée de détection, organisée pendant les vacances de Pâques, il y avait 195 inscrits ", poursuit Ciccarella. " Or, l'ensemble de l'école des jeunes du Standard, des plus petits aux Espoirs, ne peut accueillir que 250 joueurs. " Les places sont donc chères. Sur 195 prétendants, combien parviennent-ils à convaincre ? Cela varie d'une session à l'autre. Et comme chaque catégorie d'âge n'accueille qu'une vingtaine de joueurs, l'arrivée de nouveaux affiliés se fait parfois au détriment de petits footballeurs déjà en place depuis plusieurs années. " Humainement, c'est très dur d'annoncer à un enfant en larmes qu'il n'a pas satisfait aux exigences et qu'il ne pourra pas continuer chez nous ", reconnaît SachaFeytongs, responsable administratif de l'ARLD. " C'est comme à l'école : les meilleurs émergent et d'autres doivent quitter l'établissement. Régulièrement, des parents qui affilient leur gosse me demandent s'il pourra rester quatre ou cinq ans. Je ne peux leur garantir qu'une saison. Chaque année, une évaluation est faite ". La réussite d' AxelWitsel, de RéginalGoreux et de LandryMulemo (les seuls vrais produits de l'Académie parmi les titulaires de l'équipe Première, car MarouaneFellaini n'est arrivé qu'en 2004 et on connaît le parcours de StevenDefour) peut-elle agir comme facteur de motivation pour d'autres jeunes ? " Sans doute ", dit Ciccarella. " Ceux qui suivent derrière - et il y en a - verront que même à 19 ans, il est possible de conquérir une place dans une équipe championne de Belgique. Lorsque Goreux a intégré l'équipe Première, et inscrit un but d'anthologie contre le Cercle de Bruges, cela a provoqué une grosse émulation chez tous ses anciens coéquipiers des équipes d'âge qu'il fréquentait encore il y a peu de temps. Les passages, fréquents, de Fellaini et de Defour à l'Académie sont aussi très appréciés des jeunes. Comme la présence régulière de DominiqueD'Onofrio aux matches des tout petits, le dimanche matin. On sent qu'il existe désormais une véritable communion entre le noyau A et l'Académie ". " Ce titre permettra peut-être de convaincre certains jeunes joueurs talentueux de signer chez nous plutôt qu'ailleurs ", enchaîne Feytongs. " Mais, d'un autre côté, il n'empêchera pas certains d'aller voir ailleurs si l'herbe n'est pas plus verte. On sait déjà que l'un de nos jeunes les plus talentueux n'a pas pu résister à l'appel des sirènes étrangères (NDLR : YoussefBaloglu a signé à Torino il y a quelques mois, juste avant ses 16 ans). Et on craint que quelques autres ne lui emboîtent le pas comme récemment, PaulJoséMpoku, qui a signé en faveur de Tottenham. Aussi longtemps que les législations ne seront pas les mêmes partout, ce sera inévitable. En Belgique, on doit attendre 16 ans pour offrir un contrat. Des clubs étrangers, aux moyens financiers plus importants, peuvent aussi se permettre de faire venir toute la famille, de l'héberger et de proposer un boulot au père. Ce qui n'est pas le cas du Standard. Mais le pourcentage de jeunes joueurs qui quittent le club est tout de même inférieur à ce qu'il était il y a quelques années, lorsque JonathanLegear, KevinMirallas, SébastienPocognoli et d'autres nous ont tous filé entre les doigts. C'est dû aux infrastructures de l'Académie, à la volonté délibérée de la direction d'offrir une chance aux jeunes, mais aussi à la création du championnat des -21 ans qui remplace celui des Réserves. Cela nous permet de garder nos jeunes deux ans de plus, alors qu'avant, ils partaient en D2 ou en D3 à 19 ans. Certains s'y sont perdus, comme XavierAsselborn ou JinksDimvula, parce qu'ils se sont retrouvés dans une structure moins professionnelle et qu'ils ont régressé. Par ailleurs, il n'a pas fallu attendre le titre pour que la réputation de l'Académie dépasse les frontières. Les demandes affluent d'un peu partout : de France, d'Italie... On a même reçu une candidature d'un footballeur de 14 ans originaire d'... Inde ! On a dû la refuser. La législation belge exige que, pour affilier un jeune joueur étranger de 14 ans, toute la famille doit habiter en Belgique. Il y aurait, certes, moyen d'élaborer tout un dossier où l'on prévoirait la présence d'un tuteur, mais c'est très compliqué. Par ailleurs, il faut offrir à un joueur extra-européen un contrat huit fois supérieur à celui d'un joueur belge. Le jeu n'en vaut la chandelle que dans le cas d'un joueur hyper-talentueux. D'autres clubs, ailleurs en Europe, peuvent se le permettre : Manchester United a engagé un footballeur australien de... 9 ans ! " par daniel devos - photo: reporters