G aston Vets, le président lierrois, peut être satisfait : il a fait mieux que les objectifs fixés. Il y a un an, il affirmait viser une place dans la première partie du tableau. Le Lierse avait échappé de peu à la relégation. En un an, c'est lui qui a effectué le plus grand bond en avant. Jusqu'en mars, il a même flirté avec la Ligue des Champions, puis l'impressionnante organisation de l'équipe s'est effilochée. Emilio Ferrera a beau dire que la p...

G aston Vets, le président lierrois, peut être satisfait : il a fait mieux que les objectifs fixés. Il y a un an, il affirmait viser une place dans la première partie du tableau. Le Lierse avait échappé de peu à la relégation. En un an, c'est lui qui a effectué le plus grand bond en avant. Jusqu'en mars, il a même flirté avec la Ligue des Champions, puis l'impressionnante organisation de l'équipe s'est effilochée. Emilio Ferrera a beau dire que la plupart des postes sont doublés, certains joueurs sont irremplaçables. C'est surtout le cas de Marc Schaessens, le moteur de l'équipe et la personnification de la rage de vaincre qui manquait au Lierse dans le passé. Ce n'est pas un hasard si le Lierse a accusé le coup lorsqu'il a dû quitter le terrain à Charleroi, lors de la 26e journée. Une semaine plus tard, Anderlecht mettait fin à une série de 11 matches sans défaite. Ferrera a formé une équipe solide à partir de l'arrière, avec un gardien expérimenté, Yves Vander Straeten, au détriment du jeune Cliff Mardulier. Devant lui, une défense brillamment dirigée par Jonas De Roeck. Rapidement, la dernière ligne a prouvé qu'elle maîtrisait les dix commandements de l'entraîneur. Le Lierse a été confronté à un problème à gauche : Jimmy Smet, droitier, y a dépanné, alors que le véritable arrière gauche, Hasan Kacic, n'apportait pas le même plus qu' Axel Smeets à droite. Jusqu'à la raclée infligée par Beveren (7-1), le Lierse avait la meilleure défense. Offensivement, il a trop misé sur un de ses attaquants. Stein Huysegems a poursuivi sur la lancée du second tour de la saison précédente mais à partir de janvier, il a piétiné et est devenu trop prévisible. Le jeune Ivoirien Arouna Kone est une des révélations du championnat. Inconnu au bataillon, il est devenu un titulaire à part entière dès la cinquième journée alors que des attaquants plus chevronnés, comme Stijn Janssens, Archie Thompson et Trésor Empoke disparaissaient de l'échiquier. Hormis Schaessens, le Lierse a eu un autre atout : Dan Mitu, qui a fait oublier Thomas Zdebel, assurant enfin un bon coulissement des lignes. Mais le Lierse n'avait pas d'alternative à Mitu. Ferrera exige de ses joueurs plus de constance. Le capitaine, Karel Snoeckx, en a fait la preuve. Björn De Wilde, auteur d'un vrai hat-trick à la Louvière, n'a pas obtenu sa chance, à cause de l'éclosion de Koné. Un des attaquants va partir. Il aura alors l'occasion de faire ses preuves. n