Marseille est ce que l'on peut appeler un bon client pour la presse française. Au point que celle-ci n'hésite pas à s'emballer lorsque l'OM reprend des couleurs. Alors que les Marseillais pointaient encore à la neuvième place à six points de la Ligue des Champions, certains journalistes versaient dans la démesure. Le site Football365. fr lançait un sondage pour savoir si les Marseillais pouvaient décrocher... le titre. A ce moment-là, l'OM comptait 14 points de retard sur Lyon.
...

Marseille est ce que l'on peut appeler un bon client pour la presse française. Au point que celle-ci n'hésite pas à s'emballer lorsque l'OM reprend des couleurs. Alors que les Marseillais pointaient encore à la neuvième place à six points de la Ligue des Champions, certains journalistes versaient dans la démesure. Le site Football365. fr lançait un sondage pour savoir si les Marseillais pouvaient décrocher... le titre. A ce moment-là, l'OM comptait 14 points de retard sur Lyon. Un mois plus tard : le bilan s'est amélioré. Marseille a battu Nice et le PSG, et s'est qualifié au détriment du Spartak Moscou en UEFA. L'avalanche médiatique ne fait que se confirmer. En une semaine, L'Equipe a placé l'OM en une à quatre reprises (sur cinq). Et pourtant, Lyon, Bordeaux et Nancy sont toujours devant. Les journaux refont le parallèle avec la saison passée qui avait vu, dans un rush final époustouflant, les Phocéens terminer à la deuxième place du championnat. L'engouement est exagéré mais démontre le potentiel vendeur du club du sud. " Dès que les résultats décollent quelque peu, tout le monde se jette sur le club. On sait que l'on va vendre davantage de journaux avec l'OM en une qu'avec n'importe quelle autre formation de L1. Alors, parfois, on force le trait et on oublie Nancy, Nice et Le Mans ", explique Dominique Rousseau, journaliste à L'Equipe. Mais si Marseille n'est pas en mesure de briguer le titre, son redressement n'en demeure pas moins spectaculaire. Depuis son arrivée le 25 septembre, Eric Gerets a pris 32 points (neuf victoires, cinq nuls et trois défaites) mais il a surtout métamorphosé son noyau. " S'il y a quelque chose qui ne va pas bien, je ne dois plus crier tout le temps car les joueurs commencent à trouver les réponses ", explique Gerets. L'attaque a repris des couleurs. Djibril Cisséa profité du départ de Mamadou Niang à la CAN pour reprendre son costume de buteur. Désormais, l'association entre les deux hommes fait mal. D'autres éléments ont éclaté. C'est le cas du petit médian de terrain, Mathieu Valbuena, jugé un temps trop léger pour la L1, et désormais à la baguette de la formation marseillaise. De plus, Steve Mandanda, le gardien, répond présent à chaque échéance importante. Sans oublier les hommes de l'ombre, Laurent Bonnart et Gaël Givet, qui ont pris de l'ampleur dans le onze de base. DANIEL NICULAE, l'attaquant roumain, est le sauveur d'Auxerre au point qu'en Bourgogne, on évoque déjà la Niculae dépendance. En marquant 10 buts, il est l'auteur de 42 % des buts de l'AJA. FIN DE MATCH houleuse lors de Valencienne-Le Mans (1-2). Une bagarre générale est intervenue alors que VA venait de réduire le score. La cause ? Un joueur manceau était au sol. La conséquence ? Deux cartons rouges, un dans chaque camp. DIDIER DIGARD, le milieu de terrain du PSG qui était absent des terrains depuis un mois (blessure à la cuisse droite), n'est pas prêt à faire son retour en compétition il a ressenti la même douleur après 25 minutes avec les Réserves. RACISME : lors du match Bastia-Libourne (L2) des spectateurs présents à Furiani ont déplié deux banderoles insultantes et racistes faisant implicitement référence à l'affaire Kébé, joueur de Libourne victime d'insultes lors du match aller. La mollesse de la Ligue dans sa lutte contre le, racisme a une nouvelle fois été épinglée. SYLVAIN WILTORD, l'attaquant de Rennes, est en perte de vitesse après avoir impressionné en octobre. Depuis, ses prestations sont indignes de celles d'un international : il était encore sur le banc contre Lorient. KEVIN MIRALLAS est monté au jeu à la 74e minute à Bordeaux. CYRIL SAUGET, défenseur de Nancy, a été montré du doigt lors de la lourde défaite à Saint-Etienne (4-0). Il est passé à côté de son match - ce qui arrive - et on a insinué qu'il aurait des contacts avec les Verts. Contacts que le joueur a confirmés. STéPHANE VANDE VELDE