L'Angleterre s'est imposée 0-2 en Grèce, la semaine dernière, grâce à des buts de Scholes et du capitaine Beckham, qui a par ailleurs marqué trois buts en quatre matches. La Grèce, troisième, doit encore se déplacer en Angleterre. L'équipe du Suédois Sven-Göran Eriksson semble donc avoir pris une solide option sur un billet pour les barrages. Elle a remport...

L'Angleterre s'est imposée 0-2 en Grèce, la semaine dernière, grâce à des buts de Scholes et du capitaine Beckham, qui a par ailleurs marqué trois buts en quatre matches. La Grèce, troisième, doit encore se déplacer en Angleterre. L'équipe du Suédois Sven-Göran Eriksson semble donc avoir pris une solide option sur un billet pour les barrages. Elle a remporté son cinquième match d'affilée sous Eriksson, qui a ainsi établi un record anglais. Les plus sceptiques doivent admettre la qualité de ses débuts, soulignée par le goal-average: 14-2. Eriksson s'appuie sur les automatismes de Liverpool en attaque. Le duo Fowler- Owen évolue en pointe alors qu'à gauche, on retrouve le grand Emile Heskey, un choix étonnant. Paul Gerrard est titularisé dans l'axe, Scholes et Beckham complétant l'entrejeu. L'équipe est jeune mais déjà mûre, grâce aux expériences vécues par les joueurs dans leurs clubs. Gerrard est très optimiste quant aux possibilités de cette équipe. "Nous serons candidats au titre mondial en 2006". Arsenal est le principal fournisseur de la défense. A gauche, on trouve le jeune Ashley Cole, qui a émergé de l'anonymat pour devenir international la saison dernière. Dans l'axe, Eriksson flanque le routinier Keown de Ferdinand (Leeds) et Seaman défend le but. Phil Neville (Manchester United) occupe l'arrière droit. En bref, à part Ferdinand, les joueurs viennent des trois grands clubs et seul Heskey se voit attribuer un rôle différent de celui qu'il a dans son club. Le médian gauche demeure un problème en équipe nationale, Eriksson n'ayant pas plus que ses prédécesseurs confiance en Steve McManaman. La vraie épreuve du feu de cette nouvelle équipe n'aura lieu que le 1er septembre, à Munich, face à l'Allemagne, leader du groupe. Grâce à ses victoires contre la Finlande, l'Albanie et la Grèce, ainsi qu'à la perte de points de l'Allemagne à Helsinki, l'Angleterre peut encore espérer prendre la tête, puisqu'elle doit encore recevoir la Grèce et l'Albanie. Le 15 août, elle fera une répétition générale contre les Pays-Bas, sur le terrain de Tottenham. (P. T'Kint)