On reconnaît une grande équipe à sa réaction quand ça va moins bien. Après cinq matches sans victoire, dont deux en Europa League, Genk a redressé la tête à Anderlecht. Un éclair de classe d' Alejandro Pozuelo a fait la différence. Un peu avant, le gardien Danny Vukovic avait sorti un arrêt fantastique pour empêcher le Sporting d'ouvrir la marque et peut-être de gagner.
...

On reconnaît une grande équipe à sa réaction quand ça va moins bien. Après cinq matches sans victoire, dont deux en Europa League, Genk a redressé la tête à Anderlecht. Un éclair de classe d' Alejandro Pozuelo a fait la différence. Un peu avant, le gardien Danny Vukovic avait sorti un arrêt fantastique pour empêcher le Sporting d'ouvrir la marque et peut-être de gagner. Genk a entamé sa longue série de matches à enjeu le jeudi 26 juillet contre les Luxembourgeois de Fola Esch. Le déplacement à Anderlecht était déjà son 29e match en quatre mois alors que les internationaux en étaient même à 33. Cet enchaînement a entamé leur fraîcheur dimanche soir à Anderlecht, sans que les joueurs paraissent vraiment fatigués. Sans cela, dix des onze joueurs titularisés jeudi à Malmö ne seraient pas parvenus à mettre les gaz dans la dernière demi-heure de jeu face à une formation qui avait ménagé différents footballeurs en semaine en prévision de cette affiche. Le football de Genk n'est plus aussi chatoyant mais l'équipe de Philippe Clement reste très forte, physiquement et mentalement. Si, jeudi, après le nul concédé en Suède, les joueurs étaient au trente-sixième dessous, dimanche, ils ont fête leur victoire comme des gamins et, à leur sortie du terrain, c'est tout juste si les dirigeants ne les ont pas étouffés sous leurs embrassades, témoignant par leur émotion de l'ambition qui anime tout le club. Quelle différence par rapport à l'année dernière à la même époque ! Défait 3-2 au YRFC Malines, Genk avait glissé à la huitième place. Une semaine plus tard, le nul 1-1 à domicile contre Eupen coûtait sa place à Albert Stuivenberg. Semaine après semaine, les supporters huaient leurs joueurs. Un an plus tard, ces mêmes fans continuaient à chanter à Anderlecht, un quart d'heure après le coup de sifflet final. Il y a un an, Genk ne comptait que 22 points en 17 journées et il avait essuyé cinq revers. Il n'avait inscrit que 23 buts et en avait encaissé 22. Cette saison, il en a marqué presque deux fois plus (41), plus de deux par match donc. Deux de ses footballeurs figurent parmi les cinq meilleurs buteurs de D1A. Ensemble, Leandro Trossard et Aly Samatta ont marqué 19 buts. Il y a un an, aucun Genkois ne figurait parmi les dix premiers de ce classement et Siebe Schrijvers était le plus productif avec seulement cinq goals. Ce soir, Genk dispute son trentième match de la saison. Opposé à Charleroi en coupe, il ne peut pas se permettre de lever le pied car il veut aller loin dans cette épreuve, de même qu'il veut passer l'hiver en Europe et entamer les PO1 en bonne position. Même si le club tait ses ambitions dans toutes les langues, l'obtention d'un trophée fait partie des options.