C'est le football moderne: le noyau qui entame le deuxième tour ressemble rarement a celui qui a commencé le championnat. A La Louvière, les mouvements furent particulièrement nombreux depuis l'été dernier.
...

C'est le football moderne: le noyau qui entame le deuxième tour ressemble rarement a celui qui a commencé le championnat. A La Louvière, les mouvements furent particulièrement nombreux depuis l'été dernier. Rejetés dans le noyau B parce que Daniel Leclercq ne croyait pas en eux, Adrian Aliaj et Dimitri Delière s'entraînent de nouveau avec les pros. Jan Van Steenberghe fut lui aussi rappelé, avant d'être cédé à l'Antwerp. Le gardien suédois Ola Tidman avait débarqué pour être titulaire. Après avoir raté son début de saison, il a fait quelques tests en Angleterre et il est toujours susceptible de quitter La Louvière à tout moment. Masahiro Endo, lui, n'est déjà plus là: son transfert devait rapporter un important sponsoring japonais au club, mais ce contrat n'a jamais été signé et le joueur a disparu de la circulation. Mais c'est surtout au niveau offensif que pèsent les départs. Jean-Jacques Missé Missé s'est mis hors-jeu en attaquant le club dans la presse. Pascal Dias a vu son contrat rompu pour faute grave. Il avait reçu l'autorisation du club pour faire des tests à l'étranger pendant une semaine, mais il s'est absenté trois semaines et a reconnu sa faute. Selon certaines rumeurs, l'attaquant français est poursuivi par le fisc belge. Il serait redevable de sommes importantes qu'il n'aurait pas versées lors de ses séjours à Lokeren, au Standard et à Charleroi. Il dément toutefois et affirme que son désir de quitter la Belgique a d'autres raisons. Le week-end dernier, on a appris un autre départ: celui de Nicolas Ouédec. Le Breton est malheureux comme la pierre. Il est retourné dans sa région natale pendant la trêve, pour revoir les enfants de son premier mariage. Aujourd'hui, il connaît de nouveaux problèmes de coeur et a reconnu devant les dirigeants louviérois qu'il n'était plus en mesure de se concentrer sur son job. Les deux parties se sont séparées de commun accord et Ouédec envisagerait de stopper purement et simplement sa carrière. La direction envisage éventuellement un renfort offensif pour aborder la dernière ligne droite du championnat. "C'est une possibilité, mais pas une certitude", signale Roland Louf, le manager. "Nous avons aussi prouvé que nous pouvions marquer des buts importants sans Dias et Ouédec. C'est peut-être le moment de donner une chance à des jeunes du cru".