La semaine dernière, après le Tour de Pékin, on a établi le bilan du WorldTour. Malgré un nombre peu élevé de victoires retentissantes - aucune dans un grand tour, pour la première fois depuis 2003, les Belges marquent des points, mais surtout en profondeur. Cinq conclusions majeures.
...

La semaine dernière, après le Tour de Pékin, on a établi le bilan du WorldTour. Malgré un nombre peu élevé de victoires retentissantes - aucune dans un grand tour, pour la première fois depuis 2003, les Belges marquent des points, mais surtout en profondeur. Cinq conclusions majeures. 1. Alejandro Valverde remporte le classement pour la troisième fois, après 2006 et 2008. L'Espagnol égale ainsi Joaquim Rodriguez (2010, 2011, 2013). Seul Laurent Jalabert a fait mieux ces 25 dernières années avec quatre succès (1995, 1996, 1997, 1999) dans ce qui s'appelait encore le classement UCI. Valverde est suivi par Alberto Contador, Simon Gerrans, Rui CostaetVincenzo Nibali. Contador a toutefois remporté le plus de courses WT : huit. Nacer Bouhanni et Tony Martin en comptent sept. 2. Pour la deuxième année d'affilée, aucun Belge ne figure dans le top dix. En 25 ans, ça n'est arrivé qu'en 1990, de 2000 à 2003 et en 2007. Toutefois, on trouve quatre compatriotes dans le top 25 : Philippe Gilbert (14e), Sep Vanmarcke (23e), Greg Van Avermaet (24e), Tim Wellens (25e), soit le plus grand nombre des deux dernières décennies. De 2003 à 2013, nous n'avons eu qu'un seul représentant dans le top 25 à neuf reprises. Le top 50 de cette saison comporte cinq Belges, Vanendert étant 50e. C'est un de moins qu'en 2012 mais autant qu'en 1999, 2008 et 2011. 3. La victoire de Gilbert au Tour de Pékin permet à la Belgique d'accrocher la troisième place au classement des nations alors qu'elle n'était que sixième l'année passée. En vingt ans, notre pays n'a fait mieux qu'à deux reprises, avec une deuxième place en 1999 et en 2011 - les années magiques de Frank Vandenbroucke et de Gilbert. La Belgique était également troisième en 2010. 4. L'Espagne remporte le classement des nations pour la huitième fois en dix ans. Seule l'Italie a mis sa domination entre parenthèses en 2005 et en 2011. Elle a terminé deuxième à six reprises depuis 2005, comme cette saison, essentiellement grâce à Nibali et Aru. La France doit sa quatrième place à l'excellent Tour de Péraud, Bardet et Pinot. Elle se niche dans le top cinq pour la première fois depuis 2003. L'Allemagne et l'Italie ont raflé le plus de victoires (23). La Belgique est septième ex-aequo avec la Colombie avec dix succès : Gilbert (Gold Race, étapes et classement du Tour de Pékin), Wellens (victoire d'étape et classement de l'EnecoTour), Jan Bakelants (6e étape du Dauphiné), Jonas Van Genechten et Kristof Vandewalle (4e et 7e étapes du Tour de Pologne), Van Avermaet et Van Keirsbulck (5e et 7e étapes de l'Eneco Tour). Ils n'ont fait mieux, avec douze victoires, qu'en 2006 et en 2008, sans oublier les seize succès de 2011. 5. Omega Pharma-Quick Step est la meilleure équipe avec vingt victoires et se succède à elle-même, devant Giant-Shimano (19). Lotto-Belisol compte huit succès. Les vingt victoires d'OPQS ne lui ont pas valu la première place au classement des équipes, calculé à partir de la somme des points des cinq meilleurs coureurs. Michal Kwiatkowski et Cie sont quatrièmes, ayant trop peu gagné de courses par étapes, celles qui rapportent le plus de points. Movistar est leader pour la deuxième fois, devant BMC et Tinkoff-Saxo. Team Sky, deuxième en 2011 et 2013, premier en 2012, n'est que neuvième. Lotto-Belisol, 15e sur 18, gagne trois places en un an. PAR JONAS CRÉTEURPour la deuxième fois d'affilée, aucun Belge ne se retrouve dans le top-10.