"G eorgie Best est un footballeur fantastique mais il me tape sur les nerfs. On sait rarement ce qu'il a en tête. Une fois, je l'ai vu foncer droit sur le gardien et j'ai eu l'impression de l'entendre raisonner : - D'abord contourner le gardien puis glisser le ballon de l'extérieur du pied dans le filet. C'est ainsi qu'il s'y est pris. Le Benfica était battu ". Bobby Charlton, alors capitaine de Manchester United, se souvient encore de ce soir de gloire. C'était le 29 mai 1968, au stade de Wembley, pour la finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions entre Manchester United et Benfica. Score final : 4-1.
...

"G eorgie Best est un footballeur fantastique mais il me tape sur les nerfs. On sait rarement ce qu'il a en tête. Une fois, je l'ai vu foncer droit sur le gardien et j'ai eu l'impression de l'entendre raisonner : - D'abord contourner le gardien puis glisser le ballon de l'extérieur du pied dans le filet. C'est ainsi qu'il s'y est pris. Le Benfica était battu ". Bobby Charlton, alors capitaine de Manchester United, se souvient encore de ce soir de gloire. C'était le 29 mai 1968, au stade de Wembley, pour la finale de la Coupe d'Europe des Clubs Champions entre Manchester United et Benfica. Score final : 4-1. Best, 22 ans, les cheveux longs, célèbre ce succès avec Matt Busby, 59 ans, chauve. Tout opposait Best et Busby mais ils ne pouvaient se passer l'un de l'autre. Best personnifiait l'optimisme des années 60. Le monde était à ses pieds. Busby, éprouvé par le crash d'avion qui avait ravagé son équipe à Munich en 1958, avait perdu ses illusions. Sans Busby, Best (orphelin de père à l'âge de sept ans), sombrait dans ses pires penchants. Sans Best, Busby ne gagnait plus. " Je jouais pour lui ", a reconnu Best. Best a inscrit 178 buts en 464 matches pour United. Le club a confiné à la perfection durant la période 1964-1968. Pour reprendre les termes de Busby, il développait " un football spirituel, transcendant, qui s'élevait au-dessus de la vie matérielle ordinaire ". The beautiful game dans son ultime expression, comme Busby l'avait toujours rêvé. Best traversa la mer d'Irlande durant l'été 1961, quittant Belfast pour les villes industrielles du nord de l'Angleterre. Best rêvait de conquérir les c£urs à Old Trafford. Le football était toute sa vie, depuis toujours. Il y voyait une échappatoire à l'existence médiocre de Creragh, un quartier protestant de Belfast déchiré par la guerre des religions. Il semblait n'être qu'un énième footballeur de rues, juste bon à réussir des trucs dénués d'efficacité. Il effectua son véritable début contre Burnley en 1963. Il dribbla et vainquit Burnley, haï pour ses tacles redoutables : 5-1, lors du Boxing Day. C'était deux jours après l'humiliation 6-1 essuyée par United à Burnley... Busby avait décidé de faire venir Best d'Ulster. Pour la première fois, plus de 60.000 supporters de la Red Army l'acclamèrent de tout leur c£ur. Best remporta son premier titre d'Angleterre avec Manchester United après des démonstrations de classe individuelle à Stamford Bridge (Chelsea, 0-2), Anfield Road (Liverpool 0-3), Highbury (Arsenal, 2-3) et Elland Road (Leeds United, 0-1). United gagna tous ses déplacements chez ses concurrents grâce au talent de Best. C'est surtout le match à Londres, contre Chelsea, le 30 septembre 1964, qui marqua les esprits. L'opinion publique changea. Chelsea était jusqu'alors invaincu, en tête du classement, alors que United avait pris un mauvais départ. Au coup de sifflet final, les 60.000 fans bleus ovationnèrent Best. Pour la première fois depuis la catastrophe de Munich, United conquit l'Europe, dans un style artistique fort peu anglais, personnifié par Best. Manchester United se défit du Sporting Lisbonne et de Tottenham Hotspur, deux fois sur le score de 4-1, du Racing Strasbourg (5-0) et du Borussia Dortmund (6-1). Le supporter traditionnel haïssait cette époque libertine des sixties et s'offusquait de cette rage des longs cheveux et des minijupes. Pourtant, il s'identifiait à Best, une vedette de 19 ans qui s'amusait avec les filles et affirma avoir séduit plus de mille femmes. Best s'est spécialisé dans les reines de beauté. Il se pavanait en Rolls Royce et conquit trois Miss Monde mais échoua auprès de Brigitte Bardot. Elle ignorait qui il était et il ne comprenait pas le français. Busby partit en 1970 et Best se jeta frénétiquement dans les plaisirs de la vie nocturne, les paris et les casinos. Il s'enfonça dans une spirale d'affaires sexuelles, de procès et l'alcoolisme. Il tomba dans un profond isolement. Seul Denis Law, son partenaire d'attaque, lui resta fidèle. Le courant n'était jamais passé entre Charlton et Best... Unique come-back en 1976, quand l'Irlande du Nord signa un étonnant 2-2 face aux Pays-Bas de Johan Cruijff à Rotterdam. Puis, lentement mais sûrement, miné par l'alcool, il devint une épave. RAF WILLEMS" GEORGIE ÉTAIT GÉNIAL MAIS ÉNERVANT " BOBBY CHARLTON