Le BC Ostende a annoncé le départ sur son site. " Nous souhaitons remercier de tout coeur Philip pour son engagement ces dernières années. Philip a toujours accompli son travail avec dévouement et a une part cruciale dans le succès de notre club ", selon le président Johan Verborgh. " Mais pour assurer la santé de nos finances, nous sommes parfois contraints à prendre des décisions difficles. C'est pour cela qu'aujourd'hui, nous prenons congé de Philip, en bonne entente. Nous continuerons à recevoir Philip au club avec grand plaisir, en tant qu'amateur de basket. "

Philip Debaere (51 ans) a quand même été surpris. Il a préparé toute la saison à venir. En 14 saisons au poste de manager sportif du BC Ostende, le Flandrien a remporté dix titres et huit coupes de Belgique. Debaere n'était même pas employé à temps plein : il dirige une entreprise de consultance en informatique. Ses tâches vont probablement être transmises à Marie De Clerck, la fille de Stefaan De Clerck, le politicien CD&V, engagée en janvier au poste de manager général du club. Cela permet d'alléger le budget sportif. Depuis deux ans, Telenet n'est plus le sponsor principal du BC Ostende, qui doit se serrer la ceinture. En coulisses, Johan Vande Lanotte reste l'homme fort du club et a son mot à dire dans les transferts.

Debaere lui-même prend la situation avec calme et ne veut pas rompre tout lien. " Je suis lié à Ostende depuis 21 ans, puisque j'y ai joué de 1986 à 1993. J'en reste donc supporter et j'assisterai encore régulièrement aux matches. Je peux difficilement prétendre que je trouve la situation amusante mais les nombreuses réactions que je reçois me font chaud au coeur. Joueurs, collaborateurs, collègues-managers, entraîneurs... Je pense que ça démontre que j'ai été un facteur d'unité et non quelqu'un qui attise les conflits. "

Ne peut-il donc pas briguer une autre fonction dans le milieu du basket ? " Je vais maintenant me concentrer sur ma société de consultance. Je verrai bien ce qui se présentera mais il en faudrait beaucoup pour que je travaille pour un autre club qu'Ostende. " Bien que la nouvelle de son licenciement ne soit pas de bon augure pour les finances d'Ostende, Debaere est optimiste quant à l'avenir de son ancien employeur.

" Il va mettre encore plus l'accent sur le lancement de jeunes talents. Il faudra attendre qu'ils progressent mais soyez tranquilles : nous avons une équipe intéressante. Les piliers Shevon Thompson, Jean-Marc Mwema et Braian Angola ont prolongé leur contrat. Nous avons adjoint deux avants explosifs et athlétiques au noyau avec MiKyle McIntosh et Amar Sylla, nous avons enrôlé un des plus grands talents néerlandais, Keye van der Vuurst de Vries, et j'attends beaucoup également de Servaas Buysschaert, qui progresse beaucoup. "

Le BC Ostende a annoncé le départ sur son site. " Nous souhaitons remercier de tout coeur Philip pour son engagement ces dernières années. Philip a toujours accompli son travail avec dévouement et a une part cruciale dans le succès de notre club ", selon le président Johan Verborgh. " Mais pour assurer la santé de nos finances, nous sommes parfois contraints à prendre des décisions difficles. C'est pour cela qu'aujourd'hui, nous prenons congé de Philip, en bonne entente. Nous continuerons à recevoir Philip au club avec grand plaisir, en tant qu'amateur de basket. " Philip Debaere (51 ans) a quand même été surpris. Il a préparé toute la saison à venir. En 14 saisons au poste de manager sportif du BC Ostende, le Flandrien a remporté dix titres et huit coupes de Belgique. Debaere n'était même pas employé à temps plein : il dirige une entreprise de consultance en informatique. Ses tâches vont probablement être transmises à Marie De Clerck, la fille de Stefaan De Clerck, le politicien CD&V, engagée en janvier au poste de manager général du club. Cela permet d'alléger le budget sportif. Depuis deux ans, Telenet n'est plus le sponsor principal du BC Ostende, qui doit se serrer la ceinture. En coulisses, Johan Vande Lanotte reste l'homme fort du club et a son mot à dire dans les transferts. Debaere lui-même prend la situation avec calme et ne veut pas rompre tout lien. " Je suis lié à Ostende depuis 21 ans, puisque j'y ai joué de 1986 à 1993. J'en reste donc supporter et j'assisterai encore régulièrement aux matches. Je peux difficilement prétendre que je trouve la situation amusante mais les nombreuses réactions que je reçois me font chaud au coeur. Joueurs, collaborateurs, collègues-managers, entraîneurs... Je pense que ça démontre que j'ai été un facteur d'unité et non quelqu'un qui attise les conflits. " Ne peut-il donc pas briguer une autre fonction dans le milieu du basket ? " Je vais maintenant me concentrer sur ma société de consultance. Je verrai bien ce qui se présentera mais il en faudrait beaucoup pour que je travaille pour un autre club qu'Ostende. " Bien que la nouvelle de son licenciement ne soit pas de bon augure pour les finances d'Ostende, Debaere est optimiste quant à l'avenir de son ancien employeur. " Il va mettre encore plus l'accent sur le lancement de jeunes talents. Il faudra attendre qu'ils progressent mais soyez tranquilles : nous avons une équipe intéressante. Les piliers Shevon Thompson, Jean-Marc Mwema et Braian Angola ont prolongé leur contrat. Nous avons adjoint deux avants explosifs et athlétiques au noyau avec MiKyle McIntosh et Amar Sylla, nous avons enrôlé un des plus grands talents néerlandais, Keye van der Vuurst de Vries, et j'attends beaucoup également de Servaas Buysschaert, qui progresse beaucoup. "