Applaudissements cyniques pour Carlos Velasco Carballo et Juan Camilo Zuñiga. Ensemble, l'arbitre espagnol et le médian colombien ont fait en sorte que Neymar, le seul Brésilien ayant encore un peu la samba dans les gènes, quitte le terrain sur un brancard. Le match entre le Brésil et la Colombie ne constituait pas une publicité pour le football, on aurait dit un combat de favelas, à la vie à la mort. Ou le nouveau clip de Sepultura, le meilleur groupe brésilien de heavy metal. Le tout sous le regard colonial d'un inquisiteur espagnol dont le leitmotiv semblait être : laissons-les s'entretuer, ce sera plus facile par la suite. Cinquante-quatre fautes o...

Applaudissements cyniques pour Carlos Velasco Carballo et Juan Camilo Zuñiga. Ensemble, l'arbitre espagnol et le médian colombien ont fait en sorte que Neymar, le seul Brésilien ayant encore un peu la samba dans les gènes, quitte le terrain sur un brancard. Le match entre le Brésil et la Colombie ne constituait pas une publicité pour le football, on aurait dit un combat de favelas, à la vie à la mort. Ou le nouveau clip de Sepultura, le meilleur groupe brésilien de heavy metal. Le tout sous le regard colonial d'un inquisiteur espagnol dont le leitmotiv semblait être : laissons-les s'entretuer, ce sera plus facile par la suite. Cinquante-quatre fautes ont été commises : un record dans cette Coupe du monde. Lors de Brésil - Chili, on en avait dénombré cinquante et une. Autant dire que les Brésiliens ne sont pas des tendres. Diego Maradona tacle aussi. Au figuré. Avant les quarts de finale face à la Belgique, ElPibedeOro s'en était violemment pris au coach de la sélection albiceleste, Alejandro Sabella. " On dirait que notre Coupe du Monde n'a pas encore commencé. Les joueurs doivent se convaincre qu'ils sont davantage que le Sporting Messi. Aucun changement de rythme, pas de mouvement... " Selon Maradona, l'Argentine ne joue qu'à 40 % de ses possibilités. Jetons un oeil sur les statistiques. Sous Maradona : 18 victoires et 7 défaites, aucun nul. Tout ou rien donc et un taux de réussite de 72 %. Sous Sabella : 26 victoires, 9 nuls, 4 défaites. Un taux de réussite de 66,5 %. Pour faire aussi bien que Dieu, il doit gagner la Coupe du Monde. Pour cela, il lui faudra d'abord battre Louis van Geniaal. Qui aurait oser faire entrer son gardien réserviste à la dernière minute des prolongations ? Et pourtant, il y a plus de deux semaines, dans l'émission Voetbalbetweters, diffusée sur internet, le journaliste hollandais Hugo Borst avait dit : " Si c'est match nul après 120 minutes, j'espère que Van Gaal enlèvera Cillessen pour faire entrer Krul car Cillessen n'arrête jamais un penalty. " Les journalistes n'ont donc pas toujours tort. On ne peut pas en dire autant des ex-petites amies. Celle de Bryan Ruiz, par exemple. Avant les quarts de finale face au Costa Rica, la Hollandaise Loïs van Tolij avait dit : " Impossible d'arrêter Bryan. " A Salvador de Bahia, Tim Krul a démontré le contraire. Puramuerte ! Pur, James Rodriguez (22) l'est aussi. Lui, il a transformé un penalty face au Brésil. A propos, prononcez bien son prénom à l'espagnole et pas à l'anglaise, ce n'est pas un valet de chambre. En tout cas, il a convaincu tout le monde. Avant le match de rugby contre la Colombie, Cafu, champion du monde brésilien en 2002, affirmait : " James est fantastique, il l'a déjà montré en Europe. Il faudra le tenir de près, tout comme Cuadrado. Ce sera difficile mais j'ai confiance car la Colombie va attaquer et laisser des espaces. " Voilà qui en dit long. Il y a 20 ans, un Brésilien aurait dit : " J'ai confiance car le Brésil va attaquer. " Soyons clair : le jogobonito est mort. Vive Rafaella Szabo ! Grâce à la copine roumaine d'Axel Witsel, tout le monde dira : les Diables Rouges ont été fantastiques. A l'EURO 2016, ils le seront vraiment... ?PAR STEVE VAN HERPE - PHOTOS : BELGAIMAGE" Cillessen n'arrête jamais un penalty. " Le journaliste hollandais Hugo Borst