Le second club carolo est donc entre les mains de Patrick Thairet, un professeur d'éducation physique de formation (Université Libre de Bruxelles) qui fut milieu de terrain du RWDM en D1 et puis entraîneur du même club ,toujours en D1, la saison passée avant d'être licencié. L'aventure le frustra mais il a aujourd'hui bien des satisfactions...
...

Le second club carolo est donc entre les mains de Patrick Thairet, un professeur d'éducation physique de formation (Université Libre de Bruxelles) qui fut milieu de terrain du RWDM en D1 et puis entraîneur du même club ,toujours en D1, la saison passée avant d'être licencié. L'aventure le frustra mais il a aujourd'hui bien des satisfactions...Patrick Thairet: Elles reflètent tout simplement la bonne qualité de l'équipe. Quelques éléments sont arrivés du Sporting de Charleroi et des anciens joueurs sont restés. Cela a fait une bonne osmose. Mais ça n'a pas été tout le temps facile. Il y avait 16 nouveaux pour un noyau de 23 surtout à cause de cet apport de l'autre club carolo qui nous a cédé quelques footballeurs qu'il n'employait pas. Et puis il y a aussi votre input, non?J'ai évidemment aussi une part de responsabilité dans les performances actuelles. Sans doute parce que le niveau par rapport à la D1 est très différent. Mais c'est vrai, les résultats sont meilleurs que les objectifs du début de saison. Au premier tour, l'équipe a montré son potentiel et de quoi elle est capable. En plus, l'Olympic est la seule formation à avoir battu Tubize et on a fait match nul contre Walhain. Je pense franchement qu'on se situe à une place honorable. On pratique un système de jeu assez offensif et cela nous a aidés à nous améliorer. En effet, on joue en 4-4-2 classique en ligne avec deux attaquants et deux demis latéraux. Un peu comme Genk finalement. Maintenant, je regarde les matches à la télévision d'un autre oeil. J'analyse beaucoup plus et j'essaye de trouver des choses. J'adore voir jouer La Corogne qui pratique elle aussi un 4-4-2 en ligne. Et quand cela fonctionne, c'est somptueux. En début de saison, j'avais opté pour le 4-3-3 avec un avant-centre pivot mais ça ne marchait pas assez bien. Ce qui est important aussi est que l'ambiance dans le groupe est excellente. Cela fait notre force. Il y a véritablement une excellente réceptivité. Quatre jeunes du cruC'est difficile. Il faut se concentrer sur le deuxième tour. Mais je ne pense pas qu'on ait le potentiel financier pour obtenir la licence Pro. On a d'autres objectifs. Pour le moment, je m'occupe également de l'école des jeunes de l'Olympic. J'ai une certaine expérience dans ce secteur car j'y ai évolué pendant dix ans à Molenbeek. Je suis fort engagé pour ce projet et motivé. On va tout restructurer, en fait. Il y a un véritable potentiel à exploiter. En plus, il y a déjà quatre joueurs de l'école des jeunes en équipe Première. Quels sont les points faibles et les points forts de l'équipe? Le point faible principal est le manque d'un meneur de jeu. Il y a, bien entendu, encore beaucoup de choses à travailler mais là, rien d'autre de spécifique ne me vient à l'esprit. Le point fort majeur est la disponibilité des joueurs et leur capacité à apprendre. C'est réellement impressionnant. Je ne m'y attendais pas, en fait. Le public vous suit-il en masse?Non et c'est véritablement trop dommage. Les spectateurs ne se déplacent pas pour tous les matches. Toute la ville est fatalement tournée vers le Sporting. C'est une grosse perte financière pour le club qui éprouve déjà quelques difficultés. L'Olympic ne demande qu'à grandir mais c'est difficile vu la situation. Au niveau des installations, ce n'est pas si mal. On a un bon vieux stade.Le club envisage-t-il des transferts pour la trêve?Je ne pense pas que le budget nous le permette. J'ai une équipe fort équilibrée et je ne sais pas si cela est nécessaire. L'arrivée d'un réel demi défensif est souhaitée, mais c'est tout. Peut-être que le Sporting nous en cédera un...Comment évaluez-vous le niveau de la Division 3?Il y a évidemment un fossé énorme par rapport à la D1. Cette série-ci doit tabler sur la formation des jeunes et on le fait. Soyons clairs: il y a beaucoup de travail à faire. Il faut former plus rapidement les garçons.De quelle qualité est l'arbitrage?Après sept huit rencontres, j'étais vraiment déçu. Mais dernièrement, je n'avais rien à dire. On a eu de très bons arbitres pour nos derniers matches. Dans l'absolu, je suis donc mitigé. 50 % des arbitres sont mauvais en fait.Comment êtes-vous arrivé à l'Olympic?C'est un peu par hasard en fait. La saison dernière, j'avais donc été licencié par le RWDM et j'ai postulé pour succéder à Danny Ost. J'ai donc discuté avec les dirigeants et cela s'est réalisé assez vite. Pour mon bonheur...Tim Baete"A notre niveau, on doit se grouiller de former des jeunes"