On a vu un Charleroi par moments sémillant contre Gand (victoire 3-2). Laurent Macquet n'a pas totalement goûté au bonheur : il fut remplacé à la mi-temps. Vit-il ses derniers moments au Sporting ?
...

On a vu un Charleroi par moments sémillant contre Gand (victoire 3-2). Laurent Macquet n'a pas totalement goûté au bonheur : il fut remplacé à la mi-temps. Vit-il ses derniers moments au Sporting ? Laurent Macquet : Gand n'a jamais été dans le match. Cette équipe était venue en se disant que c'était gagné d'avance : nous avions fait la même erreur au match aller. Le moins bon ? Ça m'étonnerait. Je n'avais vraiment pas l'impression d'être moins performant que les autres. Ai-je payé pour avoir perdu trois ballons d'affilée ? Je respecte le choix de l'entraîneur mais ça me fout les boules. J'ai été très déçu qu'une personne ne tienne pas les promesses qu'elle m'avait faites. C'est ça qui me freine. Le Sporting m'offre une prolongation avec une augmentation de salaire : pas énorme, mais une augmentation quand même. Qu'importe : mes hésitations n'ont rien à voir avec le financier. Rien à voir non plus avec l'argent. Je ne veux pas en dire plus. Mais si ces promesses avaient été honorées, j'aurais déjà resigné. No comment.J'avais une relation très forte, je n'ai plus aujourd'hui qu'une relation forte... Pfffttt... Oui. Je suis très déçu. Pour tout dire, ça me dégoûte un peu. Je rassure en tout cas les gens : je n'ai signé nulle part ailleurs. Autant couper court aux rumeurs. Je peux retourner à Cannes à tout moment. Mon objectif n'est pas de reculer, mais ce qui s'est passé est suffisamment grave pour que j'accepte de descendre en D3. Il n'y a pas que Laurent Macquet sur terre qui peut jouer à Charleroi. Que le club prenne ses responsabilités et fasse pour un mieux. Si on se qualifie pour l'Europe, je resigne û à condition que le noyau ne soit pas plumé. Je ne pourrais pas partir après une consécration pareille après avoir autant souffert ici depuis janvier 2003. P. Danvoye