Vision tactique

4-4-2 en losange dans l'entrejeu. Aime les combinaisons, le physique, l'agressivité, l'organisation et les joueurs créatifs. Anticonformiste, il exige cependant de l'ordre. Aime les groupes jeunes, que l'on peut encore façonner. Donne de longues séances de théorie. Perfectionniste, contrôle tout, exigeant. " Vivre plus de 30 ans sous la dictature laisse des traces ", dit-il.
...

4-4-2 en losange dans l'entrejeu. Aime les combinaisons, le physique, l'agressivité, l'organisation et les joueurs créatifs. Anticonformiste, il exige cependant de l'ordre. Aime les groupes jeunes, que l'on peut encore façonner. Donne de longues séances de théorie. Perfectionniste, contrôle tout, exigeant. " Vivre plus de 30 ans sous la dictature laisse des traces ", dit-il. Inspiré par le fils du dictateur Niculae Ceaucescu, Valentin, qui, dans les années '80, fut le manager du Steaua Bucarest. Ses connaissances et son intelligence lui confèrent une autorité naturelle. Conserve suffisamment de proximité en concédant une certaine liberté et en secouant les joueurs lorsqu'il le faut. Marié à Clara, une actrice roumaine. Père d' Ezter. Ils ont longtemps habité Paris mais son épouse devrait le rejoindre en Belgique. Partisan de séances très dures. Veut que son équipe soit capable de faire la différence en fin de match. Etudie sans cesse de nouvelles méthodes d'entraînement et de préparation physique. Fait du jogging et du fitness. N'hésite pas à prendre part au jeu à l'entraînement. Distant. Très sensible à la critique : " Un journaliste qui m'attaque peut s'attendre à un retour de manivelle ". Pèse ses mots, aime laisser un blanc. Ne juge pas ses joueurs sur la place publique. Démine parfois une situation explosive grâce à un bon mot. Lit beaucoup de livres d'histoire et de politique. S'intéresse aussi au ski et au tennis. A toujours un carnet dans la main. Sort souvent de son dug-out pour interpeller ses joueurs ou l'arbitre. Toujours en costume, avec de fines lunettes, qui accentuent encore son côté intello. Dégage une impression d'autorité mais pas d'arrogance. Elles sont correctes mais jamais spectaculaires. Il protège son vestiaire. " J'essaye de ne pas mentir mais toute vérité n'est pas bonne à dire ", explique-t-il. Diplômé en dentisterie, a exercé pendant six ans. Au Steaua Bucarest, ex-club de l'armée, il avait refusé de porter le costume militaire. C'était osé mais il avait ainsi forcé le respect. A lancé Cristiano Ronaldo, Ricardo Quaresma, Petr Cech et Alexander Frei. Derrière le masque de fer se cache un homme affable qui a le sens de l'humour et connaît les réalités de la vie. N'est pas un ingrat. " Pour progresser, il faut se surpasser chaque jour ".