Nominé pour le trophée du Gardien de l'Année, Bertrand Laquait n'était pas au Gala à Knokke, dimanche soir. Une absence étonnante vu que le keeper de Charleroi fut toujours présent quand il était susceptible de remporter un prix individuel (Gardien de l'Année ou Soulier d'Or).
...

Nominé pour le trophée du Gardien de l'Année, Bertrand Laquait n'était pas au Gala à Knokke, dimanche soir. Une absence étonnante vu que le keeper de Charleroi fut toujours présent quand il était susceptible de remporter un prix individuel (Gardien de l'Année ou Soulier d'Or). Explication de Pierre-Yves Hendrickx, le secrétaire général du Sporting : " Le mardi 2 mai, nous lui avons remis le courrier qui l'invitait à Knokke. Après en avoir discuté avec Mogi Bayat, Laquait a décidé de ne pas y aller. Sans doute parce qu'il est toujours déçu de ne pas avoir gagné l'année dernière alors qu'il était déjà dans les nominés ". Le son de cloche est complètement différent chez le joueur : " En ouvrant le journal du mercredi, j'ai découvert que j'étais nominé. J'ai demandé à la direction si j'étais invité à Knokke. On m'a répondu : -Non, on n'a rien reçu, ça veut dire que tu n'es pas invité, tu peux partir en vacances l'esprit tranquille dès samedi. Le vendredi, en arrivant au stade pour la préparation du match contre le Cercle, on m'a remis un mail arrivé au club, dans lequel il est stipulé qu'en tant que nominé, ma présence est souhaitée à Knokke. Je l'ai d'ailleurs montré à un coéquipier en lui disant : -C'est fort ça, il est 16 h 40 et on me demande d'être à Knokke dimanche à 20 heures. Si j'avais eu le message plus tôt, je me serais débrouillé pour assister au Gala, mais là, c'était trop tard car j'avais programmé mon départ en vacances pour le samedi matin ". Encore un détail : " Le mail est arrivé au Sporting le 26 avril et il est demandé de répondre pour le 2 mai à 10 heures ! " On ne peut évidemment s'empêcher de penser à une nouvelle mesure de rétorsion du club vis-à-vis de Sport/Foot Magazine. Que le Sporting menace d'une forte amende ses joueurs qui nous accorderaient une interview, c'est une chose. Qu'il prive son gardien d'une présence à la soirée de gala organisée par la Ligue Pro, c'est encore autre chose. Laquait n'est pas idiot : il sait que sa place était à Knokke. Peu de footballeurs refusent d'assister à une cérémonie où leur bonne saison est mise en valeur devant la crème du foot belge. Une crème dont ne faisait pas partie, dimanche soir, la direction des Zèbres. Un an après les menaces verbales et physiques de Mogi Bayat sur un de nos journalistes dans la même salle du même Casino, les patrons du Mambourg avaient décidé, dans un ensemble touchant, de boycotter la soirée. Laquait s'abstient de commenter la mesquinerie dont il a été victime : " Je suis un employé du club, que voulez-vous que je vous dise d'autre ? " P. DANVOYE