Les Girondins et les Mauves ont les mêmes soucis: ils ne brillent d'aucun éclat en championnat. L'Europe est leur seule sucrerie de la saison. Leur duel sera important à plus d'un titre. Après un sursaut dans la compétition domestique, Bordeaux a mal négocié le voyage à Lyon. Les Girondins menaient 1-2 au repos mais se sont quelque peu écroulés par la suite avant de concéder une défaite logique: 4-2. Pauleta ne digérait pas ce retournement de ...

Les Girondins et les Mauves ont les mêmes soucis: ils ne brillent d'aucun éclat en championnat. L'Europe est leur seule sucrerie de la saison. Leur duel sera important à plus d'un titre. Après un sursaut dans la compétition domestique, Bordeaux a mal négocié le voyage à Lyon. Les Girondins menaient 1-2 au repos mais se sont quelque peu écroulés par la suite avant de concéder une défaite logique: 4-2. Pauleta ne digérait pas ce retournement de situation et déclara à la presse: "Ce n'est pas Lyon qui a gagné le match mais Bordeaux qui l'a perdu. On prend trois buts en cinq minutes, ça fait beaucoup. Il est nécessaire de changer quelque chose, il y a un vrai problème dans l'équipe". Bordeaux aligna l'équipe suivante face à Eric Deflandre (qui a joué tout le match) et ses amis lyonnais: Ramé (cap) - Jemmali ( Planus 65'), Sommeil, Afanou, Basto - Smertine, Caneira, N. Sahnoun ( Meriem 81'), P. Feindouno - Pauleta, Savio ( Darcheville 74'). Les buts bordelais ont été marqués par Sahnoun (19'), et Sommeil (31'). Notons que Bordeaux devait se passer de joueurs de base à Lyon: Dugarry et Costa, tous les deux suspendus. Les hommes d' Elie Baup se retrouvent désormais à la onzième place du classement général et cela ne colle pas avec leurs ambitions et les potentialités du groupe. Rien que sur le plan offensif, avec Pauleta, Dugarry, Darcheville, Savio et Feindouno, Bordeaux (17 buts) devrait être plus saignant tandis que la défense n'inspire pas trop confiance avec 16 buts encaissés en 15 matches de championnat. Anderlecht n'a rencontré que trois adversaires français en Coupes européennes (Lens, Metz, PSG) et, côté bordelais, beaucoup pensent que le coup est tout à fait jouable. Ainsi , Marius Trésor, responsable des relations publiques a déclaré à la presse: "C'est un bon tirage pour Bordeaux. Anderlecht n'est plus la terreur d'autrefois. Bordeaux a l'habitude de tomber sur les équipes belges après le Lierse en 2000, le Standard l'an passé: jamais deux sans trois? L'équipe actuelle me semble moins forte et a moins de panache que celle championne de Belgique avec le Tchèque Koller ou le Canadien Radzinski. Hormis le gardien De Wilde, qui s'est illustré par quelques toiles lors de l'Euro 2000, on part un peu dans l'inconnu. Comme Bordeaux reçoit en premier, j'estime que c'est du 50-50". (P.Bilic)