Palerme quatrième, ce n'est pas un phénomène étrange. Depuis le début de la saison, il est clair que le noyau est à même de décrocher la qualification pour la Ligue des Champions. Comment expliquer ce sentiment positif à l'égard des Rosaneri ?
...

Palerme quatrième, ce n'est pas un phénomène étrange. Depuis le début de la saison, il est clair que le noyau est à même de décrocher la qualification pour la Ligue des Champions. Comment expliquer ce sentiment positif à l'égard des Rosaneri ? -Primo, le facteur continuité : de toutes les équipes visant la LC, Palerme est celle qui a subi le moins de changements par rapport à la saison passée. Mis à part JavierPastore (20 ans) -qui a beaucoup évolué depuis trois mois au point de devenir un fameux donneur d'assists- on a affaire au même groupe qui a récolté 57 points lors du dernier championnat. Aujourd'hui, la formation est bien rôdée d'autant que Delio Rossi a remis les éléments du puzzle à la même place... contrairement à Walter Zenga, qui avait profondément remanié la défense. -Secundo, le facteur comportemental : Palerme ne possède pas beaucoup de joueurs hors normes mais la plupart sont de braves garçons. Non pas parce que, contrairement aux dernières saisons, ils ne sortent plus jusqu'aux petites heures mais parce qu'ils font tout pour éviter les querelles. Plus bel exemple : Simplicio. A l'intersaison, le Brésilien était carrément entré en conflit avec la direction, qui ne voulait pas le laisser partir sous des cieux plus rémunérateurs (AS Rome). Au lieu de traîner son ennui, le milieu a redoublé d'ardeur au point d'attirer, à 30 ans, l'attention de Dunga, le sélectionneur de la Seleçao. Rebelote en janvier : il était en passe de signer à l'Inter, la direction a refusé et il s'est remis au travail avec le même sérieux marquant à Parme un but important. Autre exemple : l'attaquant uruguayen Cavani (22 ans). Lui aussi est entré en conflit avec la direction parce qu'il n'est pas d'accord avec sa proposition de prolongation. Alors qu'il est certain de trouver un autre club, Tronco a recommencé à faire admirer son dribble. Tout ça nous amène au troisième facteur -Tertio, l'imminence du Mondial : ils sont nombreux les Rosaneri qui veulent mettre à profit les derniers mois de championnat pour décrocher leur ticket. C'est le cas d'un autre attaquant uruguayen, Abel Mathías Hernández (19 ans), qui pète des buts à chaque fois qu'il monte au jeu, comme à Turin contre la Juventus. L'avenir immédiat de Palerme s'annonce donc rose mais les pronostics pour la saison prochaine sont difficiles. Méfiance, méfiance... Comme par le passé, le président/propriétaire MaurizioZamparini risque bien de laisser partir toutes ses perles. MARIO BALOTELLI fait toujours la une des journaux. L'attaquant de l'Inter a déclaré qu'il était plus fort que Cristiano Ronaldo et qu'il irait au Mondial avec l'Italie. On ne sait pas ce qu'en pense Marcelo Lippi qui, jusqu'à présent a laissé croire qu'il ne le reprendrait pas même s'il avait le droit d'emmener 100 joueurs en Afrique du Sud. Quant aux négociations concernant la prolongation de contrat de deux ans, soit jusqu'en 2015 avec un salaire de 2,5 millions par an, elles sont au point mort. EZEQUIEL LAVEZZI, l'attaquant de Naples, s'est acheté une Ferrari California. Ce qui étonne, ce n'est pas le prix (170.000 euros) mais la couleur ; elle est bleu Napoli. ATALANTA : les supporters ne sont pas contents et ils l'ont fait savoir en bloquant le car qui amenait les joueurs au stade. Vers 13 h 30, une trentaine d'ultras en scooter ont encerclé le véhicule, obligeant le chauffeur à s'arrêter quelques minutes avant de pouvoir repartir. JUVENTUS : selon Deloitte, le club est rentré dans le top 10 des clubs réalisant les meilleures rentrées. Malgré une saison en demi-teinte, la Vieille Dame arrive en 8e position juste devant l'Inter et Milan. ASSISTANCE. Après 26 journées, elle est en légère hausse par rapport à l'année dernière : 24.559 personnes contre 24.167, le record a été enregistré lors de la 13e journée (29.406). L'Inter (55.063) mène le classement devant Naples (49.228), Milan (40.251), Rome (35.695) et la Lazio (32.829). GABY MUNDIGAYI a été un des principaux artisans de la victoire sur Naples qui a lancé Bologne vers le maintien. Jean-François Gillet et Bari, qui avaient toujours encaissé au moins un but lors des 8 derniers matches, n'en n'ont pas pris face à Chievo et ont mis fin à une série de quatre défaites d'affilée. NICOLAS RIBAUDO