Comment avez-vous fait la connaissance d'Ivana?
...

Comment avez-vous fait la connaissance d'Ivana?Josip Skoko (Genk, 26 ans): C'est plutôt compliqué. Nous avons des cousins et cousines communs, qui résident en Allemagne. En effet, la soeur de ma mère a épousé le frère du père d'Ivana. Quand je jouais en Croatie, ses parents m'ont invité à leur rendre visite et j'ai donc rencontré Ivana chez elle. Où sont vos véritables racines?Mes parents sont originaires de Croatie mais je suis né et j'ai grandi en Australie. A mes yeux, choisir l'équipe nationale australienne était donc évident. Jusqu'à l'âge de 19 ans, j'ai exclusivement joué en Australie. D'ailleurs, j'avais déjà été sélectionné en équipes de jeunes. Je ne voudrais porter la vareuse d'aucun autre pays. Même pas quand je pense que nous avons une fois de plus raté la qualification pour la Coupe du Monde.Votre coeur reste-il quand même un peu croate?Naturellement! J'ai passé des moments merveilleux à Hajduk Split et en plus, c'est là que j'ai fait la connaissance d'Ivana. J'y conserve d'ailleurs un appartement. De nombreux membres de notre famille et des amis vivent en Croatie.Où souhaitez-vous vous établir au terme de votre carrière?Oh, ça, je ne le sais pas encore. Ça dépendra de ce que je ferai ensuite. Peut-être resterai-je dans le milieu du football mais je pourrais tout aussi bien devenir homme d'affaires.Y a-t-il une grande différence entre la Belgique et l'Australie?Non, contrairement à ce que beaucoup de gens s'imaginent. Le style de vie est comparable: tout le monde travaille, les gens sont agréables, le niveau de vie est élevé. De nombreuses nationalités s'y côtoient.Aimez-vous la musique?Oui, surtout le genre alternatif. J'aime écouter de la musique australienne mais la plupart des groupes que j'apprécie sont inconnus en Belgique.Apportez-vous votre contribution aux travaux ménagers?Avant, j'ai vécu seul en appartement. J'ai donc l'habitude de m'occuper du ménage. Je continue à aider Ivana, quand je le peux: la vaisselle, les nettoyages, le rangement, des choses comme ça. Et évidemment, c'est moi qui sort les poubelles!( Il rit) Collectionnez-vous des objets?Pas vraiment, même si j'ai sept montres. Le comble, c'est que je porte quand même toujours la même.Regardez-vous beaucoup la télévision?Oui, quand même. Nous avons une antenne parabolique, ce qui nous permet de capter des chaînes étrangères. Il nous arrive de regarder les belges aussi. Je ne me débrouille pas trop mal en néerlandais. Je comprends à peu près tout et je le parle assez bien. C'est haché, évidemment, mais compréhensible. Je suis des cours de néerlandais une à deux fois par semaine.Quels sont les principaux défauts et qualités d'Ivana?Ce que j'apprécie, c'est qu'elle exprime toujours son opinion. On dit que les femmes croates ont du tempérament. C'est certainement le cas d'Ivana. Ses moins bons côtés, maintenant. Par où vais-je commencer? ( il rit) Non, sérieusement, je n'en vois pas de vraiment mauvais. Comme nous avons des antécédents complètement différents, il lui arrive de réagir d'une manière inattendue à mes yeux mais ce n'est pas vraiment négatif. Vous y connaissez-vous en informatique?J'aime travailler à l'ordinateur. Je ne joue pas mais je surfe pas mal sur internet. Je reste en contact avec mes amis par e-mails. Il m'arrive aussi de charger une séquence comique pour l'envoyer aux copains. Je lis les journaux australiens par internet.Quand vous quitterez la Belgique, dans quelques années, que regretterez-vous le plus?La pluie! ( il rit) Non, sûrement pas. Je pense qu'en fait, je regretterai surtout la région que j'habite. Le Limbourg m'a vraiment séduit. A quoi occupez-vous vos journées?Ivana Bajic (22 ans): J'étudie toujours en Croatie pour donner cours dans l'enseignement primaire et ça me prend beaucoup de temps. Je suis en train de préparer mes examens. Nous passons la trêve hivernale en Croatie et je m'y attarderai pour passer mes examens. Sinon, je m'occupe du ménage et je lis. J'aime aussi faire les boutiques. Quel genre de musique aimez-vous?Je n'ai pas de genre en particulier. J'écoute surtout de la musique croate.Sortez-vous souvent?De temps en temps. Au restaurant, au cinéma. Nous allons rarement dans les discothèques. Ce n'est d'ailleurs pas facile car Josip n'a pas tellement de temps. En général, c'est après un match que nous pouvons sortir. Parfois à deux, parfois avec le groupe des joueurs.Quels sont vos contacts avec les autres femmes de joueurs?La plupart d'entre elles parlent anglais, donc ça va bien. Certaines sont plus proches de moi. Nous nous téléphonons, nous nous donnons rendez-vous en-dehors du football. Il est plus facile de nouer des liens avec les femmes étrangères car nous avons les mêmes problèmes.Quelle est votre destination de vacances favorite? La Croatie! Surtout depuis que j'habite ici. J'aime revoir mes amis.Aimez-vous le sport? Oui, bien que je n'en pratique pas pour le moment. Je joue au tennis de temps en temps mais ça ne représente pas grand-chose. Josip me l'apprend, en fait.Quels sont vos projets d'avenir?J'espère que Josip va jouer quelques années encore, avant que nous nous établissions quelque part. Pour l'instant, nous menons une existence de nomades. Je veux également travailler et avoir au moins trois ou quatre enfants. J'aime les grandes familles.Aimez-vous la mode?Je l'aime mais je ne la suis pas dans ses extrêmes. La mode croate n'est pas très différente de la belge. En général, je découvre des vêtements ici et je les achète quelques mois plus tard en Croatie.Quelle est la principale qualité de Josip?Il est très patient et compréhensif.Et son pire défaut?Il lui arrive d'oublier des choses.Qui a supervisé la décoration de votre appartement?Nous deux. Josip s'y connaît en maisons. Après tout, il a étudié l'architecture pendant deux ans et s'il n'était pas devenu footballeur, il serait sans doute derrière un bureau ou un ordinateur, en train d'élaborer des projets.Aimez-vous les animaux?Oui. J'aurais voulu un chien mais Josip estime que ce n'est pas le moment. C'est vrai: ce n'est pas évident quand on habite en appartement. Ce sera sans doute pour plus tard.Quel a été votre dernier achat important?Dans l'ensemble, les billets d'avion représentent une partie importante du budget. Sinon, j'aime acheter des vêtements ou un nouveau sac.Comment avez-vous vécu la guerre dans votre pays? A cette époque, je ne comprenais pas l'ampleur du danger. Il n'y a jamais eu de véritables bombardements là où j'habitais. Nous entendions tout le temps des sirènes mais à la fin, on s'y habitue et on n'y fait même plus attention. Avec l'âge, je porte un autre regard sur ces événements. Avant, la guerre avait lieu à 60 km de chez moi. Ça me paraissait très loin. Je comprends maintenant que nous avons eu beaucoup de chance.Ilse Peleman