Anderlecht - Standard approche à grands pas. La Une n'a pas voulu être en retard sur l'événement et, depuis la semaine dernière, une séquence de Studio 1 du lundi est consacrée au choc du 22 avril.
...

Anderlecht - Standard approche à grands pas. La Une n'a pas voulu être en retard sur l'événement et, depuis la semaine dernière, une séquence de Studio 1 du lundi est consacrée au choc du 22 avril. Les premiers invités étaient deux monuments des deux clubs puisqu'il s'agissait de Jacky Munaron et Christian Piot tandis que les images d'archive étaient consacrées aux duels des années '70, avec des commentaires d' Arsène Vaillant qui auront sans doute ravivé quelques souvenirs chez les nostalgiques du noir et blanc. Munaron est arrivé au Sporting lorsqu'il avait 15 ans. Lorsqu'il était petit, il s'entraînait sur la place de Dinant, devant la prison, dont la porte lui servait de but. Il ne lui a pas été facile de choisir entre Anderlecht et le Standard, qui lui faisaient la cour. D'autant qu'il était plutôt supporter des Rouches et qu'il avait pour idole... Piot, au point de se coiffer comme lui. Après des discussions qui se prolongèrent jusqu'à cinq heures du matin (" Je n'ai pas été à l'école le lendemain... "), Munaron opta finalement pour les Mauves, avec qui il décrocha quatre titres, deux Coupes d'Europe et deux Supercoupes et où il retourna comme entraîneur des gardiens après des passages par le FC Liège et le Standard. Piot est né à Ougrée et est arrivé au Standard en 1963, où il succéda à son idole, Jean Nicolay. Il a disputé 305 matches et fut 40 fois international, sans jamais prendre un seul carton. Il a également obtenu le Soulier d'Or en 1972 et fut sélectionné dans l'équipe européenne. Fort dans le jeu aérien comme sur sa ligne, il a également inscrit 9 buts sur penalty. Aujourd'hui, après avoir entraîné les gardiens du Standard, il s'occupe des derniers remparts de Malmédy et du FC Liège. En fin d'émission, après que Munaron ait fait remarqué que le Standard prenait de plus en plus de joueurs qui conviendraient bien à Anderlecht (comme Sérgio Conceição !), les deux hommes se livrèrent à un exercice périlleux : coter le gardien de l'autre équipe. -Silvio Proto / réflexes : 8 - jeu au pied : 7,5 - jeu aérien 7 - présence : 7. Total : 29,5/40 -Vedran Runje / réflexes : 8 - jeu au pied : 8 - jeu aérien 7,5 - présence : 8/10. Total : 31,5/40 Malheureusement, l'émission se termina mal pour Piot qui, lorsqu'il voulut reprendre son véhicule garé devant la RTBF, constata qu'on avait brisé sa vitre, volé son téléphone portable ainsi que ses documents d'identité... P. SINTZEN