Même en allant au bout du chemin en Europa League et en League Cup, le Manchester United de José Mourinho n'a pas pu faire mieux. Le record d'Europe des matches disputés lors de la saison 2016-2017 a atterri à la Luminus Arena, au bout de 65 matches étalés entre le 14 juillet, date du deuxième tour préliminaire d'Europa League face à Podgorica, et le barrage européen du 31 mai dernier face à Ostende. ...

Même en allant au bout du chemin en Europa League et en League Cup, le Manchester United de José Mourinho n'a pas pu faire mieux. Le record d'Europe des matches disputés lors de la saison 2016-2017 a atterri à la Luminus Arena, au bout de 65 matches étalés entre le 14 juillet, date du deuxième tour préliminaire d'Europa League face à Podgorica, et le barrage européen du 31 mai dernier face à Ostende. Une saison longue de 321 jours, menée au rythme effréné d'un match tous les cinq jours, et conclue sur une déception, puisque le club ne jouerait pas de Coupe d'Europe la saison suivante. Charleroi avait connu la même expérience une saison plus tôt, et avait malgré tout réussi son départ, mais les Zèbres avaient pu profiter de quelques semaines de repos, vu le peu d'internationaux convoqués au début du mois de juin pour les derniers matches de la saison. " Il faut reconnaître qu'on n'a pas eu la meilleure préparation possible ", avance Dimitri De Condé. " On a joué plus tard que les autres, et beaucoup de nos internationaux ont encore joué des matches après. Dans un monde idéal, on dit qu'il faut six semaines de préparation. Chez nous, la plupart des joueurs n'ont même pas pu en avoir trois. " Une addition déjà salée à laquelle se sont ajoutées les blessures de plusieurs joueurs importants pendant ces semaines préparatoires, obligeant certains à suivre un programme individuel à l'écart du groupe. De Condé n'a donc été que moyennement surpris par le faux départ de Genk : " Tout cela me donnait certaines raisons de penser qu'on ne serait pas prêt dès le début. " Le problème, c'est que ce départ délicat, avec un seul point au compteur après deux journées, a accentué la pression sur un groupe qui n'y était peut-être pas suffisamment préparé. " L'aspect mental joue beaucoup ", conclut le directeur technique. " Pour moi, le groupe a senti cette pression, et ce n'est pas toujours facile à gérer. C'est peut-être cliché, mais pour sortir de là, il faudra simplement commencer à gagner des matches. "