Quand on dit chez nous " La tête de Grün ", Rotterdam 85 fait tilt dans nos têtes : pas besoin de précision, c'est célèbre comme le talon d' Achille, l'£uf de Colomb, le nez de Cléopâtre ou la talonnade de Madjer ! La tête de Grün, nous l'avons tous portée aux nues hier avec raison, faudrait pas se la payer aujourd'hui en croyant avoir raison.
...

Quand on dit chez nous " La tête de Grün ", Rotterdam 85 fait tilt dans nos têtes : pas besoin de précision, c'est célèbre comme le talon d' Achille, l'£uf de Colomb, le nez de Cléopâtre ou la talonnade de Madjer ! La tête de Grün, nous l'avons tous portée aux nues hier avec raison, faudrait pas se la payer aujourd'hui en croyant avoir raison. Quand tu débutes dans un boulot, tu as droit au balbutiement ! Le timing en même temps que l'oreillette, un £il sur l'invité qui cause, un autre sur l'écran qui ne cause pas, un troisième sur la caméra... faut un minimum d'adaptation pour acquérir les automatismes, la vision du jeu dans sa globalité ! Sur Club RTL, Georges a pataugé contre la Hollande, balbutié face aux Croates, puis commencé à trouver ses marques durant la première journée de Ligue des Champions : ce n'était pas encore la félicité footeuse sur petit écran, c'était peut-être une amélioration qui partait du b-a-ba, mais c'était une amélioration manifeste. Préjuger de l'avenir et de la marge de progression avec un gars comme Grün, ce serait faire la même erreur que ceux qui n'y croyaient plus quand il baladait ses 20 ans en Réserve au Parc Astrid. Puis Georges a débarqué en équipe Première via Polleke, et il s'est rendu compte qu'il était capable d'y courir plus vite sans perdre davantage de ballons. Eh bien, sur Club RTL, faut juste qu'il arrive à aller plus vite avec sa bouche sans perdre pour autant le fil de ses idées : gérer le stress, hausser le rythme, ce ne sont pas des challenges impossibles pour un ex-pro du Calcio ! Une fois qu'il y sera arrivé, je ne vois pas ce qu'il aura de moins que Laurent Haulotte pour remplir le rôle qu'Haulotte remplissait : vu que, d'une part et sans qu'un sondage gonzesses soit nécessaire pour vérifier, Georges plaît aux dames au moins autant qu'Haulotte. Vu que, d'autre part, il s'y connaît forcément davantage en foot. Du fond de sa préretraite bourguignonne, FrankBaudoncq aurait énoncé que le choix de Grün était une insulte à la profession de journaliste : wouaw, c'est trop dur, Frank ! C'est un peu comme si Théo Buelinckx hurlait à l'injustice parce qu' EnzoScifo et d'autres décrochent des postes d'entraîneur en D1 sans expérience de coach aucune ! Pour le moment, le choix de Grün est juste une entorse au cursus normal d'une profession où les entorses sont légion, star-system oblige ! Bien sûr qu'au départ, Georges a moins d'expérience " face caméra " qu'un étudiant fraîchement sorti des stages de l'IHECS ou d'ailleurs. Bien sûr que, en dépit de son immense vécu/football, RTL n'aurait pas pris Grün s'il n'avait pas un look archangélique, susceptible d'accrocher les moitiés féminines des footeux en fauteuil. Et bien sûr que, malgré tout son look, RTL n'aurait pas pris Grün s'il n'avait pas été un grand footballeur... Trois bien sûr pour un défi triple, que le grand Georges entreprend de relever cette saison. Primo, maîtriser peu à peu l'outil TV : c'est faisable, faut quand même pas croire non plus que c'est plus difficile que la physique nucléaire. Secundo, continuer de plaire aux dames qui n'en ont rien à battre du football : mais qui vont rester près de leur mec, et sur Club RTL, parce que c'est aussi chouette de regarder Georges que de lire un roman-photo. Tertio, Grün devra intéresser les fanas de foot davantage que ses prédécesseurs au même poste : mieux cuisiner les invités puisqu'il connaît mieux la cuisine, extraire la substantifique moelle footeuse de chacun... même si les moelles varient selon chacun ! Quoi qu'on pense, ce troisième défi n'est pas le plus simple : l'indiscutable compétence de Grün ne produira ses effets que s'il y a passion à la base... et l'image de Georges par rapport au milieu du foot fut jusqu'ici celle d'un homme davantage détaché qu'accro. Bref, Georges, t'es pas bête, t'es beau, tu connais le sujet : si tu es dingue de foot, tout ira très bien. Bonne chance à toi. par Bernard Jeunejean" L'indiscutable compétence de Grün ne produira ses effets que s'il y a passion à la base "