Alors que le ciel semblait s'éclaircir au-dessus du Canonnier, suite à l'arrivée d'un nouveau président aux moyens financiers considérables ( Philippe Dufermont) et à l'octroi par l'IEG (Intercommunale d'Etude et de Gestion) d'un nouveau prêt de deux millions (cautionné par le nouveau président), un gros orage a éclaté vendredi. A la demande du Parquet de Tournai, 120 policiers ont perquisitionné en 17 lieux, à Mouscron mais aussi à Gand. Parmi les lieux visités, figurent notamment le stade du Canonnier, mais aussi l'Hôtel de Ville et l'IEG dont Jean- Pierre Detremmerie est le président, ainsi que des sponsors comme O2XA et Fabrideco (qui appartiennent aux Meubles Toff).
...

Alors que le ciel semblait s'éclaircir au-dessus du Canonnier, suite à l'arrivée d'un nouveau président aux moyens financiers considérables ( Philippe Dufermont) et à l'octroi par l'IEG (Intercommunale d'Etude et de Gestion) d'un nouveau prêt de deux millions (cautionné par le nouveau président), un gros orage a éclaté vendredi. A la demande du Parquet de Tournai, 120 policiers ont perquisitionné en 17 lieux, à Mouscron mais aussi à Gand. Parmi les lieux visités, figurent notamment le stade du Canonnier, mais aussi l'Hôtel de Ville et l'IEG dont Jean- Pierre Detremmerie est le président, ainsi que des sponsors comme O2XA et Fabrideco (qui appartiennent aux Meubles Toff). Plusieurs personnes ont été entendues : Detremmerie lui-même, mais aussi Guy Depauw (l'un de ses plus fidèles collaborateurs), Jacques Fervaille (ancien échevin des finances), Francis D'Haese (jusqu'il y a peu président ad interim de l'Excelsior) et Thierry Cnockaert (comptable et désormais directeur financier du club). 20 m3 de documents papiers ont été saisis et les disques durs des ordinateurs ont été copiés. " Ce déploiement ne résulte pas de dénonciations ", assure le premier substitut du procureur du roi de Tournai, Jean-Bernard Cambier. " Les déboires financiers de l'Excelsior nous inquiétaient depuis belle lurette. Nous voulons enquêter sur certains montages financiers qui nous paraissent troubles ". Sont visés : les flux financiers de la Ville et de l'IEG vers l'Excelsior, l'utilisation d'employés de la Ville pour des tâches à effectuer au club, la mise à disposition de logements sociaux et de voitures à certains joueurs, l'octroi de crédits. A ce jour, aucune inculpation n'a été prononcée, et aucun mandat d'arrêt délivré. L'enquête s'annonce longue. Au centre de toute l'affaire, on trouve clairement Detremmerie. " Mais je suis très heureux d'avoir pu m'expliquer devant les enquêteurs ", dit-il. " Ces perquisitions permettront également de démontrer qu'il n'y a jamais eu de magouilles, comme certains le prétendent. Je suis toujours convaincu d'avoir agi dans la légalité et la transparence. Maintenant, si l'enquête révèle que des fautes ont été commises, je suis prêt à les assumer, à 100 %. Mais je suis surtout triste pour certains de mes collaborateurs, qui ont été perturbés par ces perquisitions. Je suis triste, aussi, pour Philippe Dufermont qui était en train de nouer des partenariats pour l'Excelsior et dont la tâche sera désormais plus ardue, car l'image du club a été écornée. Vendredi, il était un peu découragé. Depuis lors, il a heureusement repris du poil de la bête ". A peine intronisé, le nouveau président Dufermont a dû se demander dans quel guêpier il avait mis les pieds. " Ma première réaction, vendredi, a effectivement été de me dire : - Mais enfin, ce n'est pas possible ! ", nous confia-t-il depuis Valence, en Espagne. " Ces événements sont en effet décourageants. Mais, après une nuit de sommeil, je me suis réveillé plus déterminé que jamais. Ces perquisitions ne remettent nullement en cause mon implication à l'Excelsior. A mes yeux, le club n'est pas concerné. Si certains ont commis des actes frauduleux, l'enquête permettra de déterminer les fautes. On pourra donc faire le ménage et repartir sur des bases saines. Ce mercredi, je rentre en Belgique, et à partir de jeudi, je mets le projet en route. La plus belle réponse que peuvent donner les Mouscronnois est de remplir le stade, dimanche contre Bruges ". Le président du Comité des Jeunes Jean-Pierre Dufermont (par ailleurs cousin du nouveau président) a également fait l'objet de perquisitions. " Ce qui me dérange, c'est qu'on fait un amalgame ", regrette-t-il. " La société Challenger m'appartient à moi et mon cousin Philippe n'y est pas mêlé. Elle n'a jamais donné un euro à l'Excelsior. J'ai demandé aux policiers ce qu'ils venaient faire dans mon magasin, ils m'ont répondu : - Vousfigurezsurlaliste ! On laisse aussi entendre qu'en échange du sponsoring de l'Excelsior, mon cousin bénéficierait de facilités pour l'implantation de certaines sociétés à Mouscron. Mon cousin n'est pas du genre à demander des facilités. Au contraire, il est plutôt du genre à voyager en classe économique plutôt qu'en classe affaires dans les avions, pour ne pas payer trois fois le prix. Vendredi, il était assez dépité par tout ce qu'on laissait sous-entendre. Blessé dans son orgueil. Mais aujourd'hui, il veut que toute la lumière soit faite et est décidé à aller de l'avant ". Edward Van Daele, président de l'Excelsior de juin 2005 à novembre 2006, et avocat de profession, pourrait en vouloir à Jean-Pierre Detremmerie. Les deux hommes, qui furent longtemps amis, se sont brouillés. Pourtant, il calme le jeu. " Pour moi, toute cette affaire est une tempête dans un verre d'eau ", affirme-t-il. " Lorsque l'on déploie de tels moyens pour des perquisitions, cela signifie généralement que l'on cherche quelque chose de précis ou que l'on a des informations graves. Or, je suis étonné que la journée de vendredi n'ait débouché sur aucune inculpation. Je ne parle même pas d'un mandat d'arrêt. Je ne connais pas la comptabilité de la Ville, ni celle de l'IEG. J'ai seulement pris connaissance de la comptabilité de l'Excelsior pendant l'année et demie où j'ai assuré la présidence du club. A mon sens, tout a été fait de façon transparente, dans les règles de l'art. La comptabilité a d'ailleurs été contrôlée par la Commission des Licences de l'Union Belge et elle a été acceptée. Les voitures ? Les joueurs, et certains salariés du club, disposent en effet d'un véhicule mais ceux-ci proviennent d'un concessionnaire Renault, sur base d'un contrat de location payé par le club, pas par la Ville. Le rôle de la Ville est-il de subsidier un club sportif ? Cela, c'est un choix politique. Les électeurs se sont prononcés en élisant à plusieurs reprises Jean-Pierre Detremmerie au rang de bourgmestre. S'ils n'étaient pas d'accord avec cette politique, ils auraient dû faire entendre leur voix lors du scrutin électoral. Il faut, évidemment, que ces subsides se fassent de façon transparente, à des conditions acceptées par tous, après délibération. Si j'en crois que ce j'ai lu dans la presse, le dernier prêt consenti par l'IEG a été accepté par le ministre de tutelle des Intercommunales, PhilippeCourard. Je ne comprends donc pas que l'on puisse ainsi hurler au Loup. A moins qu'il y ait des éléments que je ne connaisse pas... ". " C'est un secret de polichinelle que la Ville aide le club. Mais, si Mouscron sponsorise l'Excelsior, l'Excelsior sponsorise également... la Ville. C'est un partenariat public-privé. Les véhicules dont dispose le Futurosport, qui sont payés par le club, servent aussi à transporter les élèves des écoles mouscronnoises. Je suis surpris que toute cette affaire éclate en période pré-électorale. Je suis quasiment certain, en tout cas, que Jean-Pierre Detremmerie ne s'est pas enrichi grâce à l'Excelsior. Je suis même plutôt d'avis que le président d'un club de football perd de l'argent. Detrem' n'est pas un homme d'argent. C'est plutôt un homme de pouvoir, et c'est sans doute ce qui l'a dérangé dans les projets que j'envisageais : avec des investisseurs régionaux dans le club, il n'aurait plus eu autant son mot à dire et cela ne lui plaisait pas. Mais, même si nous ne sommes plus en très bons termes, je peux affirmer avec une quasi certitude qu'il ne s'est pas empli les poches ". " Ce que risque le club ? Il est trop tôt pour le dire. Si l'enquête révèle que des malversations ont été commises au sein de l'Excelsior, le club sera au plus mal. Si des pratiques frauduleuses sont mises à jour à la Ville ou à l'IEG, ce sont les responsables municipaux qui paieront. Mais il faut attendre ". Edward Van Daele n'a pas été entendu par les enquêteurs, vendredi passé. " Mais cela peut encore venir ", relativise-t-il. par daniel devos - photo: belga/cardon