Sef Vergoossen répugne à modifier sa tactique habituelle, le 4-4-2. Il n'a dérogé à ses principes qu'une fois, face au Sparta Prague. Lorsqu'il doit remanier son équipe, toute la richesse du noyau limbourgeois saute aux yeux: Suzuki peut remplacer Beslija, Wamfor, Vanbeuren. éa n'affaiblit en rien l'équipe, qui s'appuie avant tout sur sa collectivité et sur la cla...

Sef Vergoossen répugne à modifier sa tactique habituelle, le 4-4-2. Il n'a dérogé à ses principes qu'une fois, face au Sparta Prague. Lorsqu'il doit remanier son équipe, toute la richesse du noyau limbourgeois saute aux yeux: Suzuki peut remplacer Beslija, Wamfor, Vanbeuren. éa n'affaiblit en rien l'équipe, qui s'appuie avant tout sur sa collectivité et sur la classe de son duo central, Thijs-Skoko. Ce duo doit choisir son jeu de position et sa ligne de course en fonction d'un autre duo, Sonck-Dagano. Ce n'est qu'à cette condition que l'adversaire peut être neutralisé en perte de balle et que l'équipe peut susciter le danger dans le cas inverse. Les actions de Beslija à droite et de Daerden à gauche sont décisives dans ce contexte car si l'équipe n'exerce pas assez de pression vers l'avant, elle risque d'exposer son point faible: placée elle-même sous pression, l'équipe perd en effet son sang-froid et abuse de longs ballons. Cela met en évidence le manque d'automatismes entre Soley et Zokora dans l'axe de la défense tandis que les défenseurs latéraux, Vanbeuren et Roumani, ne parviennent plus à relancer le jeu. De même, le gardien, Moons, ne peut plus exprimer pleinement ses qualités à la construction. Genk a tout intérêt à se produire aussi offensivement en Ligue des Champions qu'en championnat de Belgique car si l'équipe de Vergoossen, malgré tout le travailaccompli par celui-ci en un an, a bien une faiblesse, c'est l'impossibilité de compter sur sa défense et de miser sur le contre. Trop de joueurs manquent d'expérience dans ce secteur. Sous la pression, ils perdent le contrôle de leurs nerfs et oublient leur jeu de position. On remarque aussi, dans ces conditions, que Dagano et Sonck conservent mal le ballon, ce qui permet à l'adversaire de reprendre l'initiative. L'équipe doit donc s'appuyer sur sa circulation du ballon et des actions variées par l'axe et par les flancs. Tout l'art sera donc d'afficher sur la scène européenne le même culot qu'en Belgique, cette audace qui a permis à Genk de remporter le titre national la saison passée.Entraîneur: Sef VergoossenGenk a tout intérêt à se produire aussi offensivement en Ligue des Champions qu'en championnat de Belgique