Vicente Del Bosque, alias Obelix ou l'homme tranquille, s'est révélé prophète en son pays. Ancien joueur du club, il a été promu entraîneur principal en milieu de saison 1999-2000 pour ce qu'on pensait n'être qu'un intérim, mais il est toujours là aujourd'hui et a récolté dans l'intervalle un titre national et deux Ligues des Champions. Avouez qu'il est difficile de faire mieux!
...

Vicente Del Bosque, alias Obelix ou l'homme tranquille, s'est révélé prophète en son pays. Ancien joueur du club, il a été promu entraîneur principal en milieu de saison 1999-2000 pour ce qu'on pensait n'être qu'un intérim, mais il est toujours là aujourd'hui et a récolté dans l'intervalle un titre national et deux Ligues des Champions. Avouez qu'il est difficile de faire mieux! Del Bosque fait évoluer son équipe en 4-2-3-1. La difficulté consiste principalement à trouver le juste équilibre et à intégrer tous les talents offensifs qu'il a à sa disposition. Car Dieu sait s'ils sont nombreux dans ce club où la démesure est carrément un art de vivre.Dans le but, la concurrence règne entre le tout jeune Casillas, produit du cru et intégré en équipe-fanion à 18 ans à peine, et l'expérimenté Cesar, transféré de Valladolid voici deux ans. L'axe défensif est considéré comme le point faible de cette équipe de milliardaires, mais ce terme est-il bien adéquat? Hierro (lui aussi transféré de Valladolid en... 1989) est devenu le vétéran de l'équipe. Il compense son manque de vitesse par un jeu très agressif. A ses côtés, on pourrait retrouver Helguera, qui descendrait alors d'un cran. A droite, Salgado est un défenseur rapide. Sur l'autre flanc, Roberto Carlos est plus un ailier gauche qu'un défenseur. Ses frappes sont meurtrières. Dans l'entrejeu, le Français Makelele joue un rôle essentiel en récupération, car il est entouré de joueurs essentiellement offensifs. Il pourrait recevoir l'apport, soit de Solari, très apprécié par son entraîneur pour son dynamisme, soit d'un autre Argentin, le jeune Cambiasso qui avait déjà été recruté par le Real dès l'âge de 14 ans mais était ensuite retourné mûrir dans son pays pendant quatre ans. Il s'est révélé lors de la Super Coupe d'Europe. Lorsqu'on aborde le secteur offensif, on entre dans la constellation de stars planétaires. Le Portugais Figo, à droite, est l'un des trois Ballons d'Or que compte le club. Ses dribbles sont déroutants. Le Français Zidane est le deuxième Ballon d'Or du noyau. Il maîtrise le ballon comme nul autre et oriente le jeu. Raul, comme attaquant en retrait plutôt fixé sur la gauche, est un Ballon d'Or en puissance. A 25 ans, il est déjà le joueur-référence du Real. En pointe, Morientes devrait logiquement céder sa place à Ronaldo lorsque le Brésilien aura retrouvé toutes ses facultés. Il y a tellement de talent que des joueurs comme Guti et Savio sont devenus excédentaires. Rien que ce constat veut dire beaucoup de choses. Entraîneur: Vicente Del BosqueDès qu'on aborde le secteur offensif, on entre dans la constellation des stars planétaires