Toutefois, depuis quelque temps, il doit se contenter de moins. Sa dernière nouvelle, c'est la nomination comme chef de la presse d'une Anglaise de 35 ans, Giselle Davis, qui travaille pour l'écurie Jordan en F1.
...

Toutefois, depuis quelque temps, il doit se contenter de moins. Sa dernière nouvelle, c'est la nomination comme chef de la presse d'une Anglaise de 35 ans, Giselle Davis, qui travaille pour l'écurie Jordan en F1. Pas de quoi mettre le monde sens dessus, dessous. Donc, Huba a déplacé le rayon de ses activités vers la FIFA, par l'intermédiaire du magazine Inside Soccer. A quelques semaines du coup d'envoi du Mondial et de l'élection du président de la fédération mondiale, la veille de la Coupe du Monde, il y a bien plus de choses à raconter, surtout que le Camerounais Issa Hayatou, soutenu par l'Afrique et l'Europe, se présente contre Sepp Blatter. La règle reste toutefois identique. Ce ne sont pas les 24 membres du Comité Exécutif, à majorité européenne, mais les 205 fédérations nationales qui expriment leur vote. D'ailleurs, ni l'Europe ni l'Afrique n'ont la certitude que leurs membres suivront leurs directives. L'Espagne, la Russie et l'Allemagne ont déjà fait comprendre qu'elles ne se laiseraient pas intimider par l'UEFA et en 1998, l'Angleterre avait d'ailleurs voté contre Johansson. En Afrique, les objectifs du Nord, arabe, diffèrent de ceux du Sud, noir. Les Orientaux, anglophones, ne partagent pas le point de vue des Occidentaux, francophones.Un point joue à l'avantage d'Hayatou: le CECAFA, le groupement des pays d'Afrique Centrale et Orientale, lui a promis ses suffrrages alors qu'en 1998, il avait soutenu Blatter. Farah Addo est une des figures de proue du CECAFA. C'est lui qui a fourni à Andrew Jennings, un journaliste britannique, les armes nécessaires à l'attaque de Sepp Blatter, soupçonné de corruption lors des élections de 1998. Huba rappelle que Jennings est parti en guerre contre Samaranch et le CIO depuis des années mais qu'il doit maintenant abandonner la lutte, faute d'adversaire. Il sait aussi que Farah Addo, président de la commission des arbitres en Afrique, est soupçonné de tricher dans les désignations, liées à de substantielles indemnités et à de beaux voyages. Entre-temps, Sepp Blatter a annoncé qu'il reste quand même confiant. Ce sont les amis d'Hayatou qui se tracassent.Mick Michels