Cette saison, 134 footballeurs de Série A ont un salaire supérieur à un million net par an. Les principaux millionnaires se trouvent à l'AS Rome (23), dont la politique salariale souligne les ambitions de titre. Milan compte 22 millionnaires, la Juventus 21 et l'Inter 20. Le Napoli (14), la Fiorentina (14) et la Lazio (13) permettent également de bien gagner sa vie. Six clubs alignent un seul joueur qui gagne un million par an. Il s'agit de vieux serviteurs qui vivent de leur nom comme Luca Toni (Vérone) et Antonio Cassano (Parme) ou de grands talents,...

Cette saison, 134 footballeurs de Série A ont un salaire supérieur à un million net par an. Les principaux millionnaires se trouvent à l'AS Rome (23), dont la politique salariale souligne les ambitions de titre. Milan compte 22 millionnaires, la Juventus 21 et l'Inter 20. Le Napoli (14), la Fiorentina (14) et la Lazio (13) permettent également de bien gagner sa vie. Six clubs alignent un seul joueur qui gagne un million par an. Il s'agit de vieux serviteurs qui vivent de leur nom comme Luca Toni (Vérone) et Antonio Cassano (Parme) ou de grands talents, comme le néo-international Berardi, qui se produit pour le modesteSassuolo. Cinq des vingt clubs de Série A n'ont pas de millionnaires. Chievo et Cagliari ont déjà prouvé que le maintien était possible sans joueurs trop chers et les nouveaux venus, Empoli, Palerme et Cesena, veulent faire de même. A Chievo, le joueur le mieux payé touche 700.000 euros, contre seulement 300.000 à Empoli. Ces chiffres le montrent : la Série A n'est plus un paradis financier comme il y a quinze ans. L'élite italienne génère de moins en moins de revenus. Par rapport à la saison dernière, la masse salariale des vingt clubs a diminué de 63 millions bruts. Cette masse totale s'élève à 849 millions, soit en moyenne 42,5 par club. Il y a trois ans, elle était encore de 1,1 milliard. En l'espace de trois ans, elle a donc perdu 23 % pour revenir au niveau d'il y a sept ans. De tous les ténors, seule la Juventus ne doit pas économiser de ce point de vue. Elle conserve une masse salariale de 118 millions grâce à des rentrées en constante augmentation. Cette année, elles s'élèveront à 270 millions alors que Milan, le deuxième avec 200 millions, est privé d'Europe cette saison et doit donc économiser. L'Inter doit se serrer encore plus la ceinture. L'année dernière, ce club avait déjà fait passer sa masse salariale de 110 à 90 millions, et sous la pression du nouveau propriétaire indonésien, Erick Thohir, il ne consacrera que 70 millions à ce poste cette année. Empoli est le club de D1 qui a le moins de rentrées - entre 25 et 30 millions. C'est moins qu'Anderlecht, le Standard et le Club Bruges mais c'est déjà un petit miracle économique et sportif pour un club implanté dans une bourgade de 48.000 habitants. Actuellement, le footballeur le mieux payé de Série A, Daniele De Rossi (AS Rome), perçoit 6,5 millions nets par an. En 2008-2009, l'Inter versait plus du double à Zlatan Ibrahimovic : 15 millions, une somme qu'il gagne toujours au PSG, ce qui fait de lui le troisième footballeur le mieux rémunéré au monde, après Lionel Messi (20 millions) et Cristiano Ronaldo (18 millions). PAR GEERT FOUTRÉLa masse salariale totale des 20 clubs de Série A s'élève actuellement à 849 millions d'euros soit une baisse de 23% en trois ans.