Lundi 16 février

Vande Walle n'est pas important. C'est Mogi qui le dit, et pour en être sûr il relit l'organigramme carolo. C'est vrai qu'il change souvent... Pour Philippe, " tout est nul à Charleroi ", à commencer par les terrains et la mentalité des joueurs. Tonton Abbas apprécie moyen : " Si t'es pas content, tu dégages ". C'est bien ce que Flupke cherche.
...

Vande Walle n'est pas important. C'est Mogi qui le dit, et pour en être sûr il relit l'organigramme carolo. C'est vrai qu'il change souvent... Pour Philippe, " tout est nul à Charleroi ", à commencer par les terrains et la mentalité des joueurs. Tonton Abbas apprécie moyen : " Si t'es pas content, tu dégages ". C'est bien ce que Flupke cherche. Pipi-caca-dodo. Selon le comité exécutif, les supporters de Genk mettent l'ambiance en D1 : le caca c'est sympa, par contre envahir le terrain est très déplaisant. Plutôt que de s'affilier à Genk, Louis Derwa et Pierre François sonnent le rassemblement wallon. Un rattachement prochain à la France ? A bas la réforme. Comme tout le monde, le bon supporter vomit la réforme, les playoffs et le foot à Noël. Les fans réunis de 11 clubs militent pour des tickets moins chers, et moins de flics partout. Ivan De Witte était si fier de son panier-cadeau... Un consultant, en général, ça consulte. Dieu et l'absence du père. Mbokani délaisse l'autel pour le divan : s'il a mauvais caractère, c'est parce qu'il n'a pas eu de père. Mais ça va mieux : " Je ris à nouveau avec mes équipiers. " Il reparle à la presse, et en plus il nous donne du Freud. Il est vraiment phénoménal. De Witte n'est pas open. Le président gantois a refusé une offre de l'Open VLD pour les prochaines élections régionales. Il doit encore faire son stage de méthode Coué. Fellaini, pas mieux. Le site Times Online a trouvé huit joueurs coiffés pire que Marouane. Le plus moche c'est Valderrama et sa serpillière, puis Ronaldo " Sapin de Noël 2002 ", et Beckham avec sa crête de Mohican. Comme top 5 chez nous, on verrait bien : 1. Ruiz (Gantoise) 2. Legear (Anderlecht) 3. Demets (Club Bruges), 4. Iachtchouk (Cercle) et 5. Wamfor (GBA). Les politiques n'aiment pas le caca. Le ministre de l'Intérieur Guido De Padt ressort la loi football, et accuse la fédé de laxisme. Le Premier Wallon Rudy Demotte répète en écho. C'est bien, les politiques s'intéressent au foot. Garcimore De Keersmaeker réexplique que l'Union Belge ne peut pas sanctionner des personnes privées. Hi-hi. Cela le fait rire. Finalement le bon sens vient d'un Flamand de Mouscron " Les supporters veulent rigoler ", dit Mark Volders. " Si on doit réagir à chaque connerie, on arrête le foot. " Merci, Mark. Flexibilité. Moia a le genou tout cassé, sa saison est terminée. " Je ne veux plus jouer back gauche, à Charleroi c'est maudit ". Entraîneur des gardiens, peut-être, Massimo ? Ripoux 4. Toute la semaine, c'est huis-clos à Anderlecht. Sauf pour une délégation de l'Intérieur, qui inspecte le stade. Ariel n'a pas ri. Bölöni a sûrement une taupe chez les flics. La Securitate, ça marque. Leterme dans son meilleur rôle. Premier ça a foiré, alors Yves d'Ypres essaie supporter. Dans l'avion de Braga, Leterme gonfle le torse : " Chaque fois que je viens, le Standard gagne. " Caramba, encore raté... Père indigne. A Anderlecht, Dimitri Bulykin ne veut pas s'aligner en Réserve : " jouer avec des enfants ne me dit rien. " Un million d'euros pour un camionneur qui n'aime pas les Lego. Putain, les gens. Un demi pour Glen et Peter. De Boeck et Maes se sont connus au Parc Astrid, mais un seul ira en finale de la Coupe. Malgré Perisic, le Cercle limite la casse à Roulers (2-1). Malines ferme la porte à Courtrai (0-0) ; l'arbitre a omis deux penalties, Hein affine ses talents de monteur vidéo et invite Jeurissen à boire un verre ; ça peut toujours servir. Courtrai, c'est hot. Après le match, la direction malinoise a été molestée, le car bombardé de pierres, de crachats et de bière. Une qualif, ça se mérite. Feuille morte au Parlement. Michel Platini tanne les députés européens avec l'exception sportive. Platoche veut l'autonomie des fédérations, un plafond salarial et pas de transferts internationaux avant 18 ans. " Le football est une grande école de fraternité et de diversité, nous sommes tous égaux devant le ballon, il faut qu'on le reste ! " T'emballe pas, Michel... La déprime du petit Nicolas. Depuis un mois Frutos est couché, sa jambe opérée inclinée vers le haut. Une demi-heure par jour, il peut s'asseoir pour muscler le haut du corps. Bientôt le bas, Nico. La voix de son maître. Le Gantois De Roeck adore la réforme du championnat : " le niveau va monter, le spectacle aussi, et les joueurs vont gagner plus. " Capitaine et bon soldat. Ivan, sors de ce corps. Saudade pour Courtois. A Braga, le stade est creusé dans la roche, avec seulement deux tribunes latérales et un tunnel d'accès sous la pelouse. Courtois voit déjà ses stades de Bruxelles et Sclessin : deux fois moins chers, creusés dans l'Altitude 100 et le terril, avec passage pour enfumer les hooligans... Alain, ce n'était qu'un rêve. Quelqu'un a vu Vermeersch ? Aracic, un ex du Brussels, réclame des arriérés de salaire. Le club aurait un trou de 2,5 millions. Une bonne petite faillite, et ça repart. Braga, la tasse. Le Standard ne digère pas l'huile de foie de morue locale, et Onyewu est très mauvais pronostiqueur : au lieu de 0-4, c'est 3-0. Defour se fait bouffer la cheville, un mois d'arrêt. Arrogance ? Le club avait déjà pré-réservé 100 places pour la finale à Istanbul. Bierset, c'est bien aussi. Anderlecht, premier de classe de rattrapage. De Sutter plante deux choux dans la motte de Gand (1-2), et le Sporting prend la tête de la D1. Soirée de m... pour le Standard. Une crise ? Quelle crise ? Mouscron repart pour un tour. Comme tous les six mois, le boss Dufermont passe à la caisse. Mais c'est promis-juré : les sponsors locaux vont se mouiller (air connu). L'avenir se fera même sans Dufermont, grâce aux candidats repreneurs australien, russe et arabe. Ben voyons. L'humour brugeois. Luc Devroe peut être très décalé : " Bruges joue mieux que l'an dernier, on est juste moins efficace. " Sterchele, olé olé... L'ordinateur a tout calculé : Van Heerden ne fait que des bêtes passes courtes, Dirar réussit un centre sur dix. Des stats de championnat ABSSA d'avant la crise. Le Brésilien muet. Anderlecht tient sa pépite, mais Guilherme ne peut pas parler à la presse. Juste donner son nom. Avant l'invention du huis clos, Goethals donnait le même numéro à tous ses joueurs. Toujours deux guerres d'avance ! Stein Wash. A Genk, Huysegems astique la Mercedes de Verhulst. Le portier n'a pas encaissé à Bruges et Huysegems a perdu le pari. Prochaine fois que Stein marque, paraît que Davino s'échauffera en bleu de travail. Dominique, de Mons, a un costume de pingouin à prêter. Blondel, le retour. A Bruges, Chavez quitte l'entraînement en boitant. Pas de doute, Jonathan a retrouvé la pêche. Fini les chinoiseries. Paul Put n'est plus affilié à l'Union Belge, la FIFA refuse donc de le suspendre à l'échelle mondiale. Et mi-mars, les faits seront prescrits. Put, Mitu et Fassotte peuvent enfin dormir tranquilles. Les pauvres. Allô Vital ? Charleroi récuse l'arbitre Gumienny, après Wouters (" le guignol ") et bien d'autres. A ce rythme, on va bientôt rappeler Ponnet, Loraux et Langenus. Belle polyvalence. A Malines, Peter Maes n'a plus d'adjoint, le T2 est devenu manager. Et donc son chef. Fais gaffe Herman, Besnik rôde autour du bureau. Ariel n'est pas un gentleman. Jacobs est cinq fois pire que Bölöni : " Je ne dis que 10 % de la vérité. " Journaliste, job pourri. 20 ans et tous ses crocs. Vadis souffle ses 20 bougies et tire à vue : " A Anderlecht, on ne sait pas encadrer les jeunes. Dans ma génération, il y avait aussi Mbokani, Mujangi-Bia, Lamah et Tioté. Pourquoi on a acheté Biglia et Frutos ? (...) Quand j'entends quelqu'un rigoler après une défaite, j'ai envie de le frapper. " Pas très mauve, ça. La preuve : " Bruges joue mieux qu'Anderlecht, si on jugeait la possession de balle on serait déjà champion. " Justement. A table ! Qu'importe le verdict du Clasico, les clients du Saint Guidon au Stade Vanden Stock auront leur pitance. Trois grands chefs sont aux fourneaux : Geert Vanheck ( Karmeliet), Alain Chapel ( La Villa Lorraine) et Pierre Wynants ( Comme chez soi). Menu : Filet de thon aux épices, caviar d'aubergines et huile de persil - Boulangère de cabillaud au jus de thym - Carré de veau rôti en cuisson lente aux pleurotes et poivre vert. Digestion variable selon le score. Tu me prêtes ton casque ? Entre deux visites au fitness et à Michel Verschueren, Zitka a reçu un coup de fil de Petr Cech. Il a une jambière à refiler. D'ici là, Daniel muscle sa cheville en voiture, option débrayage. Les bouchons bruxellois ont du bon. Le panier et les crabes. Le quarté du bas est connu, mais dans quel ordre ? Mons ne veut vraiment pas se sauver : mener à Roulers grâce à la chance ne suffit même plus (défaite 3-2). Jeu, set et bientôt match pour Tubize qui additionne les gamelles en février (0-6 pour Zulte Waregem). Charleroi sème à Courtrai, l'effet Collins ne marche qu'en déplacement (1-1). Adieux muets pour Maâzou à Lokeren qui n'aime que les partages (0-0 au Cercle). La Gantoise cochonne déjà sa fin de saison (1-3 face au GBA). Même avec le permis, ça coince. Legear n'en rate pas une. Quand il ne roule pas trop vite, il est en retard à l'entraînement. Ses deux voitures ont calé en même temps. Avec un mot de parents, ça passe. Entre-temps, la meuf à Jona est rentrée de Russie où elle étudie les langues. Elle a fait six ans de latin. Toujours utile. Le rouge vaut de l'or. Depuis qu'il a remis ses pompes rouges, Witsel joue mieux. " Les dorées, c'était pour faire plaisir au sponsor ". Axel est dans le top UEFA de la C2. En exergue, " son style nonchalant qui a déjà roulé dans la farine bien des adversaires ". Cette semaine, la crêpe était portugaise. Le Kruska Code. Marc-André se sent bien intégré : " Maintenant je sais qui est qui. " Pratique. Encore ceci : " Les bonnes équipes ont 11 joueurs qui connaissent bien leur place sur le terrain. " Tu parles toujours de Bruges ? Oleg, mon ami. Tom de Sutter la joue collectif : " Je préfère être champion, le meilleur buteur ce sera Iachtchouk. " Le grand Tom connaît mieux l'Ukraine que l'Algérie. Quand on l'a félicité pour sa Madjer à Gand, il a cru qu'on lui parlait gastronomie. Campagne d'image gantoise. Michel Louwagie convoque Maric et Thompson : plus question de disjoncter sur le terrain, il en va de l'image du club. Il n'est jamais trop tard. Gilbert et le carrelage. Bodart s'est recyclé dans la faïence en attendant son procès. Certains journaux ont proposé 20.000 euros pour son récit mais on n'achète plus Gilberto. Ekeren comme Capri. Dix ans après la fin du club, les grues démolissent le vieux stade d'Ekeren, perdu dans les herbes folles. Le Germinal, c'était le Tubize flamand, la moustache de Gunther Hofmans et l'Europe en caravane. Le futur grand stade anversois sera en forme de diamant. Evidemment. Rien de tel qu'une bonne crise. Mouscron accroche Genk en plein Limbourg (1-1) : l'Excel n'avait plus marqué depuis 300 minutes, Ouali depuis six mois. Le Standard a eu le nez fin. Marc est quadra. A 40 ans pile poil, Wilmots fait son bilan : il voulait faire agriculteur, il a déprimé quand sa carrière s'est arrêtée, il est contre le foot en hiver et pour des arbitres mieux payés, il trouve Boussoufa meilleur dans l'axe. Sur ce, bon anniversaire Willy. Vert, c'est vert. Un sommet, ça se bichonne. Le jardinier du Parc Astrid a mis de l'engrais spécial pour que le gazon soit bien vert. Rien que pour la télé. Le foot décroche. En 2008, l'Union Belge a perdu 15.000 affiliés, soit -4 %. A la Fédé, on ne s'inquiète jamais : " C'est classique entre deux Coupes du Monde ". Et le nombre d'arbitres est tombé à 6.028, plancher absolu. Pourquoi ? Zan-Marie doit vendre. El Magnifico a des problèmes avec le fisc, la villa des Pfaff à Brasschaat est à vendre. 1,3 million, vous parlez d'une affaire : une piscine, un terrain de tennis, cinq garages, etc. Carmen ne veut plus faire les poussières... Et les frites ? Westerlo, c'est Carnaval. Pour accueillir Bruges, les supporters les mieux costumés peuvent gagner un repas chez le chinois. Toujours une grande idée d'avance, cet Herman Wijnants. Van Holsbeek, au travail. Le ballon tourne, la roue aussi. De héros à zéros, et inversement : en quelques poignées d'heures, Mauves et Rouches ont échangé leurs destinées. Sans Defour, le Standard n'a plus ni volume, ni régulation, ni personnalité : la jeune classe a raté sa maturité. Comme d'habitude, Anderlecht s'est fait mener, avant d'émerger. Boussoufa n'est pas que le roi de petits matches, et la machine De Sutter est lancée. De retour au Parc, Mbokani a enfourné pour rien. 4-2 : Anderlecht prend quatre longueurs. Si le Standard se relève de cette semaine noire, il est très fort. par érik libois (aussi sur vivacité et www.rtbf.be/sport)