LUNDI 27 SEPTEMBRE BEAUCOUP, BEAUCOUP, BEAUCOUP

Le blues de Jelle. Van Damme ne joue pas à Wolverhampton, sa dame s'ennuierait dans les brumes des Midlands, et un retour au Parc serait dans l'air. Van Holsbeeck ne nie pas des contacts, mais dément tout retour avant le mercato hivernal - forcément. D'ici là, Vanessa Hoefkens forwarde quelques tuyaux pour tuer le temps : " L'Angleterre c'est génial, les supermarchés sont ouverts 24 h/24. " Génial, en effet.
...

Le blues de Jelle. Van Damme ne joue pas à Wolverhampton, sa dame s'ennuierait dans les brumes des Midlands, et un retour au Parc serait dans l'air. Van Holsbeeck ne nie pas des contacts, mais dément tout retour avant le mercato hivernal - forcément. D'ici là, Vanessa Hoefkens forwarde quelques tuyaux pour tuer le temps : " L'Angleterre c'est génial, les supermarchés sont ouverts 24 h/24. " Génial, en effet. Shah échaudé... Rien de tel que le joystick à distance : Abbas Bayat est en Angleterre mais ne nie pas que des chambardements se profilent à Charleroi : " Je peux vendre du jour au lendemain, la situation actuelle est inacceptable ". Le boss cible ses neveux et Raymond Mommens, prépare ton short Pierre-Yves. Que reste-t-il quand il n'y a plus personne ? Benoît Thans peut-être ? La presse locale, pourtant partenaire du Sporting, lance un sondage sur mesure : Désignez le gugusse du mois. Devinez qui est (largement) en tête ? Avancez les forceps. Malgré six opérations, Wasilewski reste un forçat : le Polonais prolonge l'entraînement en tirant un... traîneau de 10 kg, encore un coup d'Innaurato le coach physique. Petit Van Buyten traînait des pneus et des enclumes, voyez où ça l'a mené. La récré est finie. Oui, même Adrie Koster peut se fâcher : le coach brugeois sort au vestiaire une gueulante made in Holland. Le blond Batave en a marre des types qui viennent au taf en skateboard, s'échangent des adresses de tatoueurs ou font des paris sur les tonsures. Les vieux Hoefkens et De Vlieger embraient : " Il faut être plus sévère ". Stijnen a d'autres soucis : toujours blessé, il doit renoncer au diptyque Villarreal-Gantoise. Mais Stijn reste le plus brave : " En août j'ai joué avec un doigt cassé ". Vieux et vieux. A la VRT, Ariel Jacobs actualise son -Je suis dégoûté ! d'il y a un an : " Aujourd'hui, je ne suis plus heureux comme T1, je préfère avoir 57 ans plutôt que 37. " Pour Anthuenis c'est l'inverse : son patron au Lierse l'avait dit trop vieux pour la D1 mais Aimé est toujours d'attaque. " Je reste disponible, ce serait du gâchis vu toute mon expérience, il n'y a qu'à me téléphoner. " Sors de ce corps, Hugo. Ils sont beaux, mes tapis. Van Holsbeeck en parlait depuis des mois, Boussoufa ne voyait rien venir : les deux hommes discutent enfin d'un contrat rehaussé. Le premier contact est positif, la prochaine fois on sort les bouliers-compteurs. Faim de loup. A Sclessin, Ramos préface le Clasico du dimanche : " Je n'ai pas peur de Lukaku, j'ai déjà mangé Ronaldo et Adriano." Tiens Victor, t'as joué la Ligue weight-watchers ? Goreux se contracte à l'entraînement : il est out pour le choc. Ça tombe bien, il est suspendu. Le Standard lorgne sur le Brésilien de Montegnée, Victor Araujo : y en a que l'épisode Paul Taylor n'a pas refroidi. Retour à Houba. Mogi Bayat émerge du grisou carolo : le voici chez ses amis du comité sportif dans l'affaire du Kiel et des insultes présumées à l'arbitre Boelen. Le parquet réclame quinze jours sans zone neutre. Ça pour un Bayat c'est presque inhumain. Pierre-Yves Hendrickx s'en tire avec un blâme, la Maison (de Verre) n'oublie jamais ses brebis. Au Pays Noir, Peter Franquart confirme : " On voulait faire grève pour Jacky, puis on s'est ravisé. " Courageux, pas téméraire. Thank you, Bono. Grâce à U2, le Heysel s'offre un mini-lifting : le promoteur finance la nouvelle pelouse, car une scène de 390 tonnes et 140.000 spectateurs autour, ça pèle un peu. L'installateur batave déroule 8.000 m2 d'herbe batave, certifiée sans cannabis. Leekens ne pourra plus dire que si ses Diables perdent, c'est à cause des taupes. Van Buyten est aussi rassuré : le mesurage révèle que les buts étaient trop... décalés de 20 centimètres, ce dégagement raté c'était donc ça. Après le Mémorial Van Damme, l'Union belge n'a eu qu'une semaine pour vérifier... mais ne l'a pas fait. La FIFA va traiter le dossier. Encore heureux qu'on ait perdu. Finalement, merci Dan. Autant aller en car. Départ pour Villarreal : les joueurs du Club Bruges viennent à Ostende à 14 h mais la grève des contrôleurs les déplace vers Lille, envol prévu à... 22 h. Les Gazelles héritent d'un entraînement-surprise, suivi de huit heures de voyage avec en sus, panne du tapis bagages. Extinction des feux à 1 h 30. Et prière de ne plus twitter. Suivez la direction. Roger Vanden Stock a les bronches enflées, il cède son siège dans le charter vers Split. Van Holsbeeck prend la parole : " Il nous faut minimum un point, le coach doit jouer défensivement. " Pigé, Ariel ? A Valence, le président brugeois Jonckheere fait l'agenda : " Quoi qu'il arrive Koster sera encore notre coach dans une semaine ". Salam aleikoum, Mehdi. L'agence arabe MPA annonce le ralliement de Carcela à la cause marocaine. Le Standard dément, Leekens tranche la question : " La page est tournée, Mehdi m'a confirmé qu'il choisissait le Maroc ". Bonne chance, gros. On te regrettera. La croisière s'amuse. A Eupen, Cartier teste l'éloignement : il contacte Alan Haydock pour faire le T2, mais c'est non. Ah ces Bruxellois : toujours croire que la province, c'est la jungle. Rouges bonheurs. Les Rouches ont bien travaillé, Dominique D'Onofrio annule le deuxième entraînement. Son ex-adjoint et successeur à l'Académie fait visiter les lieux : Jef de Sart guide des gens de Feyenoord, dont deux architectes et le scout belge... Frans Masson, car le club du Kuip veut répliquer le site liégeois en bord de Rhin. Le trio Nong-Tchité-Leye tue le temps lors d'une séance de signatures : pour l'heure, le stylo semble plus affûté que la godasse. Au même moment, Dufer, Daerden et Kabamba se tapent Coblence avec les Espoirs (1-2). Chienne de vie. Salut, vieille branche. Une bouille connue accueille les Mauves à Split : Josip Weber a roulé 580 km depuis son bled Slavonski Brod, ça vaut bien quelques high fives avec Musonda, De Wilde et surtout Verschueren. Dommage, Degryse et Nilis ne sont pas venus pour le traditionnel poker. Weber fait offre de service : " Si vous avez besoin d'un coach pour vos attaquants... " Allusion à quoi, Josip ? A Gand pour la visite de Lille, les retrouvailles concernent El Ghanassy et Hazard : les deux gamins étaient voisins à La Louvière, et Yassine a fait des agrès au cours de gym de Maman Hazard. Tous au goulag. Advocaat est resté fin tacticien : via Leekens, il refile aux Diables un amical à Moscou le 17 novembre, histoire de faire endosser à la fédé russe ses cadavres laissés à Houba Street, tout en faisant tourner ses réservistes. Car rien n'arrête le Batave : " On devait jouer contre l'Uruguay, ici je vais faire tourner mes jeunes ." Le grand Dick enfonce le clou : " J'ai payé 750.000 euros pour racheter mon contrat belge, le Belgique n'aura plus jamais un coach aussi bon marché. " Encore sorry, Dick. Jelle is a Spurs Boy. Le site de Tottenham taille le portrait de Vossen, titré : Le prochain Belge en Premier League. Vercauteren lève le doigt : " Je l'avais bien dit qu'il était fort. " Le soir, Vanden Borre étrenne son casque de mineur en Espoirs. Rendez-vous en 2011. Splitsing complet. L'hystérie croate avait débuté avant le kick-off : 20 fans mauves dégustent le cocktail pitbulls-barres de fer à leur hôtel, deux d'entre eux terminent à l'hôpital. Sur le terrain d'Hajduk, Anderlecht n'a dans le short que des pétards mouillés pour répliquer aux fumigènes. Lukaku laissé sur le banc, Jacobs a bien suivi ses patrons mais la prudence ne paie pas : oublié par Juhasz, Vukisic passe après 95 minutes et sept secondes pour offrir la banane à Split (1-0). Face aux micros, Legear déchire son coach. Après la C1, la damnation mauve continue en C2. Naufrage programmé. Face au sous-marin jaune, Hoefkens craignait la patate (sic) : de fait, à Villarreal Bruges en prend plein le périscope. Vargas se fait sortir pour une broutille avant la demi-heure, les Gazelles reviennent à dix même si la joie de Donk était toute intérieure. Lâché par ses vieux muscles De Vlieger refile ses gants au troisième portier Coosemans, les tic-tacs ibériques imposent leur loi (2-1). C'est confirmé : Blondel (tacle à la Witsel) est prêt pour l'internement. A tout le moins la camisole de force. Face à Lille, Gand allume sans conclure : De Smet émerge du sommeil profond, El Ghanassy touche du bois, Hazard se traîne, mais Frau fait PAF (1-1). Un point, c'est déjà ça. Sonnez les Matines. Retour de Split, Van Holsbeeck joue les pompiers : " Jacobs n'est pas menacé, à Anderlecht on ne juge plus sur les seuls résultats ". Ça fera plaisir à tous les prédécesseurs morts au champ d'honneur. Retour de Villarreal, les joueurs brugeois boycottent la presse. L'attaché de presse explique : " C'est pour éviter les dérapages comme avant le 6-2 de Gand l'an passé. Le maïeur gantois s'en charge : " Mon prono pour dimanche, c'est 2-7. " Rouges... malheurs. Le Bourse de Sclessin est en forte baisse : Benteke est touché au ménisque et la maison mère rouche veut que son expat' se repose. De Mul doit passer ses adducteurs sur le billard et en prend pour quatre mois... pour la troisième fois en quatorze mois. Dire que tout vient d'une déchirure lors du prêt à Genk. Jos Vaessen, interdit de ricaner. Pour Mangala ce sera un lifting complet : le triple fracturé doit se faire opérer au visage. World Belgium. Leekens a potassé le Kazakhstan. Pour tenir debout sur l'astro d'Astana le coach appelle quatre joueurs de baballe : Mertens (Utrecht), Boyata (City), Ogunjimi et El Ghanassy. Notez le métissage : les deux derniers auraient pu tourner nigérian et marocain, mais l'épisode Carcela a servi. Big Georges n'a pas oublié son parapluie : " On doit viser... le Mondial 2014. " Dire qu'on n'a joué que deux matches... Jelle gelé. C'est une première : après neuf matches d'ouf, Vossen reste coi. A Malines ses collègues relaient et Genk gomme son retard (2-2). Jelle est soulagé : " J'en ai marre qu'on parle de mes buts. " De Bruyne la joue diva : " J'en ai marre de jouer à gauche. " Vercauteren remet de l'ordre : " J'en ai marre des petits égoïstes. " Pigé, petit ? Les Sang et Or ont ressorti leur foot sur-vitaminé, à la théorie Marc Brys avait cité Al Pacino en coach de foot US dans L'Enfer du dimanche (Oliver Stone) : " Battez-vous comme si votre vie en dépendait ! " Dans la VO, Cameron Diaz fait virer le vieux coach à la fin. Derrière les ex-casernes, pas de danger : c'est Fi Van Hoof qui porte la culotte. SETCA mauve. Trois jours après la grande manif de Bruxelles, Philippe Colin confirme : les grands patrons sont aussi touchés par la crise. Elimination de C1 oblige, Anderlecht doit geler les investissements : la deuxième phase des travaux de Neerpede (3,5 millions d'euros) est retardée, et pour les nouveaux contrats ce sera ceinture aussi. " Je veux d'abord des résultats, les bonus viendront après. " Comme chez les gens normaux, quoi. Démocratie directe. A la veille du grand choc, Mémé Tchité souffre d'amnésie : l'homme des deux maillots n'a aucun souvenir de Clasico. Sur les fans c'est pareil : " Qui sont les meilleurs supporters ? Je garde ça pour moi. " Les fans justement, le Standard consulte les siens : chacun peut envoyer par mail son avis sur la réforme du championnat. Les commentaires sur la gestion du Matricule 16 ne seront pas retenus. Zakouskis anversois. Le tribunal civil a l'esprit large, la faillite de l'Antwerp est reportée de trois semaines. Un mystérieux investisseur se serait pointé, et se nommerait... Jean Zarzecki, l'historique président des Francs Borains. Un bastion flamand sauvé par un Wallon venu de Pologne, qu'en pense Bart De Wever ? Thérapie en cours. L'effet Cartier se fait attendre, comme chaque semaine, Eupen perd et voit rouge : Espinal part le premier à la douche, Vandenbergh plante mais les Pandas cèdent à Courtrai de ces félons de Rossini et Mboyo (3-1). L'effet Laszlö est perceptible : Charleroi percute mais cale à Zulte, Losada canonne facile et De Wolf joue les filles de l'air devant Matton (1-1). Les Zèbres portent les rayures du deuil : Ezio Bucci, l'homme au parapluie-pronostiqueur et la voiture zébrée, s'éteint à 82 ans. Mon nom est Persoons. Plus rien ne va au Stayen : Saint-Trond perd contre Westerlo et affiche 0/15, Henrique profite deux fois d'une défense locale pathétique (1-2). Le Cercle atteint 10/12 au Lisp où Bob Peeters met son c£ur au frigo et fesse son Lierse chéri via Cornelis (0-1). Loi des séries, suite : contre le GB Anvers, Lokeren grave un 9/9 grâce au but tardif de Persoons, qui vide son browning dans le grenier de Kaminski (1-0). Sorry, Dan. Bertin Mampaka est rouge colère, l'échevin bruxellois des Sports martèle que les poteaux du Heysel étaient bien à la bonne place. A Munich, on signale un Belge atteint de rechute dépressive. La vérité blesse. Joueur lent, De Boeck devait réfléchir plus vite. Entraîneur, rien n'a changé. L'Anversois explique les moult hors-jeux de son chouchou Negrao : " Il est trop rapide et mes médians pensent trop lentement. " Foin de fi. La familiarité joue parfois des tours : en mission de scouting, Fi Van Hoof se voit refuser l'embarquement à l'aéroport de Charleroi. Son passeport mentionne " Wilfried ", mais le bon secrétaire malinois avait réservé à... " Fi ". Buffalo grill. Evitez le waterzooi à la gantoise le dimanche midi : coincés dans les bouchons, les Buffalos digèrent mal leur poulet et vomissent leur foot durant une demi-heure. Le Club Bruges file à 3-0, Kouemaha se réveille, Vargas plante son septième, mais les Gazelles se ré-emmêlent les pa-pattes et La Gantoise échoue sur le fil (3-2). Koster a gagné la guerre des clochers flandriens. Mauviettes en papillotes. Saisissez d'emblée le steak mauve façon Leye, laissez mijoter à feu doux et nimbez de sauce Tchité, faites revenir une pincée de Boussoufa puis emballez l'affaire avec des zestes de Bokanga et de Carcela : Anderlecht se fait bouffer dans la marmite de Sclessin (5-1). Jacobs clôture sa semaine noire dans le car des joueurs, le peuple mauve en colère réclame sa tête, et Deschacht doit plonger dans la plèbe : " Désolé les fans, on a raté notre match, mais on va bosser pour en sortir. " Deux heures après le coup de sifflet, le bus mauve peut redémarrer. Un peu plus loin, Mémé-le-buteur sirote son havane. Autre clou dans le cercueil mauve : Shikabala est annoncé... à Sclessin. (aussi sur vivacité et www.rtbf.be/sport) par erik libois