LUNDI 13 SEPTEMBRE STEVEN VA A PIED

Sclessin hyperzone. Trafic mitigé sur la Meuse : Defour passe son pied aux rayons, l'écho ne révèle rien, mais le mal persiste. C'est trop injuste, au même moment le Parquet blanchit Cornelis, le poinçonneur brugeois de Steven. Cyriac reprend l'entraînement de groupe : sauf que durant la convalescence du joker ivoirien la concurrence s'est étoffée, et les cap(e)s de Zorro risquent de se faire rares. Opare reprend à son compte la litanie du Nong : " Le Standard peut jouer champion, on ne doit craindre personne, même si en Belgique le niveau est très haut. " Daniel, n'en fais pas trop ! Cela finirait par se voir. Pierre François est aussi ragaillardi : une réunion sur le stade confirme la volonté de la Ville d'investir lourdement, c'est ça ou quitter Sclessin et trouver des fonds 100 % privés. Verdict en fin d'année.
...

Sclessin hyperzone. Trafic mitigé sur la Meuse : Defour passe son pied aux rayons, l'écho ne révèle rien, mais le mal persiste. C'est trop injuste, au même moment le Parquet blanchit Cornelis, le poinçonneur brugeois de Steven. Cyriac reprend l'entraînement de groupe : sauf que durant la convalescence du joker ivoirien la concurrence s'est étoffée, et les cap(e)s de Zorro risquent de se faire rares. Opare reprend à son compte la litanie du Nong : " Le Standard peut jouer champion, on ne doit craindre personne, même si en Belgique le niveau est très haut. " Daniel, n'en fais pas trop ! Cela finirait par se voir. Pierre François est aussi ragaillardi : une réunion sur le stade confirme la volonté de la Ville d'investir lourdement, c'est ça ou quitter Sclessin et trouver des fonds 100 % privés. Verdict en fin d'année. Attention, ça mord. Les box-to-box se multiplient : Polak brosse l'entraînement mauve, il est en Tchéquie pour la naissance de son troisième fils. Herman, prépare le contrat activation 2030, avec vente forcée à douze mois de l'échéance. Sur le terrain B, Boussoufa choisit mal son moment : il marque son péno et s'exclame " On est en C1 ! ". C'est de l'humour sub-saharien. Avec traduction gestuelle. Eupen perd son capitaine, mais gagne un traducteur : Milicevic est déchiré à la cuisse et privé de dessert footeux pour trois semaines. Suisse et donc polyglotte, il aura plus de temps pour traduire le sémaphore Capuano. Quatre ans fermes. Ilombe Mboyo a toujours été un précoce : Courtrai récompense son entame de feu, et lève déjà l'option d'achat carolorégiennne. S'il reste bien sage, Petit Pelé sera courtraisien jusqu'en 2014. Trois bandes noires. On apprend le décès de Willy Gillard, homme de confiance de feu Roger Petit, ex-secrétaire général du Standard, et surtout ex-boss d'Adidas Belgique. Un homme qui pesait lourd dans les finances des clubs. Mais d'abord un homme de classe. Une autre époque, quoi. Fans de moquette. Leekens peut déjà biffer une excuse toute trouvée : la Ville de Bruxelles va remplacer la pelouse du Stade Roi Baudouin, elle craint les ravages du double concert de U2. Face à l'Autriche le 12 octobre, Long Couteau ne pourra pas invoquer le bloody tuesday. Roland Duchâtelet préfère fumer la carpette : le président canari programme pour l'été prochain l'installation d'un synthétique. " Un match de jeunes puis de l'équipe A, entrecoupés d'un repas au stade, et le soir d'une nuit à l'hôtel du Stayen, ça promet. " Trudonnaire de jour et de nuit : c'est cela, le néo-paternalisme. Borborygmes rouches. Après le ramadan, il y a les banquets sucrés. Carcela saute l'entraînement rouche pour cause... d'indigestion. La cuisse de Pamic est déchirée, et ça chiffre à six semaines. Au fait, c'est qui Pamic ? Prenez votre ticket... Cela se bouscule au tourniquet du comité sportif : les braves bénévoles enchaînent... six heures de séance. Avec distribution de bonbons : deux matches en tribune pour Vercauteren et Ceulemans, zéro pour Vande Walle et... trois pour Matthijssen, qui n'est même pas venu (" J'ai trop de travail "). Pas grave, le gsm et le porte-voix ont déjà démontré leur utilité d'en haut. Le comité inflige deux matches à Losada et déterre le dossier Dalmat : le gifleur fou du Breydel prend aussi deux dimanches. Attendez qu'on vous appelle. Mogi Bayat quitte les sept nains et joue à Blanche-Neige : " Je n'ai aucun antécédent, le tribunal a vidé mon casier fédéral. " Appuyé par deux témoins et... un journaliste, le manager carolo le jure, il n'a jamais insulté, ni menacé l'arbitre Boelen. On en reparle le 28. Tapis vert. Van Holsbeeck en a marre de l'Egypte, de la FIFA et de Shikabala : Anderlecht renonce au Beckham cairote, ses états d'âme et ses discours de girouette. Mini-consolation pour le bon Herman : la justice renvoie Allatta devant le juge correctionnel. Dis Pietro, quand on accuse de corruption on donne des preuves ! Droit du sang. Léger mieux à Sclessin : Carcela n'a plus mal au bide, mais passe encore son temps sur le pot. Pire : la moitié du noyau semble contaminée et, comme Defour ne sait toujours pas poser le pied, le porte-parole annonce " un bain de sang à Malines. " Sacha fais gaffe, la commission éthique veille. EPO, suite : veille de match gantois à Sofia, Jorgacevic se dit prêt à " faire couler son propre sang. " Jésus, reviens parmi les tiens. Second uppercut. Les Diables perdent 14 places et sont 62es au ranking FIFA. Fichu calendrier. Mais promis, les Kazakhs vont nous faire re-grimper. Le Roland heureux. Boussoufa boude un peu dans son coin : " En Belgique on s'acharne sur moi, si les critiques continuent je pars, en plus je suis fâché que Tchité n'ait pas signé chez nous. " Joueur-entraîneur-manager, ça s'est déjà fait ? Juhasz a mal à l'aine, pas au poignet : absent au dernier entraînement d'avant-Zenit, le Hongrois resigne jusqu'en 2014. Ce qui lui ferait dix ans en mauve, presque aussi bien que Deschacht, admis parmi les sexa. Avant son 60e match européen : " Je veux détrôner De Wilde et ses 80 matches. " Filip reste stoïque, il envoie des balles à Davy Roefs (16 ans), le troisième gardien mauve pour l'Europe. Cycle néo-réalisme italien. A Eupen on s'ennuie vite. Surtout depuis l'atterrissage du maestro Capuano. " Pour le spectacle, allez au cinéma, je vise les points. " A l'affiche, le centre culturel local propose trois films : The A-Team, Predators et Toy Story 3. Rien qu'au titre, Eziolino préfère sûrement les deux premiers. En soirée, les Pandas ont zéro occasion à la Calamine (0-0), Jefferson se troue la cheville (trois semaines), les joueurs sont interdits de causer à la presse. Ce petit club a tout d'un grand. Tête au Carré. Audience à 9 h, presque l'aube pour Jona : Legear quitte la retraite mauve et se présente au tribunal pour son flipper automobile d'un petit matin de mai 2009 à la sortie du Carré de Willebroek. " Je voulais montrer au juge que je prenais l'affaire très au sérieux. " Tom tout mou. Tom Demul aime sûrement le Pinot et la choucroute, mais c'est pour ses adducteurs qu'il est à Strasbourg. Le Professeur De Jaeger, praticien de Zidane et Ribéry, est chargé de trancher entre ses confrères liégeois et sévillan : opération ou pas ? Pour Roelandts (Zulte Waregem) et Sergeant (Cercle), ce sera le scalpel : opération à la cheville et deux mois d'arrêt. Grand Bazar. Au GB Anvers, c'est toujours le boxon : le DT Gunther Hofmans se fait inonder de mails injurieux pour avoir évoqué une fusion possible avec l'Antwerp. Le club du Kiel publie un démenti officiel. Et une claque de plus pour le grand Gunther. Côté Bosuil, le secrétaire Paul Bistiaux renforce le comité sportif au titre d'expert juridique. Tant que ce n'est pas pour la comptablilité. Pas OK. Grâce à l' Europa League, regoûtons à nos carences : Bruges et Gand oublient de finir le taf, et gaspillent à l'envi. Face au PAOK Salonique, Kouemaha célèbre son passage-éclair entre deux colles, mais Stijnen alterne le meilleur et le pire : son médiocre jeu aérien offre le nul aux Grecs, ses réflexes évitent le camouflet (1-1). Une fois de plus, les Gazelles n'ont pas su tenir un avantage. A Sofia, La Gantoise fait pire : elle mène deux fois (Azofeifa et Suler) avant de couler dans le yaourt (3-2). Et dire que le Levski était l'opposant le plus prenable... Zenit plein gaz. Les Anderlechtois voulaient jouer la CL, Saint-Pétersbourg effacent leurs regrets : le duo Rnic-Bernardez récupère la passoire abandonnée par Mazuch face au Partizan, Kerzhakov (hat-trick) met les gaz et creuse son pipe line, à la pause les Mauves implorent le pardon orthodoxe. Juhasz sauve les apparences, mais Jacobs conserve en bout de langue un goût acidulé de menthe brute : encore bravo au FC Peppermint (1-3). La maïeutique façon C2. C'est bien connu, les fessées d'Europaligue accélèrent l'accouchement des âmes. Ariel de Diegem applique son aîné Socrate d'Athènes : " J'assume mes erreurs contre le Zenit. " Pendant que Van Holsbeek n'en revient toujours pas, oui Rnic était bien titulaire, Wasilewski rejoint le terrain B pour sa première séance collective. Une luciole dans la nuit noire ? Pommes et ardoises. Le premier des deux matches d'Eupen à Saint-Trond promet l'intimité : au secrétariat du Stayen, on n'a vu passer que... quatre supporters pandas pour des tickets. Et dire qu'il faut financer la location du stade et les frais de sécurité... Capuano s'en fiche : les matches à huis clos, ça libère de l'obligation de faire du spectacle. Ceci dit, Ezio aime toujours le gore : " Je veux que sur le terrain, mes joueurs crachent le sang ! " Le Beerschot est prévenu. Comprend qui peut. Un casier lourd de neuf condamnations depuis 2005 : le comité d'appel n'y voit pas malice et réduit à deux matches la suspension de Mathijssen. Pour Vercauteren, c'est le contraire : un casier blanc puceau, et pourtant l'appel du Bruxellois est rejeté. Sans doute la solidarité pour 2018 : ça ne se fait pas ; Frankie, d'insulter un ref batave. Empaquetage. Les noyaux larges, ça fait bosser le commerce local : fort de ses... 32 joueurs, le Lierse installe des containers comme vestiaires bis. Distributions des chasubles : le noyau A dans le chariot 1, le B dans le 2, etc ? C£ur de Loup. L'homme de Bray revient sur son premier terrain de chasse : Cédric Roussel rejoint Couillet-La Louvière (Prom. A). " La preuve, dit-il, que je ne suis pas un homme d'argent... " Chez les Loups, Roussel sera aussi coach de jeunes. De grâce Ced, forme-nous des buteurs. Couleur muraille. Treize ans que le Standard n'avait plus perdu à Malines : gris de tunique et surtout de jeu, les Rouches brisent leur propre série, malgré l'envoi au front de la nouvelle triplette offensive. Ex-blessé-bidon, Defour tire les manettes mais personne ne suit le rythme, Pandza, le karateka local, en profite pour placer sa tête de mule (1-0). En tribune, Benteke aurait souri sous sa capuche. Caje, le retour ? Terre séculaire d'attaquants affamés, Westerlo cumule surtout les tuiles. Après Ruiz, c'est Liliu qui s'abonne à l'infirmerie : victime d'une fracture de stress au dos, la bomba brésilienne est out pour plusieurs... mois. Caje, trois tours de terrain. Che sera, sera. Le Club Bruges rompt à l'amiable le contrat de Stefan Kucera. Qui ? Le premier transfert de Luc Devroe était arrivé en 2007 du Sparta Prague avec un CV flatteur. Une finale de Supercoupe et une fracture de la pommette plus tard, le Tchèque collectionnait les bourdes : vu les dégâts neurologiques, le garçon jouait sous stress permanent. Ante mortem. Une casserole pour Vermeersch : le tribunal du travail porte à 74.000 euros l'indemnité due à Ante Aracic, encore un gars du Brussels que le despote local avait omis de payer. Et ce n'est pas fini : le Croate évalue son dommage à... un million d'euros. Johan, va falloir faire la plonge. Frank, over. Sans De Bruyne roussi, sans Barda retenu à la synagogue pour Yom Kippour, sans Buffel bouffé du dos, Genk peut toujours compter sur son Vossen. Lokeren déguste, le buteur fou double et affiche un dix de chute : à ce rythme, ça lui fera... 57 pions en fin de saison (3-1). Puni en tribune, Vercauteren a pu changer à l'aise les piles de son talkie-walkie. Le réveil des retardataires. Eupen change de stade mais pas de méthode : les Pandas restent incapables de marquer et dans un silence de cathédrale, Haroun fait le taf pour le GB Anvers (0-1). Diniz, label AC Milan, confond ballon et adversaire, sa ruade ne méritait qu'un retour à l'écurie. L'autre promu-cancre, le Lierse, se blouse pareil et termine à dix à Westerlo (2-0). Devant les micros Radzinski oublie la C1 époque 2000-01 et assassine le bon Aimé dont le faciès se craquèle un peu plus. A Cercle-St-Trond, Iachtchouck célèbre son retour de vauvert par un civet de Canari et trois plumes au passage (4-2). Bon anniversaire à Adeline, l'aînée des Iachtchouk... sauf de la part du ref, qui sort son carton pour le t-shirt maléfique. A quand de la psychologie dans l'arbitrage ? Honni soit l'Aimé. Retournez le classement de D1, vous obtenez l'ordre des limogeages présents et à venir. En toute logique, Aimé Anthuenis découvre donc un C4 roulé dans son croissant du dimanche. Car, dixit le communiqué officiel, " avec tant de talent dans l'équipe le Lierse devrait être classé plus haut. " Ah bon. Eric Van Meir le T2 sort le cric et joue les pneus de secours. En attendant Sollied ? Les bons comptes d'Annemie. La Ministre de l'Intérieur sort ses stats : la sécurité du foot coûte moins cher, malgré les play-offs. Même si chaque année, Turtelboom claque encore cinq millions d'euros. La Cellule foot fait remonter les chiffres : 114 fans mauves sont interdits de stade suite aux heurts contre Bilbao. Cumulées, les peines atteignent 610 mois d'exclusion et 33.100 euros d'amendes. Si du moins les fautifs sont solvables... Degryse, ce Judas. Match du dimanche matin chez les Degryse : le fils de Marc, 8 ans, se prend 8-1 dans les gencives des £uvres... du Club Bruges. Marc, inscrire le ket au Cercle, c'était chercher la difficulté... Par bonheur, Papa reste philosophe : " A cet âge, c'est bien d'apprendre à perdre. " Plus tard pas ? Retrouvailles. La grande fête de l'amitié était programmée à Gand : Zulte Waregem honore son ex-coach historique, et offre à Dury une flopée de buts, des cartons et surtout les trois points (5-3). La Gantoise remonte sur le podium, Francky se lâche un peu : " Si on gomme nos lacunes, on peut jouer champion. " C'est donc cela, le complexe MPH ? Jacky insulté. A Charleroi, le Club Bruges fait ses Fêtes de Wallonie en réservant le boulet, sauce forfait, à son ex-coach (0-5). Mathijssen avait allumé Koster sur ses stats brugeoises, mais sur la pelouse c'est Adrie qui sert l'ardoise. Vargas casse du bois puis du filet, Lestienne joue les félons, Perisic et Vadis complètent le bal. En tribune, Van Meir est reparti après une heure, oui il y a plus nul que le Lierse, et Jacky-le-suspendu a pu jouxter son président en prévision du pugilat d'après-match. Les familles reconstituées, ça ne marche jamais. Pour gagner, il faut marquer. Meurtri par le Zenit, Anderlecht retrouve sa configuration domestique face à Courtrai : Lukaku-Legear-Boussoufa frappent en marchant, Proto ferme derrière (3-0). Pour le proche avenir, De Beule peut prévoir un atelier finition. Le train-train a repris ses droits au Parc. (aussi sur vivacité et www.rtbf.be/sport) par erik libois