LUNDI 6 SEPTEMBRE EZIO POUR LES INTIMES

Clap éclopés. Iode du Parc oblige, tous les boiteux mauve inhalent à pleins poumons : forfaits chez les Diables, Legear et Proto prestent à la maison. Sixième opération derrière lui, Wasilewski frappe au but comme un damné. Mollo Marcin, on ne sait jamais.
...

Clap éclopés. Iode du Parc oblige, tous les boiteux mauve inhalent à pleins poumons : forfaits chez les Diables, Legear et Proto prestent à la maison. Sixième opération derrière lui, Wasilewski frappe au but comme un damné. Mollo Marcin, on ne sait jamais. Une chasuble pour Gillet. Hazard prend une veste, Gillet hérite du costard : au dernier entraînement des Diables Guillaume-le-mauve joue en jaune face aux oranges, il sera donc titulaire. Après l'uppercut allemand, les esprits restent secoués : Vertonghen marque du droit, Van Buyten-le-distrait joue à donner des claques à Mirallas et Kompany redécouvre son anatomie, finalement il a mal au mollet plutôt qu'au genou. Leekens sort son long couteau face aux anti- Big Dan : " J'aurais bien mis Van Himst, mais paraît qu'il ne joue plus ". Collin évite de causer tactique, mais déploie déjà son parapluie : " Même un 0/6 ne serait pas un drame. " Quoiqu'avec le Kazakhstan derrière... Pas vrai, René ? Un mutant au Kehrweg. Un petit excité en short années 70 s'agite sur le terrain d'Eupen, il crie beaucoup en italien, et paraît même qu'il mord. Mensurations Danny DeVito, tête de Bernard Tapie, bras tournants de l'agent 15 et porte-voix intégré en fond de gosier : bienvenue à Eziolino Capuano, le nouveau coach des Pandas. Le garçon a une bonne opinion de lui-même : " J'ai l'approche tactique de van Gaal, et côté caractère je suis comme Mourinho. " Infos à recouper en D3 et D4 italiennes... La séance, très tactique et longue de deux heures, inclut nombre d'arrêts " jeu de position ". Du coup ? l'avant Obradovic se claque, tout refroidi. Imborgia, vite un autre joueur ? Au même moment, Ost vide son casier et repart sous les vivats. Série noire en jaune et bleu. Cette saison, le gazon sacré de Brepoels semble virer maudit : le néo-Trudonnaire Sascha Kotysch, recruté en backup du blessé Buysens, se tord la cheville à son deuxième entraînement, et passe à l'infirmerie pour deux semaines. Wesley, cet humaniste. Rien que pour l'Unicef : le Lierse affronte Willem II (3-0) au profit des sinistrés du Pakistan. Le genre de cause qui réveille le prédateur Sonck : face au portier batave, pas un Paki, Wesley place sa première prune en Pallieter. Merci Wes'. A vue de nez. A Sclessin, Lucien D'Onofrio et Eric Depireux recausent du cas Pierre Womé, mais son prix doit encore baisser. Au Caire, le Sphinx Meteb signe 3,5 ans à Al Ahly et salue le Standard : " Je me suis trompé sur ce club, il n'avait pas le niveau de mes ambitions ". Facile. Foot-formol. A Genève, Verschueren prend un coup de jeune : il jouxte le président Rumenigge, Mister Michel est réélu à l'ECA (Association Européenne des Clubs). Pierre François était candidat, mais ce maudit tapis mauve était encore dans ses pieds. Jean-Luc Dehaene, ci-devant gendarme financier de l'UEFA, menace Chelsea et Manchester City de sévir si les dettes continuent. En fond de salle, Degraen (Genk) prépare l'argumentaire pour Vercauteren : " Les chiffres que j'ai vus sont effrayants, on doit poursuivre l'austérité. " Allez, juste pour consoler Frank, on va parler du futur contrat. A quel tarif ? Pas bien. Comme chaque fois, les grands dossiers de moralité s'effritent passé le hall de la Maison de Verre. Le Parquet veut des amendes pour Geraerts (1.000 euros), pour son coup de poing fantasmé à Johan Verbist, et pour Dalmat (700 euros), pour sa gifle bien réelle aux dreadlocks de Ghomsi. Question suspension, on verra une autre fois. Wilfried n'a rien capté, l'audiophone NL/FR ne marchait pas. A cause du prénom ? Noyade turque. Scifo s'ennuie à Lillois, Mpenza glande à Bakou, Oliveira (41 ans) s'amuse en D6 italienne : les héros de 1997 (1-3) auraient été bien utiles, les Diables avalent le pétrole du Bosphore (3-2). Van Buyten se rappelle que, petit, il jouait devant : Big Dan frappe deux fois, est coté 8 par ses amis journalistes, mais refile sa floche de la lose aux collègues. Vermaelen oublie Altintop, Vertonghen teste le dégagement à vide, Fellaini place son pointu façon own-goal, et Kompany voit rouge, blousé par les génies locaux, type Aladin. A la sortie Leekens a trouvé le vrai coupable : l'arbitre. En tribune notre président garde le sourire : il pense sûrement au futur bilan financier, annoncé plantureux grâce à la visite des Allemands et au dédit payé par ce bon vieux Dick. Séparatisme wallon. La nuit est d'encre sur la planète web que www.danielvanbuyten.com publie celle, acide, de son Big Dan. Van Buyten pointe ceux qui l'ont tué après son dégagement foireux. " Contrairement à certains j'aime mon pays, mais je ne veux pas continuer dans une ambiance pareille, je mérite le respect ". Et si le grand Daniel se mettait quelque temps en mode Pause des Diables, histoire de laisser venir ? Willy pourrait lui filer quelques conseils. Je suis un bon garçon. Anthony Vanden Borre passe à la pesée, puis signe à Genk jusqu'en 2012. Au régime dissocié : il n'est qualifié qu'à partir de janvier, et le salaire sera partagé avec Genoa. " J'ai mûri, je reviens pour Vercauteren, l'homme qui m'a fait progresser ". Pas sûr que Samuel Yeboah partage cet avis : malgré quatre buts l'an dernier et... une minute en championnat cette saison, le Ghanéen va pouvoir se lamenter au pied du Mur, il est prêté au Beitar Jérusalem. Mémé, retour maison. Point-presse à Sclessin : Tchité squatte la chaise encore chaude de Meteb et reprend son maillot floqué 10. Un chiffre fort, y a qu'à voir les Dix Commandements ou les Dix plaies d'Egypte. Traité de Judas par les fans lors de son passage en mauve, Mémé la joue brebis égarée : " Je reviens à la maison, je suis là pour servir le club ". Sauf que juste avant de signer en rouche, son agent l'a reproposé au Parc Astrid. Prévisions à long terme. A Bruges, Degryse avait inventé les transferts d'intégration : on achète en hiver pour que le joueur soit prêt en août. Zulte Waregem invente l'investissement à effet retard : l' Essevee signe le back gauche danois Brian Hamalainen (Lyngby) pour... 2011. Welkom in Vlaanderen. La cellule flamande antidopage déboule en plaine buffalo pour présenter ses fioles aux trois nouveaux venus gantois Baric, Edson et Wallace. Traçabilité ou marquage génétique ? Gagner reste sympa. Les Pandas tondent les Lainiers : Eupen, en 3-5-2 version Capuano, gagne à Verviers (0-2). Tout le monde a pu jouer, reste à voir si chacun a pu palper : les primes de victoire, ça compte aussi pour les amicaux ? Stars and stripes. C'est sûrement du chiqué, mais dans la presse espagnole, Lukaku place le Real en tête de ses préférences. " C'est un club qui me correspond, et Mourinho a eu de belles paroles sur moi et ma famille ". Au Parc, Jacobs anticipe déjà et sélectionne Kabasele (16 ans) pour le minitrip au Stayen. Kljestan est écarté. " Pourquoi ? Parce qu'il est trop bon, bien sûr ". C'était la flèche hebdomadaire de Maître Ariel. Bonus annuel. A Saint-Trond, Guido Brepoels repense ses techniques de motivation : " Cette année on devra se battre jusqu'au bout pour le maintien, vivre une saison tranquille serait pour moi une prouesse plus grande que les play-offs l'an dernier. " L'automne approche, la déprime menace. C'me on Brugge. Junior Diaz, le nouveau flanc gauche du Club Bruges, est très remonté pour son premier entraînement : " On va jouer le titre ". De Lierre, Sonck nuance : " Koster n'est pas un homme correct, il donne des privilèges, le Breydel est un jardin d'enfants. " Car on nous l'a changé ! Wesley pense d'abord au collectif : " Que ferais-je avec 15 buts marqués si le Lierse descend à la fin ?" Dzim boum. Sonnez trompettes, tournez crécelles : Charleroi retrouve son avant Tshibumbu, encore un gars en délicatesse avec son visa. Parlez plus fort pour Baguette : le gardien carolo a des vertiges, il souffre de l'oreille interne, au niveau de... l'endolymphe. Pouvez répéter ? Le sifflet et la plume. Frank De Bleeckere présente sa biographie : " Je veux que mon parcours serve aux plus jeunes. " Sous les flashes, Frankie a amené deux potes à lui, un peu à la dérive : le Premier Yves Leterme et Howard Webb... l'ami des Bataves en finale du Mondial. Le Standard sur son rail. La saison du Standard ne débute qu'après le mercato et le noyau nouveau prend la pose en costume griffé Rizzi, lors d'une soirée de gala... en gare des Guillemins. Mémé Tchité a pu apprécier les courbes du lieu, signées Santiago Calatrava. Une brique dans le bide. L'ex-président Steffens a pris du recul, mais son c£ur aime toujours l'odeur du ballon. L'entrepreneur eupenois double ses équipes d'ouvriers pour l'entame du chantier du Kehrweg : le club a 20 jours ouvrables pour dresser deux tribunes (8.000 places, 5.000 assises) aux dimensions D1. Et d'ici la première contre Saint-Trond, les Pandas iront bouffer des pommes pour deux matches at home... au Stayen. Place au jokari. Roland Duchâtelet doit être content, la Ligue Pro adopte son dossier de terrains synthétiques en D1. Avenant au cursus des coaches : l'entraînement à la balle magique. Une task force pour l'évaluation de la réforme est créée : le débat promet d'être mort-né, vu qu'on n'y retrouve que les grands clubs fondateurs. Tous au Kino. Les fans du GBA aiment le cinéma, mais question bon goût il reste du boulot. Un groupuscule diffuse une affiche photoshoppée du film Der Untergang, qui raconte les dernières heures... d'Hitler. Jos Verhaegen retrouve sa bobine sur l'uniforme du sinistre Adolf, avec comme généraux le trio Kesters-Snelders-Hofmans. De Boeck ne figure pas au casting. A Sclessin, le parking est réservé aux cinéphiles, avec projection le soir de Looking for Eric, avec Cantona tel qu'en lui-même. Et pas un regard pour le match des Mauves au Stayen. Rom de folie. " J'ai un plan anti-Lukaku ", annonçait Odoi. Erreur sur le modus operandi : Romelu met fin à six mois de cale sèche pour enchaîner pivotement à la van Basten et pèche façon Koeman. Deux prunes devant et Proto qui ferme la boutique derrière : n'en déplaise à Sarkozy, ce Rom-là percute grave (0-2). Moins sympa pour l'image des fans locaux : Boussoufa dénonce moult insultes racistes. Comparaison n'est pas raison. Van Buyten est un grand patriote, ou alors il est maso : par la voix de Leekens, Daniel confirme qu'il continue les Diables. Censeurs, surveillez votre stylo ( copyright Philippe Vande Walle). A Lokeren ? Peter Maes ose le rapprochement : " Mon équipe c'est comme les Diables, on joue bien mais on ne prend pas de points. " De quoi réfléchir. Pas de grasse mat' chez les Kouemaha : Dorege doit être à 10 h au stade pour entraîner des jeunes en fragilité émotionnelle, parmi lesquels des autistes. C'est la sanction sociale imaginée par le Club Bruges suite au coup de boule de son Lion. Le genre de truc qui vous ramène les pieds sur terre. Marquer ne s'oublie pas. Les vrais buteurs ne meurent jamais : Tchité et Sonck (deux roses) tirent leurs couleurs vers le haut. Le Standard domine le Cercle (2-0) où Cornelis sort, rougi pour avoir cramponné Defour, à nouveau blessé, un an jour pour jour après la semelle de Persoons. Le Lierse efface sa bulle au classement en effaçant deux fois l'avantage gantois (2-2). Aimé remercie déjà son Wesley préféré, qui n'en pense pas moins : " Je reste le meilleur ". Cote d'exclusion pour les fans locaux : El Ghanassy, arrosé d'insultes et de bière, demande des sanctions. L'arbitre, lui, n'a rien vu, rien dit, rien entendu... On est toujours trahi par les siens : à Courtrai, et même à 11 contre 10 (Kums exclu), Malines essuie les plâtres du premiers revers sur un... auto-but de Pandza (1-0). Déjà vu. On le savait GO, le voici maçon-terrassier : Eziolino Capuano monte un mur devant sa cage à Zulte Waregem, et Eupen double, première clean sheet et premier point de la saison (0-0). Le catenaccio n'est donc pas mort. Les visites au Kiel se ressemblent pour Charleroi : deux Zèbres (Losada et Kagé) et le coach exclus pour une défaite face à l'attaque la plus mouillée de D1 (1-0). Le goal est tombé à la... 96e du pied de Custovic, un pur petit gars de chez nous - exportez vos produits, qu'ils disaient à l'AWEX. L'arbitre Boelens n'ira plus voir le Pays Noir : il est le huitième ref récusé par Mogi Bayat. Va bientôt falloir rappeler John Langenus. Gouvernement des médias. Philippe Collin dirige l'URBSFA via les gazettes : en interview, le patron sportif des Diables annonce que Leekens (trois défaites en quatre matches) continuera jusqu'en 2014. Voilà, le comité exécutif est au courant. Marketing moderne. C'eût pu être une idée de Patrick Orlans, parti depuis pour le Club Bruges : Lokeren va garnir son stade de photos de seins. Il s'agit d'une campagne de sensibilisation au cancer. Mais si ça peut ramener du public, c'est bien aussi. D'ailleurs, chaque femme porteuse du fameux ruban rose ne paiera qu'un euro pour assister au match du 2 octobre face au GB Anvers. Comment résister à pareils arguments ? Gazon béni. De Boeck n'a pas eu ses transferts, mais le GB retouche 150.000 euros comme indemnité de formation sur le passage de Dembélé d'AZ à Fulham. Le mercato est terminé, mais le marché des tondeuses reste attractif. Havré de paix. Le dernier arrêt d'Herpoel est aussi le plus discret : cette fois c'est sûr, Fred découpe ses gants en lamelles, il cumulera comme coach-président à Havré (P2), son club de c£ur. Si Coach Herpoel cherche un bélier, Cédric Roussel reste dispo : son contrat à Larnaca (Chypre) a foiré, pour raisons financières et/ou (?) médicales. Et le grand Ced de durcir le ton : " Si dans un mois je n'ai pas de club, j'arrête ma carrière. " Cet appel est refusé. Premier arrêt-fromage de la saison pour le leader genkois : le Racing arrache le nul à dix au Club Bruges (2-2). De Bruyne invente le carton roux, Vercauteren teste en tribune la qualité du réseau local et Vossen valide la tête plongeante façon trois bandes. Vargas marque du chef, Van der Heyden du gauche, et Töszer souffle sur coup franc les 200 bougies de la carrière brugeoise de Stijnen. Quel match ! En soirée, Lokeren gagne enfin, Westerlo se retrouve gros jean (3-1). Leko (deux buts) inflige à son coach la complainte du joker gagnant, et même le sage Ceulemans disjoncte pour clôturer en tribune le grand week-end du coach en colère.l (aussi sur vivacité et www.rtbf.be/sport) par erik libois