LUNDI 23 AOÛT SERGIO KIFFE DOM

Fusion des corps. Ça grince à Sclessin : coach Dom débriefe la douche trudonnaire, puis le groupe se retire au vestiaire pour laver son linge. D'Onofrio réplique aux fans en colère : " Tapez sur moi, j'ai l'habitude, mais ne touchez pas aux joueurs. " Heureusement T2 Sergio est là : " Celui qui attaque Dominique m'attaque aussi. " T1 et T2, unis pour la vie : mais la vie, parfois, est courte.
...

Fusion des corps. Ça grince à Sclessin : coach Dom débriefe la douche trudonnaire, puis le groupe se retire au vestiaire pour laver son linge. D'Onofrio réplique aux fans en colère : " Tapez sur moi, j'ai l'habitude, mais ne touchez pas aux joueurs. " Heureusement T2 Sergio est là : " Celui qui attaque Dominique m'attaque aussi. " T1 et T2, unis pour la vie : mais la vie, parfois, est courte. C'est lundi. Et donc jour d'éructations anti-refs. Geraerts confirme ses propos anti-Verbist : " Oui, je voulais le frapper, mais je ne l'ai pas fait, donc... " Le Parquet apprécie moins et ouvre un dossier, auquel il joint Dalmat, le roi du soufflet. Devroe, lui, passera juste à la commission éthique. Au domicile des Vande Weghe, Bart l'assistant fautif, est inondé de coups de fil, sms et mails de haine. Et dire que son fils est fan du Club Bruges... Quoique, il s'appelle Josip. Papa serait donc pro-Cercle ? Cyril au balcon. Théréau joue les amants éperdus et largue le Pays Noir : le matin il s'entraîne en Zèbre, puis file à Vérone signer au Chievo. Charleroi palpe 900.000 euros après un premier pactole époque Steaua : appelez-ça du retour répété sur investissement. Sauf qu'ici, faut reverser la moitié à Anderlecht, c'était marqué dans le contrat. Allô Londres, ici Zürich. J-100 avant le couperet de la FIFA pour 2018, Tonton Blatter dérape encore : " Le dossier anglais est parfait, tout est déjà prêt, il n'y a plus qu'à venir. " Au 10 Downing Street, le vice-Premier local accueille la commission d'inspection : " Notre dossier est inattaquable, nous devons gagner. " Fichu Paul-le-poulpe. Hommage au passé. Veille de Belgrade. Jacobs pratique le huitième degré, celui qu'il préfère : " Oui on jouera pour gagner, aucun sportif ne joue pour perdre... sauf quand il y a des paris. " Ariel a aimé saluer ses amis louviérois, mais Steegen a dû en avaler sa farde de presse. De passage en coup de vent, Philippe Collin, blazer mauve cette fois, croit fort en Boussoufa : " Pour moins de dix millions il ne part pas, et personne ne donnera ça. " Si Monsieur Phil le dit. Dites 124. Sonck peut ressortir le boulier-compteur bloqué à 123 boulettes : Wesley signe au Lierse pour deux ans et 750.000 euros annuels, le bas de laine de Maged Samy n'a rien d'un mythe. A 32 ans, l'avant a gardé son poids de forme et sa légendaire modestie : " Je suis le sauveur du Lierse. " Le président remplit la feuille de route : " 15 buts et les play-offs 1. " Faudra que les artères suivent : avec le duo Wesley-Tomasz devant et le bon Aimé sur le banc, ça va cotiser lourd à l'Office des Pensions. Mais méfiez-vous du foot vintage. Plan rouquin. " De Bruyne n'est pas à vendre ! " : à Genk, Dirk Degraen ânonne son refrain du moment. Mais la menace se précise : Twente met cinq millions cash et invite déjà le clan roux à visiter son site. Degraen veut relancer le partenariat avec Liverpool : Genk lorgne les défenseurs Ayala (ESP, 19 ans) et Mavinga (champion d'Europe avec la France -19). Espoir fugace : pour Hodgson le coach des Reds, c'est no way. Films X. Ivan De Witte et son copain bourgmestre multiplient les cabrioles face caméra : dans une vidéo destinée aux fans, les deux sbires gantois appellent à la raison avant le retour contre Feyenoord. Un exemple d'ouverture : les Buffalos accueillent en test le back droit des Bafanas Siboniso Gaxa, titulaire lors de la Coupe du Monde. Virez-moi ce jardinier. Le disque était rayé : celui des onze mètres part en poussière quand Suarez, Biglia et Boussoufa placent leur péno, direction la voie lactée. Pour la quatrième année de suite, Anderlecht prend la porte de la C1... face au Partizan Belgrade (2-2, tab 2-3). Proto se fait félin, Gillet joue les van Basten, Lukaku teste le hors-jeu, mais Mazuch a oublié de marquer le pif à Cleo (deux buts). En mixed zone le psychodrame vire à la tragédie existentielle, avec Biglia (" C'est la fin du monde ") et Deschacht (" On dirait que quelqu'un est mort "). Justement : un fan serbe frappé dans la rue se retrouve aux soins intensifs. Boussoufa entrevoit son vrai niveau : " Je reste à Anderlecht, je veux rendre le respect qu'on me donne ici. " Pour la C2, faudra quand même briefer le jardinier. Deuil national. Tronche de bois au Parc : le jardinier passe deux heures à recoudre les fibres synthétiques sous ce maudit point de péno. Van Holsbeeck rassure son ouvrier : " On gagne ensemble, on perd ensemble. " Ouf, le garçon craignait sans doute une retenue sur salaire de 15 millions d'euros. C'est payable : c'est le prix d'achat du disque, mis en vente sur internet par quelques plaisantins... Veille de Gand-Feyenoord, Francky Dury fait vérifier celui du Stade Otten, ce serait vraiment trop con... Le syndrome porte même jusqu'à Minsk : " Un drame par semaine pour le foot belge ça suffit ", claironne Koster, pourtant Hollandais. Le soir, Pieter Jacobs, le fils de qui vous savez, offre à Diegem le but de la victoire contre Hasselt. Oui, sur penalty. Thérapie au porto. Genk ratisse large au départ vers Porto : Vercauteren emmène Johan Desmadryl, son psy préféré. Le garçon prépare une activité teambuilding top secret, après le délestage en mer du Nord en juin les joueurs craignent une noyade dans le Tage. Desmadryl va aussi sonder l'âme de De Bruyne, menacé de burn-out vu les incessantes sollicitations. Explication de coach Frankie : " Tôt ou tard, Kevin va péter un câble. " En attendant, plus question de parler à la presse. Bertha, nous voilà. Collin n'est pas venu, Leekens peut donc sélectionner qui il veut pour l'Allemagne et la Turquie : Vossen arrive, Simons revient (mais pas Poco...), Fellaini sort de revalidation et, cette fois c'est sûr, Carcela va devoir choisir son camp. Wilmots brise son propre silence : " Je voulais réfléchir vu l'ambiance négative, d'ailleurs je me sens plus d'affinités avec l'Allemagne. " Ouille. L'imminence des Diables reste meurtrière : Bailly se plie le pied à Glad'bach et Legear a re-bobo aux adducteurs. Mais promis, le dossier médical sera envoyé au staff fédéral. Pour vérification. Premier amendement. Pour Pol Jonckheere, la liberté d'expression est sacrée. Le président brugeois soutient son DT : " Sur Koster ou sur Verbist, Devroe n'a fait que dire ce qu'il pense, notre duo technique est optimal et si la commission éthique doit sanctionner tous les propos sincères, elle n'a pas fini. " Dit comme ça. File au guichet FIFA. L'agent de Meteb annonce un accord avec le Standard autour de 500.000 euros. Sclessin ne pipe mot, le dossier est à Zurich. A son tour, Lokeren dépose le dossier Golan à la commission des litiges : son avant, encore sous contrat, s'est fait la malle au Petach Tikva. Pas grave, Peter Maes élargit l'horizon : il teste le Géorgien Irakli Klimiashvili, bonjour chez vous. Sketch, suite : Perbet et Smajic sont out pour trois semaines après s'être croisé les genoux à l'entraînement. Finalement, on s'amuse à Daknam. Pillé-coulé. Même pieds nus dans ses shoes, Dany Ost a le moral dans les chaussettes : Lepiller est déchiré et out pour un mois. Heureusement, l'atelier Imborgia signe le Brésilien Marcus Diniz, un stopper de Livourne propriété de... l'AC Milan. Le vice-président Ralph Lentz démissionne : " Je n'arrive plus à suivre, tout a bien changé depuis mon arrivée il y a 24 ans. " De fait. Olé, olé, olé, Olu. Après un an Olufade reprend l'entraînement collectif, premier commentaire : " Je me sens bien. " Parle pas de malheur, Adekamni. Mathijssen déprime sur le départ de Théréau et rejette l'option Dahmane : " Je ne veux pas de gens négatifs. " Et venant de Jacky... Diallo prolonge l'exode : le back gauche rejoint Ostende. Fifty-fifty. De Boeck aura réussi à piquer un truc au Cercle : Nyoni rejoint le Kiel pour pallier les rhumatismes de Goor. Pour saluer le geste, le GB Anvers indemnise enfin les Brugeois pour le débauchage que vous savez. Tous en C2. L'Europaleague est bien l'affaire des Belges. A Minsk, Hoefkens (trois pénos en deux matches) montre aux Mauves ce que c'est de tirer des onze mètres, Dalmat complète le débat, affaire conclue (2-3). Sauf pour Akpala qui se brise le genou. Deux heures plus tard, La Gantoise scalpe la classe-biberon de Feyenoord, Soumahoro fait le spectacle devant, Jorgacevic ferme derrière (2-0). Conclusion du président De Witte : " Nous ne sommes plus des losers. " A Porto, Vossen (deux buts) et Genk rêvent un peu, mais l'incroyable Hulk (trois prunes) arrache sa chemise et déchire le reste (4-2) . Les regrets seront éternels. " Suis ton c£ur ", avait dit Leekens. La rumeur grandit, Carcela kifferait plus les crocs du Lion de l'Atlas que les cornes du Diable made in Belgium. Après Dirar, Bolat et Turaci, on va encore s'en mordre les pattes. Sigmund Jacobs. Livraison exceptionnelle de divans à l'avenue Verbeeck : la déprime submerge le vestiaire mauve, et singulièrement les dropeurs fous de l'autre mardi. Jacobs résume : " Même fait exprès c'est difficile d'enchaîner une telle poisse, certains vont traîner ces pénos jusqu'à la fin de leurs jours. " Ils en pensent quoi, au Pakistan ? Maïeutique principautaire. 100 km plus à l'est, on pratique aussi l'accouchement des âmes. Benteke prend sur lui : " Si le Standard ne marque pas, le problème est chez moi... " Conceiçao se fait moins doloroso et durcit le ton. Pour les fans rebelles, va falloir trouver autre chose. City-trips pour tous. A la Bourse des last minutes de l'UEFA, la Belgique ne s'en tire pas trop mal. En Europaligue Anderlecht retrouvera le Zenit Peppermint (copyright Jacobs 2008) de Lombaerts (et anciennement Advocaat), l'AEK de Rafik Djebbour (ex-La Louvière) et Hajduk Split, si cher à Tom Ivic. Caps identiques sur la Grèce et la Croatie pour Bruges : les Gazelles croiseront PAOK Salonique et le Dynamo Zagreb, dont les fiches actualisées traînent encore chez Conceiçao et Butina ; ils ajouteront Villarreal du champion du monde Capdevilla, le moins doué mais le plus sympa des gars de la Roja. Enfin, Gand ira pedibus saluer le bon Eden de Lille, hèlera son Bob Peeters pour des tuyaux sur le Sporting Portugal (partenaire du Cercle) et devra faire le plein de sagesse au Levski Sofia. A l'infirmerie, les lendemains de qualif sont moins joviaux : Myrie (ménisque) en a pour un mois, Akpala (ligament latéral) deux ! Aux pelles, citoyens. Même le samedi, ça travaille dans le bâtiment. Car l'enjeu est majeur : Eupen lance la démolition de sa grande tribune, son stade rénové doit être prêt pour le 15 octobre. Record à battre : Tubize 2009. Sans la descente à la fin. A Bruges, les truelles sont de nouveau à l'arrêt : la commission ad hoc de la Région flamande rend un avis négatif, le futur stade de La Chartreuse (45.000 places) est jugé nuisible pour la mobilité dans cette zone verte. Assist pour... personne. 15 buts en 51 matches : pas mal comme stats, mais pas assez pour Zulte-Waregem, Chris Makiese quitte le Gaverbeek pour Laval (L2). Psycho V. La thérapie brève fait long feu : Anderlecht accule Zulte Waregem mais piétine aux tirs aux pipes, le béton flandrien est trop sec et la poisse trop gluante. Après le disque de péno, Suarez expérimente le piquet et malgré un final dantesque, les Mauves restent stériles (0-0). Vivement la semaine prochaine. Face à Eupen, Charleroi gagne grâce à ses réservistes : Kaya brosse façon Del Piero puis transperce pour servir le petit Serwy, les nains aussi ont commencé petit (2-0). Comme d'hab, les Pandas ont oublié de marquer, l'apprentissage prend des allures de torture. Avec Saint-Trond, Malines découvre le frein (0-0), Cercle et Lokeren s'expliquent sur coup franc et les coups de patte du duo Leko-Reynaldo (1-1). Ave Standard... Sclessin est vraiment une cathédrale : durant 25 minutes contre Courtrai la colère des fans n'a d'égale que leur silence, le réveil du peuple inspire Pieroni qui retrouve la voie du cadre depuis.... on ne sait plus (1-0). L'après-match frise la vendetta : tirés par leur capitaine Defour en instance de fuite outre- Manche, les Rouches filent au vestiaire, et leurs fans de venir secouer l'entrée principale. Depuis son alcôve T1 Dominique implore le respect mutuel : " Où étaient ces supporters il y a dix ans quand le club était en faillite virtuelle ?" Allez, plus que trois jours de mercato. Les BV, un fameux plus. Depuis son retour d'Angleterre, Madame Hoefkens s'ennuie un peu, alors elle tourne l'actualité politique à la sauce Diables Rouges. Alors qu'Elio tente de se faire décharger par le Roi, Vanesse-la-bomba siliconée trouve que les Diables seraient plus efficaces... séparés. L'£il à tout et la bave aux lèvres, le Vlaams Belang en fait illico une proposition de loi. A force de taper des pénos dans la lucarne, Carl avait un peu délaissé Madame. Va falloir d'urgence reprendre les choses en mains... Ordem e progresso, qu'il disaient. Un but en quatre sorties, c'est pas très gras. Après Custovic, De Boeck pare son attaque d' auriverde : Negrao, originaire de Corinthians, signe pour un an. Info pour le correspondant qualifié, le nom complet est Pinto Junior Gleidionor Figueiredo. Negrao, finalement c'est aussi bien. Y a le feu au lac. A chaque jour son transfert : Eupen signe l'Uruguayen Pablo Caballero (27 ans), un flanc droit passé par le Nacional Montevideo et abouti à Locarno. C'est en Suisse, évidemment. De l'île noire à l'île de l'amour. Tout près de signer à Kilmarnock (Ecosse), Cédric Roussel trouve refuge à Larnaca (Chypre). A 32 ans l'homme de Bray rejoint son... onzième club et étend son bagage géostratégique. Cédric, ne surtout pas confondre Grecs et Turcs. L'Europe comme tremplin. En visite chez les ex-pensionnaires Ceulemans, Chavez, Van Heerden et Van Audenaerde désormais logés à l'auberge de Westerlo, le Club Bruges conforte sa semaine de relance : Perisic joue les ouvre-boîtes pour Vargas qui doublonne, et les Gazelles re-détalent (1-2). Pour Odjidja, l'explication est limpide : " Cette fois, on nous a mis un ref honnête ". Un petit tour devant le Parquet, Vadis ? En soirée face au GB Anvers, La Gantoise place un nouveau succès chirurgical acquis dans les arrêts via Ljubijankic, le réalisme entre vite à Gentbrugge (1-0). Genk dézingue le Lierse, Vercauteren son ex-boss Anthuenis, et Vossen (deux buts) crashe tout ce qu'il touche pour filer à sept prunes (4-1). Mention à Cavens pour sa rose inutile, et donc d'autant plus belle. (aussi sur vivacité et www.rtbf.be/sport) par érik libois