LUNDI 8 MARS ARNAQUE AU ROMELU

Décodages mauves. Délire collectif à l'entraînement d'Anderlecht : Van Damme s'est rasé le crâne pour faire peur au comité des faux cartons. Deschacht brosse une frappe lointaine du droit dans la lucarne, et même Rnic tape deux caisses : Ariel, reprends vite les choses en main. Inspiré par les top-managers, Van Holsbeeck trouve les mots justes : " Si on élimine Hambourg, les joueurs auront un petit bonus... " On comprend mieux le leitmotiv de Captain Oli : " Notre objectif c'est le titre, la C2 c'est du bonus. " Effet immédiat chez Juhasz qui envisage de resigner au Parc : " On est en train de construire quelque chose de beau. " Sympa pour avant... Par contre ça manque de thunes pour le maillot de Romelu : le type qui a surenchéri à... 15.110 euros pour SOS Village Enfants était un joyeux plaisantin. Plus dure est le chute : la deuxième enchère est à 4.511 euros. S'il existe, le payeur est prié de se faire connaître.
...

Décodages mauves. Délire collectif à l'entraînement d'Anderlecht : Van Damme s'est rasé le crâne pour faire peur au comité des faux cartons. Deschacht brosse une frappe lointaine du droit dans la lucarne, et même Rnic tape deux caisses : Ariel, reprends vite les choses en main. Inspiré par les top-managers, Van Holsbeeck trouve les mots justes : " Si on élimine Hambourg, les joueurs auront un petit bonus... " On comprend mieux le leitmotiv de Captain Oli : " Notre objectif c'est le titre, la C2 c'est du bonus. " Effet immédiat chez Juhasz qui envisage de resigner au Parc : " On est en train de construire quelque chose de beau. " Sympa pour avant... Par contre ça manque de thunes pour le maillot de Romelu : le type qui a surenchéri à... 15.110 euros pour SOS Village Enfants était un joyeux plaisantin. Plus dure est le chute : la deuxième enchère est à 4.511 euros. S'il existe, le payeur est prié de se faire connaître. Un peu d'Eupen. Pendant qu'Eupen lutte pour sa montée en D1, son ex-pensionnaire Rachid Farssi engrange : le gaucher de Westerlo rempile pour quatre ans au pays du fromage et du Caje. Dany Ost, à ton tour maintenant. Méfiez-vous de la famille. Rassemblez les arrière-petits-enfants : Papy Antwerp, par qui le foot a commencé chez nous, est au plus mal et vit ses dernières heures. Le Great Old est en instance de faillite, les joueurs ne sont plus payés et menacent de faire grève. Avant, comme d'habitude, de renoncer : Opa est vraiment trop craquant. Pendant ce temps, le président Eddy Wauters reste introuvable : minitrip chez les Luxos pour l'ancien boss de la KB ? Un étage plus bas, Bleid a aussi des relents suicidaires : il reproche au cousin virtonnais et à la vieille tante à la mairie de comploter dans son dos. Cette saison, chacun aura droit à son Mouscron. Timing parfait. Tel un obstétricien, Pierre François a compté pile les jours avant l'accouchement : il attend ce mardi pour faire appel des deux matches d'Igor de Camargo pour sa caresse à la joue rossinienne. Faites le compte : l'appel sera traité le 22 mars, et vu qu'il est suspensif, le milieu pourra jouer à Zulte et sans doute à Gand. CQFD. Secret défense. Le fameux shadow-game cher à Trond Sollied fait recette au Parc Astrid : Ariel Jacobs n'a que 12 joueurs de champ à l'entraînement, car Boussoufa, Biglia, De Sutter et Lukaku ont bobo partout. A deux jours d'Hambourg, l'inquiétude rôde : mais qu'a donc Romelu ? " No comment, la concurrence lit aussi les journaux ", (ne) commente (pas) le responsable (pas) com' du Sporting. Calimero n'est plus (que) liégeois. Buffle en promo. Cela marche toujours : Thomas Buffel rempile pour un an à Genk, le Racing lève l'option unilatérale. Le club achète du terrain pour faire courir son bufflon : il engage l'ex-directeur commercial de MVV Maastricht pour développer ses réseaux dans le Limbourg néerlandais. Et financer le contrat de Thom ? Bon, faudrait savoir. Au Brésil, à chaque Etat son patois portuguès. Jusque dans le vestiaire du Standard : Victor Ramos trouve que la C2 est plus importante que les playoffs, sur la banquette voisine de Camargo dit juste l'inverse. Mettez-vous d'accord. Ou alors play it like Jova : pas de déclaration à la presse. Coup de massue pour les supporters : la grève nationale en Grèce bloque l'aéroport, et le charter des fans est annulé. Après Valence et Bruges, Athènes et le Standard : encore un vieux complot hellénique. Un peu de baume dans cet océan de malheurs : le soir, les U21 rouches vont battre Anderlecht sur ses terres (1-4). Les Mauves alignaient Sare, Martinez et Marecek, mais ce sont les fils Daerden, Ngombo et D'Onofrio qui ont gagné. Et sans blessé, ni carton rouge. L'éthique ad hoc. Le Parquet requiert : Stijnen doit payer 500 euros pour son jaune-bidon, ça lui apprendra à dire la vérité à la télé. A Bruges, Devroe fulmine : " C'est quoi cette fédé qui parle éthique, et viole ses propres règlements ?" Luc, l'éthique est un concept, pas un texte. Jelle d'Anderlecht peut aussi trembler, avant d'accompagner le Standard à Athènes Jean-Marie Philips a laissé ses instructions : " Punissez-moi aussi ce grand tennisman ! " Son entraînement terminé, Stijnen offre ses gants à un gamin en fauteuil roulant. Devant zéro caméra. Les fans brugeois apprécient : ils veulent se cotiser pour payer l'ardoise de leur Stijn. Drame de l'avant. Après trois semaines de mutisme, Jovanovic reparle enfin : " J'ai retrouvé la forme, le Standard va en profiter. " Preuve que Bisou est très en forme, il veut causer au Premier Leterme... de la situation des réfugiés albanais. Journée humilité (suite), Mbokani explique que les critiques, c'est dur : " Croyez-vous que Benzema est content de sa saison au Real Madrid ?" Vu comme ça... Visite au Stade Olympique d'Athènes : " Cela me dit quelque chose, ce truc ", murmure le maïeur liégeois Willy Demeyer, à la vue de la grande arche. De fait, c'est le même architecte que pour la nouvelle Gare des Guillemins, Santiago Calatrava. Pourvu que les Rouches soient à l'heure. OTAN, suspends ton vol. Dans une autre vie, Ariel Jacobs était traducteur à l'OTAN. En salle de presse d'Hambourg, il s'essaie à l'allemand et donne même son score idéal : " null-fünf, meine Herren " (0-5). Sans doute un souvenir de Bavière, mars 2008. Zèbres champions ? Charleroi peut retrouver son sommeil profond : le Sporting gagne son match de l'année contre Lokeren (4-1) en compilant caractère, collectif, efficacité et chance. Bref, ce qu'on n'a pas vu pendant sept mois. Les Waeslandiens défendent à l'envers, et Théréau fait son Lukaku : premier triplé depuis son passage au Steaua, et deuxième place des buteurs derrière qui vous savez. Pas à dire : un passé mauve, ça marque et ça fait marquer. En sortie de match, les Zèbres se voient déjà champion... des playoffs 2 : le Président a toujours dit qu'il serait champion de quelque chose. Bonus de Waes. Gueule de bois à Daknam : le duo Ferrera-Van Puyvelde fait défiler les joueurs un à un sur le thème Croyez-vous encore au maintien ? Le président Lambrecht sort son refrain préféré : " J'en ai marre, je vais arrêter ! " Vu que ça ne porte pas, le roi du pneu en revient aux fondamentaux : " Je prévois une super-prime de maintien ! " Léger frémissement dans les vestiaires. Ouille, ça fait mal. Sherjil McDonald (GB Anvers) répète ses erreurs de jeunesse, il est blessé aux adducteurs et doit stopper trois semaines : " J'ai joué blessé et j'ai forcé, je retiendrai la leçon. " Oui, Sherjill le vrai foot, c'est pas comme la PES : on s'y blesse. Couple passionnel. Entre Mouscron et Péruwelz, c'est Je t'aime moi non plus. Malgré son dernier coup d'un soir à l'US Centre, l'Excel rentre à la maison et astique la bague. La cérémonie de mariage : juste un mauvais moment à passer ? Sporting haché menu. Il faut que jeunesse se passe : dans le creuset du hamburger, Anderlecht ose et domine, mais paye pour ses fautes. Sur coup franc, Legear nous rejoue Mister Europe et produit son post hebdomadaire pour You Tube, avant d'écraser l'herbe et louper le plus simple à la fin. Hambourg s'en fout : il tape des buts qui ne ressemblent à rien, mais vachement utiles (3-1). Même aux trois quarts batave, le foot allemand cultive ses vieux clichés : Réalisme, jawohl !Permis de gagner. Le matin, le tribunal de Verviers condamne Lucien D'Onofrio à 1.100 euros d'amende pour avoir roulé sans permis et refusé un alcotest en 2006. Le soir, le grand frère venge le petit : Dominique D'Onofrio pilote façon GPS dans l'enfer athénien, le Standard sort son match-référence et dénude le roi Panathinaikos (1-3). Mbokani & Jova sont retombés dans la marmite Europe, et le reste suit : collectif, réalisme, envie, tout y est. Du monstre Djibril Cissé on n'a vu que la crête verte et vaguement les tatoos, les bijoux et le tuner sont restés dans le 4x4. Seule fausse note, la nouvelle blessure de Defour : vous avez dit saison pourrax ? Excel out, Beerschot in. Mouscron paumé, on redistribue les rôles au Palais de Justice : les avocats de la fédé et du GB Anvers plaident, les Rats exigent qu'on les prenne pour des Zèbres et que le match perdu à Malines soit rejoué. Verdict le mercredi 17 mars. Question : Maître Misson est-il en ordre de licence à l'Union belge ? Petit match entre amis. Coolitude très relative avant Anderlecht-Genk. Même sorti des playoffs 1, Vercauteren a décrété le huis clos complet au Racing. Juste le temps de passer la tête pour comparer Ariel Jacobs à... sa belle-fille : " Si l'amour n'est pas réciproque, vous ne pouvez rien faire. " Comme belle-doche, Frankie assure tranquille. Au Parc, le programme du match titre sur les retrouvailles T1-T2 : Que la guerre commence ! Manière bizarre d'apaiser les esprits. Et quand on lui dit que Frankie ne veut pas le côtoyer au point presse, Ariel redevient pragmatique : " Au moins on sera plus vite à la maison. " Dick kiffe le yaourt. Advocaat a son match pour le 19 mai : ce sera la Bulgarie de Berbatov, digne héritier du dingue Stoichkov et du poilu Ivanov. Dickie veut jouer à Genk, mais le stade porte le nom d'une bière rivale, et ça, mille fois non, le brasseur-maison ne veut rien savoir. Peu importe le stade, pour autant qu'on ait des joueurs. Et un coach : lors du point presse du vendredi à Alkmaar, Advocaat répète qu'AZ et lui, ce sera fini en juin, et cap sur les Diables. Bonne nouvelle : Dick ne change plus de discours selon la rive de la Moerdijk. Sus aux allocs. Après la Journée de la Femme, place aux nouveaux papas : Olivier Renard accueille sa deuxième princesse Noa, et David Janczyk baptise sa première Victoria. Un prénom inspiré par le truc que le GB Anvers ne fait plus depuis trois mois. Désert de Waes. 22 km de Deurne à Beveren, mais une réalité identique : comme à l'Antwerp, les joueurs waeslandiens font grève pour leurs salaires. Le maïeur de Saint-Nicolas repropose un club à trois avec Lokeren, histoire d'assurer un avenir radieux au foot régional. A Daknam, Gros Roger est un peu timide. Steven reste... Confirmation du scanner à l'hôpital de Liège : Defour a la cuisse déchirée, six semaines de pit-stop et saison terminée. " Cela pourrait conditionner mon avenir immédiat ", confie l'énigmatique Steven. Traduction : sans ce nouveau coup d'arrêt, Defour quittait Sclessin en fin de saison ? Roland et Jona sont sur un bateau. Grandes man£uvres à Saint-Guidon. Anderlecht prépare pour Juhasz le deuxième contrat du club, avec salaire annuel supérieur au million. Et propose à Legear 2014 comme nouvel horizon : ça tombe bien, Mister Europe ne cracherait pas sur un treizième mois. Dury amer. Interrogé sur la présence dans le top 6 des trois nains Zulte, Courtrai et Saint-Trond, Francky Dury se crispe : " Un argument pour que nos soi-disant grands annulent leur stupide réforme, car on a plus besoin d'infrastructures et de formation que de playoffs. " L'ex-flic reste un fameux profiler. Chabadabada. Le long calvaire de Sébastien Chabaud se termine mal. Le Carolo va devoir se faire ouvrir la hanche, le foot c'est fini pour lui : " Je souffre d'arthrose, même la nuit je ne dors plus. " So long, Seb. Glen au scrutin secret. On sait enfin pourquoi le Cercle gagne tout depuis l'An Neuf : le psy du club, qui avait déguisé tout le monde en crèche de Noël, a distribué des petits papiers aux joueurs pour qu'ils crachent leur venin, avec promesse de tout brûler ensuite. Dont acte... et 21 points sur 24 les matches suivants ! La Ligue pro aurait passé commande groupée de post-it pour ses clubs. La zen attitude du psy gagne même De Boeck : le Cercle reste solidaire des textes signés, et renonce à réclamer en justice les points acquis contre feu Mouscron. Roger au pigeonnier. Anderlecht prépare le chantier de son stade rénové : le Sporting discute avec l'entrepreneur belge qui a entassé 330.000 mètres cubes de béton et 31.400 tonnes d'acier en plein désert de Dubaï pour y taper la plus haute tour du monde (828 m). En vacances sur place à Nouvel An, Biglia et Frutos ont déjà assuré les repérages. Méfiance : la réglementation régionale bruxelloise ne permet pas de grimper si haut. Même pour un stade. PO : le Standard n'exulte pas. Courtrai et Saint-Trond font le job contre Lokeren (3-1) et le GB Anvers (2-0). Ibou éclaire la nuit courtraisienne et punit les Ferrera Boys déjà profilés D2, Sidibe force 12 inonde le Stayen de multi-fruits spéciale fraîcheur ! La chaise musicale se réduit à Zulte et le Standard (1-1). Après 62 secondes, Bolat savonne et offre à Chevalier sa douzième ruade, Berrier se blesse... tout seul, mais la poudre rouche est trempée dans la Meuse. Jovanovic et Traoré canardent l'arc-en-ciel, Ref Jérôme avale son sifflet sur deux penos, avant que Golden Witsel rappelle qu'il est devenu décisif. L'espoir liégeois tient à un poteau nommé Teddy, et à la bienveillance prochaine de... deux ex-portiers, devenus coaches : MPH pour Standard-Gantoise et Peter Maes à Malines-Zulte. Miles away. Revoici notre grand voyageur : Dusan Djokic quitte le Club Bruges pour la Chine et Chongqing Lifan, entraîné jusqu'il y a peu par Arie Haan. Après des trips à Chypre et en Roumanie, le Serbe de Bruges élargit ses horizons : il a un carnet de miles à remplir et depuis que Cédric Roussel a pris racine au Tondreau, Dusan a pris un peu d'avance. Rom pas seul... 50 mètres, trois passes, caisse : Lukaku (et de 14 !) et De Sutter exécutent Genk, Ariel montre à son pote Frankie qu'il a retenu les préceptes du foot vertical (2-0). Le Club Bruges joue les syndics contre Roulers, Kouemaha est passé par là (1-0). Blondel aussi : semelle folle et carton rouge, apparemment Jo n'a pas allumé sa télé de la saison. Lymphatique, Roulers expérimente même le foot à neuf grâce à Van Loo et Vidarsson : on y croit encore, les gars ? La Gantoise peut encore gagner : normal, en face c'est Charleroi qui sortait... d'un bon match (2-1). Ouf ! Le maintien zébré est mathématique...l par érik libois