LUNDI 1er MARS ROCK STAR ROMELU

Pierre jette la pierre. Le Standard veut la démission du président Deketelaere, du comité sportif. " Après ses déclarations sur le Parquet, ce monsieur ne peut plus mener des débats sereins ", dit Pierre François. Qui en a aussi marre de se taper l'avenue Houba, chaque semaine. Le DG rouche est d'ailleurs à Manchester pour causer foot européen : il plaide pour que les clubs formateurs continuent à toucher sur des transferts futurs. Aboule les pépettes, Marouane.
...

Pierre jette la pierre. Le Standard veut la démission du président Deketelaere, du comité sportif. " Après ses déclarations sur le Parquet, ce monsieur ne peut plus mener des débats sereins ", dit Pierre François. Qui en a aussi marre de se taper l'avenue Houba, chaque semaine. Le DG rouche est d'ailleurs à Manchester pour causer foot européen : il plaide pour que les clubs formateurs continuent à toucher sur des transferts futurs. Aboule les pépettes, Marouane. Rom' en un jour. Le petit Romelu doit se dépêcher : l'école à peine terminée, il a entraînement avec les Diables Rouges. Il fait beau au terrain d'Auderghem, les enfants sont nombreux, et tout le monde a la banane. Restons prudents face à l'agresseur : Witsel protège Lukaku, la fièvre médiatique il connaît. Carcela fait pareil, d'ailleurs quand Mehdi hèle Romelu il dit - Mon petit. Pour vérifier, Jean-François Gillet a amené sa toise : " A 16 ans, je faisais le... tiers de Romelu ". Et aujourd'hui, Jef ? Kompany râle un peu, personne ne demande son autographe ; Defour (blessé) repart à Liège dans l'anonymat total. Le soir, The Man in Black se fait bizuter en reprenant Seyfu. La voix reste à faire, mais le texte est maîtrisé : " C'est pas parce que t'es un keuf que t'es roi, c'est pas parce qu'on parle comme ça qu'on est sauvages, c'est pas parce qu'on est cool qu'on ne flingue pas. " Plus sobrement, Steve Colpaert a préparé un sketch. Personne ne rit. La vanne était pourrie. Hotel California. Match amical ou pas, Dick fait tout en grand : chaque Diable a sa chambre individuelle au ***** le plus cher de Bruxelles. Colpaert aurait dormi dans le même lit que Bono, et Blondel jouxté la suite de Clinton. Facture totale pour deux nuitées : 15.000 euros sans le p'tit déj, ça reste un prix d'ami. A payer ? Pas sûr : l'hôtel précédent, à Grimbergen, attend toujours son dû. Et l'hôtel du Centre de Tubize ? " L'hiver a fait du dégât, il faudra réinvestir ", soupire DG Philips. Khomeiny et Cie. De passage à la télé, l'ayatollah Abbas est en grande forme : il confond Stef et Salmane et lance sa fatwa contre le " clown " (?) mouscronnois, il excommunie les non-diplômés et fait l'éloge du monarchisme absolu et forcément éclairé. " Je signe les chèques, alors je dis ce que je veux ." Nanananère. Et ceux qui ne sont pas d'accord seront pendus sur la place publique. Dracula, le retour ? Dans son château des Carpates, le comte Bölöni doit maudire notre Gaule. Son cocher lui passe une missive cachetée Vlaamse Gemeenschap : le Transylvanien a compromis un contrôle dopage, fin novembre à Gand. " C'est un malentendu, je croyais qu'un intrus voulait entrer au vestiaire ." Bölöni risque jusqu'à... cinq ans de prison ! Demande pardon Laszlo, ou ton compte est bon. Pas sauveur, mais quand même prophète. " Ma main à couper si on ne va pas au Mondial 2014 " : Kompany pratique toujours le jeu à (très gros) risques, et c'est pour ça qu'on l'aime. Pour son premier point presse Lukaku est serré de près, les médias s'entassent dans une salle trop petite : " C'est fait exprès pour vous faire transpirer ", dixit ce filou d'Advocaat. En 20 minutes et sept secondes de déclarations pré-écrites, Romelu rassure : " Je veux finir l'école, je ne quitterai pas la Belgique avant d'avoir 20 ans. " Herman V. d'Anderlecht demande une copie de l'enregistrement. Pas José M. de Milan : l'Inter a envoyé un scout pour rien. Dossier suivant svp. Aujourd'hui, comité sportif au pas de charge. Dossier Charleroi : Franquart s'en sort avec deux dimanches et T2 Balog est acquitté pour les incidents du Cercle. Dossier Rossini-de Camargo : les deux roucouleurs repartent avec deux matches, tout ça pour une caresse et des mots doux... Dossier Aloys Nong : pas de verdict, le Camerounais est venu pour rien, les comitards se sont perdus dans la nature. Le duo Philips-De Keersmaeker, très à cheval sur les trucs et tics éthiques, exige une sanction pour Stijnen et sa fausse jaunisse. Pas sympa pour De Vlieger, qui espérait encore jouer une fois avant la quille. Walter et Luigi, forza tutti. C'est le retour des bambini : Luigi Pieroni claque deux buts pour La Gantoise... mais en Réserve. Pour Walter Baseggio c'est pour la saison prochaine : " J'ai plein de propositions, mais je veux prendre le temps d'être au top question santé. " Pas con. Effet Advocaat. Dick a le sens des affaires, c'est bien connu. Il a donc la cote chez les sponsors. Notre coach fédéral s'engage à mener prochainement un séminaire de motivation auprès des responsables de vente d'InBev, l'un des sponsors de la fédé. Agressifs, les gars ! Concurrence déloyale. Tif et Tondu back in Sclessin : Mbokani a rentré un certif pour brosser son match au Congo, et Bolat est revenu de Turquie le doigt retourné, il s'entraîne comme joueur de champ. Surtout sur les corners ? Vlatko Markovic passe dire bonjour, le président de la fédé croate avait tenu six mois comme T1 en 73 après René Hauss, et c'est lui qui a lancé Gerets ! Marko est venu voir l'amical Standard-Visé, mais la joute est annulée... puis jouée à huis clos pour ne pas concurrencer les Diables ! Maîtres de l'orge. Pas deux fois Charleroi : le comité exécutif de l'Union belge rejette la demande du GB Anvers de rejouer Malines AVEC Janczyk et François, pourtant non-qualifiés pour ce match. Suite en justice : Maître Misson prépare le festin. Et la note. Les conseils wallons ont la cote : Roulers se joint à la cause de Lokeren (points retirés contre Mouscron), Laurent Stas de Richelle fera équipe avec Laurent Denis. Léon est carolo. Le conseil communal de Charleroi vote le soutien unanime à la candidature 2018 : soit avaler cul sec tous les contrats léoniens estampillés FIFA. Euphorie totale : voici les photos du futur stade de Marcinelle, 45.000 places assises et un design calqué sur un terril, on ne se refait pas. Toujours plus fort, la Ville annonce le début imminent du chantier à l'école des jeunes du Sporting : dix vestiaires, une salle de muscu et une cuisine. Ne pas oublier la chaudière pour les douches. Romelu, avec distinction. Malgré Dickie, les Diables perdent encore parfois (0-1). Hazard touche l'équerre croate, Bailly manie la tape à mouches et le langage de signes sur la prune du plagiste Kranjcar. Comme en classe, Lukaku rentre un bulletin très potable : 71 % de duels gagnés, 85 % de passes réussies, mais bulle question buts marqués. Toujours langue de p..., Sonck est le seul à dire que Romelu n'a pas joué sur ses vraies qualités et conseille : " Tu ne dois pas toujours suivre les instructions du coach... " Sacré Wes'. Pauwels non, Al Gore oui. Abbas n'aime pas les clowns, il n'empêche : le terrain de Charleroi est recouvert d'une immense bâche. Non, ce n'est pas le Cirque Pauwels on Tour : le Sporting teste un tapis chauffant importé d'Angleterre, moins cher que le chauffage au sol, installable en deux heures, et plus écolo. Derby des plats pays. Rien de tel qu'une semaine calme pour passer à table : ses internationaux disséminés, Adrie Koster amène son manager dans sa gondole, et c'est parti pour le négoce. L'option levée, Bruges veut maintenant le faire signer pour trois ans. Aboule ton pèze. Didier Reynders aime aussi le foot, et il le rappelle aux Régions : il prévoit des incitants fiscaux pour les investisseurs privés des stades pour 2018. Le ministre est même prêt à supporter directement un tiers du coût des sept stades belges présélectionnés. Droit de réponse au PS et au cdH. Excel, pas bis. Avec le mois de mars nous revient la Commission des licences : tous les dossiers de D1 sont rentrés, Roland Tis est de très bonne humeur. " Nous ne seront pas plus stricts à cause de l'épisode Mouscron. " Ouille. Au même moment, l'Excel négocie avec l'US Centre, on ne parle plus de Péruwelz. Re-ouille. Régime bio. Effervescence à Batibouw : toute l'équipe du Cercle Bruges est de passage au stand du sponsor, un installateur de chaudières. Tant qu'on y est, le staff prend quelques brochures pour un futur stade. A Wilrijk, c'est le noyau du GB Anvers qui passe au fast-food partenaire pour une séance d'autographes. Et interdit de toucher aux milk-shakes. Piège de Cristal. Vercauteren prend racine à Genk : les négociations débouchent sur un nouveau bail d'un an. Explication du DG local : " Frankie a des résultats, mais surtout une méthode et une vision à long terme ". Traduction : un contrat de douze... mois. Vercauteren n'aurait pas reçu les garanties souhaitées. Notamment la purge au sein du staff technique ? Les risques de l'ébullition. Confronté au soufflé malinois, le comité sportif prend peur : il convoque une séance spéciale pour le duo Nong-Mununga, exclu contre Courtrai. Tarif habituel : la réquisition du Parquet est réduite d'un match, Aloys s'en sort avec un dimanche et Joachim s'en repart blanc comme un ange. Antwerp et contre tout. Journée pas chouette au Bosuil : le dossier de licence ressemble à une boîte creuse, les médias se pressent au Great Old où la rumeur enfle, la faillite du Matricule 1 est annoncée. Les huissiers passent saisir la recette du match, à la télé régionale le président Wauters appelle aux deniers des fans. Cette fois, ça sent le pâté d'Anvers. Et un scénario mouscronnois plane sur la D2. Si ce n'est ton frère... C'est l'invasion : après Romelu, c'est Jordan Lukaku qui taille des croupières partout où il passe. Flanc gauche, le petiot marque avec les Diablotins U16, mais son but est inutile face à l'Ukraine (1-2). Pendant ce temps, le maillot de Rom monte à 4.050 euros (71 enchères) sur eBay au profit de SOS Village Enfants : c'est 18 fois toute l'équipe de Courtrai et... 79 fois le maillot de Colpaert autre néo-Diable. Une seule enchère à 50 euros pour le maillot de l'ex-Carolo Guédioura : ce serait un certain Stef de Limassol ? Zorro sans cape. Cyriac peut déjà préparer son été : l'Ivoirien de Sclessin est opéré d'une pubalgie et sa saison est terminée. Celle du Docteur Daniel pas encore : Felipe souffre du même mal, et le billard menace aussi. Vent contraire : le Standard laisse filer l'un de ses grands talents, Marnick Vermijl (18 ans) signe à... Manchester United. " J'ai rarement vu une telle promesse au back ", s'enthousiasme Sir Alex Ferguson. Qui s'était bien gardé d'évoquer le sujet dans sa lettre à Steven. C'était mieux avant. Solidarité des ex : Theo Custers raconte qu'avec Stijnen entre les perches et non Bailly, le ballon de Kranjcar n'aurait pas flotté. Du passé, le temps qui coule ne conserve que les bons souvenirs. Et brouille les mauvais. Sporting force 12. Malgré la Marche des clowns montée par les fans locaux, peu de sport dans le duel des deux Sporting : à Charleroi, Anderlecht ne joue qu'une mi-temps et traduit en douze points la distance Bruxelles-Bruges. Malgré l'absence de Stoica et la compassion d'Herman pour Mogi, De Sutter marque plus facilement qu'à l'entraînement - et sur assist de Rnic, c'est dire. Et Théréau, muet depuis trois mois, cadre... deux ans trop tard, car c'était sur une frappe de Suarez - et donc pour le camp mauve. Comme d'hab, les Zèbres hennissent que dalle et défendent comme des brelles ; par chance, Baguette a mangé son pain blanc et limite le four local. Van Damme rend hommage à Stijnen : une bon bristol-bidon sur la fin, question d'être vierge et pur pour les ébats des playoffs. L'autre Bruges. Au ranking du deuxième tour, c'est le Cercle qui fait la nique aux Mauves : la bande à De Boeck passe la gondole au Ferrera de Lokeren (4-0), Bruges peut encore avoir deux clubs en playoffs 1. Le président waeslandien reprend une ration de pilules avant le choc de Charleroi : " Une finale de Cup ", résume Craig en connaisseur. Pas des pommes. A Saint-Trond, on est sympa, mais pas naïf : récemment prolongé, Brepoels fait passer les joueurs un à un dans son cellier pour évoquer l'avenir. En toute objectivité : " Même ceux qui ne veulent pas continuer avec moi auront leur chance dans les playoffs. " Cool quand même, ce Guido. Il n'empêche : Simon Mignolet est serré de près par l'Udinese et filtre discrètement les appels à préfixe 00.39.432. Diables bis. Georges Leekens va devoir trouver un nouveau revanchard pour Courtrai : Sven Kums signe trois ans à Roda où il retrouvera... dix autres Belges. ça y est : à onze, on peut faire un match. Les paris sont ouverts. Tout arrive : même la justice s'impatiente dans l'affaire Zheyun Ye. Le juge d'instruction est cité à comparaître pour justifier de ses retards. Faites vos jeux. Et surtout à Bruges. Le Club gagne au tribunal de commerce : malgré la loi belge interdisant la pub pour paris en ligne, les Gazelles peuvent continuer à vanter Unibet sur leur portail web. Restons Courtois. Pour avoir un stade, le FC Liège a tout essayé : la manif populaire, les alcôves politiques, et même le port de stèle devant l'Hôtel de Ville de Liège. Reste la solution Courtois : la lanterne rouge de D2 se porte candidate comme stade d'entraînement pour 2018. Prochain pas : le match d'ouverture ? Zulte n'exulte point. Pour le Standard, mieux vaut ne plus jouer : pour la deuxième semaine de suite, les Rouches tirent les marrons du feu ouvert, pieds bien calés au chaud à l'Académie. C'est d'abord Zulte Waregem qui confond au Kiel maîtrise et traîtrise : trop facile au ballon, la bande à Dury s'endort toute seule et relance in extremis un Beerschot inconsistant. Buteurs du soir après une longue diète, Chevalier et Haroun sont les seuls à sourire (1-1). En soirée, Batibouw se referme et Genk ouvre ses murs à tous vents : le duo Matoukou-Köteles rivalise pour le trophée du but grotesque, le Malines de Gorius et Biset n'a qu'à se servir. Yeboah marque enfin son premier but... mais personne ne lui a dit que c'est trop tard (2-1). En dix jours et trois matches, le Racing a dilapidé huit points et son retour vers les playoffs : en langage vercauterenien, cela s'appelle l'" anti-rendement ".l par erik libois