LUNDI 22 FÉVRIER SHOOTING SPORTING

Pas des saucisses. Dick Advocaat a bien fait de venir à Francfort, les Diables ne sont pas mangés tout crus. Le Fédéral obtient le calendrier dont il rêvait pour les éliminatoires, pardon les qualifications de l'Euro. On commencera et on finira le banquet par du sanglier allemand, avec un petit kebab turc in situ au deuxième match. Reste plus qu'à espérer que Löw se fasse virer juste après le Mondial et qu'Hiddink se trompe de plantes magiques. Dickie estime avoir bien négocié : " Je pourrais même postuler comme Premier ministre. " ça y est, ça le reprend.
...

Pas des saucisses. Dick Advocaat a bien fait de venir à Francfort, les Diables ne sont pas mangés tout crus. Le Fédéral obtient le calendrier dont il rêvait pour les éliminatoires, pardon les qualifications de l'Euro. On commencera et on finira le banquet par du sanglier allemand, avec un petit kebab turc in situ au deuxième match. Reste plus qu'à espérer que Löw se fasse virer juste après le Mondial et qu'Hiddink se trompe de plantes magiques. Dickie estime avoir bien négocié : " Je pourrais même postuler comme Premier ministre. " ça y est, ça le reprend. Balle-magique. Lendemain de biture au Breydel, le Standard soigne sa gueule de bois. Dominique D'Onofrio ratisse large : " On a trop attendu avec Bölöni, et Jova va louper sa Coupe du Monde s'il continue comme ça. " Breda avoue, Vadis méritait du rouge pour avoir taillé du rouche. Pas de quoi consoler Pierre François : " Rater les playoffs 1 nous coûterait quatre millions, plus le déficit d'image. " Réaction immédiate du service commercial qui ouvre Sclessin aux fans à raison de 3,5 euros par tête de pipe. Au chapitre C'est déjà les vacances, Mbokani suggère au club de le libérer le temps de sa suspension pour aller voir ses cops au Congo et l'équipe s'entraîne sur le terrain jokari de Salzbourg. Plan com. A Anderlecht, on ne badine pas avec l'image. L'attaché de presse refuse que De Sutter reçoive le Swakiri de la VRT (le Malchanceux de la semaine). Mais le soir, Legear et Gillet martèlent le catwalk sapés comme des princes, et l'£il oblique direction Cilou Annys alias Miss Belgique 2010. Lieu des ébats : une grange de Manage qui, le 11 août 1672, vit s'affronter l'armée de Louis XIV et les troupes espagnoles. Au Parc, Wasilewski a repris la course. Lukas Marecek honore son début mauve : recruté en janvier, le Pirlo tchèque (dixit lui-même...) marque après deux minutes en Réserve à Malines. Fan-coaching. La Gantoise rencontre sa fédération de supporters : MPH en a marre des sifflets, ça lui donne la migraine. A Anderlecht, on anticipe le retour contre Bilbao : Van Holsbeeck implore les fans de rester sages, il en va du standing du club, de sa trésorerie et de son futur européen. Deschacht rassure son manager : " Notre équipe s'approche de celle de Koller-Radzinski en 2000 ". Merci Oli, tu auras un nouveau contrat en juin. Kouyaté n'est pas à l'entraînement, il passe son permis pratique : sur le terrain pas besoin, son GPS est intégré. Kost per kost. Confettis et cotillons au comité directeur du Club Bruges : Adrie Koster est prolongé d'un an, et plus si affinités. " On s'est inspiré du Standard avec un premier contrat d'une seule année, mais maintenant on veut du long terme ", explique le président Jonckheere. Wesley Sonck n'a pas été consulté. On se voit aux greffes. Plaintes belges en magasin... Jonathan Walasiak menace ses ex-amis hongrois d'aller voir de près la justice FIFA : il réclame son dû car il n'est pas blessé du tout et faites passer le message aux clubs acquéreurs. Charleroi traîne Michel De Wolf en diffamation devant le juge (pour son interview dans Sport/Foot Magazine) : Mich n'est pas venu... il enterre un de ses joueurs - et c'est la stricte vérité. Enfin, Lokeren passe aux actes devant le tribunal arbitral belge en quête de ses six points conquis face à Mouscron : son avocat Laurent Denis lui garantit à 80 % de gagner. Et aux paris, Maître Denis gagne toujours. Enfin, souvent. Convaincant : trois autres clubs de D1 se joignent à la cause waeslandienne, dixit Roger Lambrecht. Taille large. Georges Leekens et Guido Brepoels lâchent enfin leur secret. Pour Long Couteau, c'est sa vieille veste rouge époque Diables Rouges, qu'il a ressorti fin décembre vu la froidure. Et depuis, Courtrai a tout gagné. Sinon, aucune nouvelle de l'écharpe jaune. Pour Papa Guido, c'est le jeûne Canari : chaque année le T1 trudonnaire suit une diète de 40 jours, ça le rend zen et pas question de picorer fût-ce quelques graines. Et Cantaluppi de terminer en vitesse son reste de fondue. Petit poucet Dick. Advocaat brouille les pistes avant la Croatie : fini les essais... mais Blondel revient après six ans, Sonck quitte son banc de bois clair, et Colpaert est récompensé pour son succès comme back à Zulte. Dickie appelle enfin Lukaku, mais Rom' est prié de la jouer modeste : " Tu n'es pas encore Di Stefano... " Proto, Legear et Gillet râlent, mais pas Ariel : ils passeront la semaine au Parc. Tchité fait savoir d'Espagne qu'il rêve toujours en noir-jaune-rouge. Chiens andalous. A Valence, le personnel de l'aéroport bloque les bagages des Brugeois, à l'hôtel les chambres ne sont pas prêtes, et il manque des repas pour cinq joueurs. La presse locale traite Hoefkens de " boucher " et le club ne répond pas... sauf quand le Club saisit l'UEFA. Tout est prêt pour la corrida. Laszlo est partout. Tarmac de Salzbourg : Jova veut parler à la presse, mais sa direction lui dit de la boucler. Bruits bizarres en fond de car : les intestins de Carcela. Le chauffeur est invité à rouler mollo : il ressemble étrangement à... Bölöni. De Bucarest, un fax crépite à Sclessin : Mircea Rednic postule comme coach. De Porto, un autre signale des perquisitions de la justice liégeoise pour des transferts de Lucien D'Onofrio. Sept ans que ça dure. Fioles folles. Natif du bled, Jacobs a tuyauté un hôtel à Diegem pour la retraite des Mauves avant Bilbao. Problème : sur le coup de 21 h, les contrôleurs antidopage flamands débarquent avec leurs pissomètres. " C'est la dixième fois cette saison, on nous cherche ! ", tempête Jacobs. Prochaine fois Ariel, prends une fermette en Wallonie : là, aucun risque... Mise au point. Après les incidents de l'aller et les petits négoces Fédé/Bayat, le Cercle reçoit Charleroi dans un local non-chauffé, le café est jaune et les sandwiches rassis. Sur le terrain, les Zèbres ne produisent rien et le but d'Iachtchouk fait passer le compteur à 0/18 (1-0). Christ et Franquart magnifient l'art carolo du carton rouge, total en cours : 12. Et même Craig perd son flegme présumé. Tommy sous pression ? " Mais non, ceux qui le sont ce sont les Haïtiens. " De l'humour écossais. Buteur tardif à Roulers, Barda limite la casse zébrée mais pas celle de Genk : Carlos loupe le quatrième des sept penos limbourgeois cette saison et Vercauteren peut flouter son objectif de top 6 (1-1). Foot d'en bas. Péruwelz peut enfin situer Veldwezelt sur la carte : le club picard perd 24 points, car il y avait bien deux ânes nommés Martin - et merci encore au cercle limbourgeois d'avoir porté plainte. Suite des débats en appel ; selon le verdict, la fusion avec Mouscron sera ou ne sera pas. Oléééééé ! Retour triomphal face à Bilbao : Anderlecht étouffe le boa basque (4-0) et peut préparer le régime hamburger. Derrière, les stylistes Juhasz-Mazuch ferment tout. Au milieu, le duo Kouyaté-Biglia réduit l'adversaire en bisque. Devant, le roi Boussoufa pédale doux et le tandem Lukaku-Legear soigne ses stats. Romelu ponctue une séquence de huit (!) passes et sert même les auto-buts, Jona dédicace à Dick de Laeken une frappe Bundesliga et s'isole à cinq roses et quatre assists en C2, meilleur total européen, C1 comprise ! L'Athletic ne l'était pas vraiment et peut retourner à sa pelote. Van Holsbeeck : " Même pour 25 millions, Lukaku ne part pas ! " Côté fans, la consigne de calme n'a pas porté, la police attrape une centaine d'excités. Par bonheur Manneken-Pis n'a pas pris froid : les fans de Bilbao avaient passé un 835e costume au ket ! Tripes en vrac. A Salzbourg le Standard confirme sa transhumance slim-fast : organisation, tripes et collectif sont de retour, la défense défend, les rebonds locaux se perdent dans le lac, mieux : Mbokani fait tanguer le cadre (0-0). Sur les terres du bon Wolfgang, les Liégeois ont imposé la partition et dicté la cadence. A suivre : atelier sirtaki ; le Panathinaikos est prévenu. A Valence, Stijnen sort le tout grand jeu et les cornes du Diable qu'il n'est plus. Mata coupe la queue après vingt secondes, mais Bruges ne cède ses oreilles qu'en prolongations (3-0). Dans le tourbillon de Mestalla, Koster termine avec cinq attaquants : le taureau flandrien est mort dans l'arène, mais son combat fut somptueux. Aux vestiaires les complexes, le foot belge peut regarder devant. Coaches en stock. Le roi de la motivation par gris-gris rempile. A Saint-Trond, on a aimé les coups de la motte de terre, du magnum de mousseux, du Swakiri caché sous le banc et des sticks USB pour les joueurs. Conséquence, Guido Brepoels prolonge pour trois ans : " Et je signe des deux mains. " Cela fait six ans alors ? Au Kiel, tendance idoine : même si le top 6 est peu probable, Jos Daerden sera re-conduit. Qui perd gagne. Toute la Belgique du foot est en extase... sauf Steven Van Beethoven. Le symphoniste de la commission calendrier reporte de quatre jours le début des playoffs, prévu désormais le 28 mars. Et si le Standard et Anderlecht vont en finale de la C2 ? Parlez pas de malheur : c'était quand même plus simple du temps où on était nuls... L'UEFA a refait ses calculs : si Anderlecht et le Standard battent deux fois Hambourg et le Pana, la Belgique aura même un qualifié direct en C1 en 2011 ! Mais au siège de la Ligue pro, ça discute... sièges. L'UEFA imposera dès l'an prochain des dossiers de 30 cm en tribune. Sinon nos clubs devront s'expatrier. Zèbres maudits. Où Charleroi passe, l'herbe (fédérale) ne repousse plus. Mais pour une fois, le Sporting n'y est pour rien. Sur le cas Franquart (trois matches de suspension requis), le comité sportif et le procureur s'étripent et la séance avorte, faute de quorum. La délégation carolo se tire en douce, voilà déjà un peu de temps de gagné. Aimé ne l'est plus. Ne vous fiez plus à sa bonne tête : intronisé au Lierse, Anthuenis fait le ménage et envoie six joueurs dans le noyau B... dont Deflandre. Aimé, c'était quand même mieux chez les Diables, hein Eric ? Rois des nuls. GB Anvers et La Gantoise n'ont toujours pas gagné en 2010, en toute logique leur duel ne change rien (1-1). C'est la soirée du déjà vu : Janczyk et Coulibaly chargent leur musette et Preud'homme descend l'arbitre pour un penalty évident mais ignoré, de quoi même énerver le placide Jos Daerden. Au tarif playoffs, ça fera 0,5 point chacun. Pas très gras. Stijn règle ses comptes. L'ennemi de Stijnen porte un nom : Advocaat. " Tant que ce monsieur coachera les Diables, ce sera sans moi : il peut venir à pied jusque chez moi, je ne lui ouvrirai pas. " Avec René c'était quand même plus simple : une bouffe à la maison avec Papa Jempi, et tout roulait. Defour renonce à la Croatie, mais n'y voyez pas malice : son pied opéré souffre de surcharge. Quadrature du Kiel. Le comité exécutif marche sur des £ufs : le GB Anvers le somme de rejouer le match (évidemment perdu...) à Malines, car contrairement à Charleroi avec Ederson au Cercle, les Rats n'ont pu aligner leurs recrues Janczyk et François. Les comitards sont bien ennuyés : il y a le risque du précédent, mais en face il y a aussi l'avocat Misson, un vieil ami de la Maison de Verre. Encore merci à Swâ. Chauffe Herman... mais pas trop. Le foot-champagne c'est sympa, mais sur un billard c'est plus simple : la pelouse d'Anderlecht est toute cabossée, car le chauffage assèche le sol et le sable désamorce les brins synthétiques. L'été prochain, place (encore) à une nouvelle pelouse. Quel magicien, cet Emilio. Comme à chaque fin de saison, Westerlo somnole et Lokeren s'impose (1-0). Sokota marque et exhibe ses biscottes, Ferrera écrit un nouveau miracle : la Lambrecht Company n'est plus lanterne rouge. Genk peut préparer les playoffs 2 : battu au Cercle de son fils De Boeck, Vercauteren s'arrache les tifs à l'idée de pondre pour ses joueurs le Manuel du but simple à marquer les yeux fermés. Exemple à prendre en face sur Foley ressuscité : le Cercle a gagné six de ses sept derniers matches, mais échouera de peu. Top 6, ça gaspille : Courtrai ne ramène qu'un point de Malines (1-1), malgré un arbitre tatillon qui foudroie Nong et Mununga de rouge léger. Ciman s'est pris pour Legear, mais avant cela Soetaers s'est réveillé fugacement avant sa probable sieste du printemps. Tout reste ouvert ! Kiki au comptoir. Maintenant que le fanshop est aux bons soins de la descendance, Madame RVDS hérite d'une nouvelle marotte. Anderlecht crée une fondation au profit des enfants en difficultés médicale, scolaire, financière, familiale ou sociale. Jadis, la famille mauve avait été frappée par un drame de la méningite. Stijn ne paie pas de mine. Stijn Minne est papa d'une petite princesse nommée... Lilly Rose. Comme dans la famille Depp-Paradis. Tutti frutti. Cinq ans que Fieu Goethals joue à la belote à l' Extra-time, mais le Stayen réduit toujours les grands en macédoine. Après Anderlecht, le Standard et Gand, c'est Bruges qui se prend les orteils dans les cageots de pommes (1-1). Sans Kouemaha suspendu, Sidibe et l'éternel Sonck placent les prunes, et Stijnen prend exprès la biscotte jaune : son panier sera tout neuf pour les playoffs. Ce Stijn, toujours le geste juste. La chance du champion ? Après un sommet européen, le conseil de quartier est toujours cruel pour l'ego. Bilbao digéré, Anderlecht se perd dans le marais de Roulers avant d'émerger sur deux breloques de raccroc (1-2). Le meilleur Mauve portait le maillot local avec Dequévy écrit dans le dos, mais l'art de cadrer ses occases fait de vous un roi ou un mécréant voué à la D2. Mazuch squatte toutes les stats (but et exclusion) et le Sporting file neuf points devant Bruges : il est le seul vainqueur du top 11 (!) et, sans jouer, c'est le Standard qui rigole. Au Pays Noir, l'homonyme zébré ahane, puis respire : Charleroi rentre une double bulle face à Zulte et prend son point de bonus (0-0). Après six baffes de suite, c'est Byzance-sur-Sambre. Isn't it, Tommy ?lpar erik libois (aussi sur Vivacité et www.rtbf.be/sport)