LUNDI 8 FÉVRIER BASEGGIO TUE SON CRABE

Walt, tout sauf un crabe. Baseggio fond en larmes, il a gagné son combat pour la vie : ses examens médicaux sont formels, son traitement d'iode radioactif a vaincu ce sale crabe qui avait bouffé sa thyroïde. " Je vais sourire encore plus qu'avant... ". Cela promet. Avis aux amateurs : Walt is back dans les bacs.
...

Walt, tout sauf un crabe. Baseggio fond en larmes, il a gagné son combat pour la vie : ses examens médicaux sont formels, son traitement d'iode radioactif a vaincu ce sale crabe qui avait bouffé sa thyroïde. " Je vais sourire encore plus qu'avant... ". Cela promet. Avis aux amateurs : Walt is back dans les bacs. Vas- y Frankie, c'est bon. Un 9/9, et on ne se tient plus au Racing qui veut prolonger Vercauteren. " Les joueurs respirent le bonheur retrouvé, notre public aussi ", explique le DG Degraen. Même Vercauteren est ému : " Le Limbourgeois est bien plus chaleureux que le Bruxellois. " Parole d'expert. D'ailleurs : " Je veux bien discuter, mais il me faut des garanties. " Tel qu'en lui-même, c'est confirmé. Signé Nietzsche. Olivier Dacourt déchire son contrat. " De commun accord ", comme on dit dans ces cas-là. Sauf que Pierre François a dû paumer la clause de discrétion. L'encre à peine sèche, le philosophe hexagonal flingue son ex-coach au vitriol : " Bölöni est un petit monsieur, il m'a humilié, il a ses têtes, son adjoint est nul, en un an il a bousillé le travail de cinq ans ", et ainsi de suite. En quatre mois, Dacourt n'a joué que 328 minutes (tarif unitaire : 106 euros), mais son dernier raid restera le meilleur. Pour Nietzsche, Dieu et mort. Pour son disciple Oli, c'est Laszlo. Douzième homme. Genk reçoit l' Echarpe d'Or des meilleurs fans de Belgique. C'est vrai qu'ils ont du mérite. Quoique : lors de Genk-Standard, un membre du noyau dur a balancé une mini-bombe et fait huit blessés. L'idiot est arrêté à Tongres et emprisonné. Côté brugeois, la Blue Army se fait acerbe. Suite aux exclusions répétées (Van Gijseghem, Vargas, Geraerts), elle publie une lettre ouverte à l'Union belge quant à une présupposée chasse à la Gazelle : " Donnez tout de suite le titre à Anderlecht, mais ne gâchez pas notre plaisir de spectateur ! " Faut voir. Let it be. Fin du faux suspense : Jovanovic signe par fax, pour trois ans et 3 millions nets annuels à Liverpool, il aura le temps de comparer Kop et T4. Au verrou du Calcio, au dribble de la Liga, Jova a préféré les espaces et la percussion de la Premier League. Benitez va devoir se faire aux bisous dans le cou, Kuijt partager ses pénos, et Gerrard adapter son parler local au yaourt de Milan. Lequel se sent libéré : " Je peux à nouveau me concentrer sur le terrain. " On avait cru comprendre. Mbokani tire un peu la tête : il échoue derrière Ilunga (West Ham) au Ndembo Award, pour le meilleur Congolais évoluant à l'étranger. Y a des saisons comme ça. Tulipes et papyrus. Courtois hisse ses VRP très VIP. Ruud Gullit, sans emploi, devient le porte-parole général et envoie déjà la purée : " La Hollande a de grands joueurs et la Belgique de grands dirigeants, on peut gagner. " Si la Tulipe Noire le dit. Ahmed Hassan reçoit au Caire la visite de Philippe Collin, il devra convaincre le monde arabe qu'un Mondial belgo-batave, c'est vraiment pas dégueu. Allez comprendre. Plus rien ne choque le comité sportif : Karel Geraerts, exclu à Zulte, échappe à la suspension. La main à la poche est définitivement un geste ludique. Voire folklorique. Expulsé à Courtrai, le Carolo Chakouri passe de trois à deux dimanches. Mais sur ce coup-là, les comitards se réveillent : le conseil carolo aurait utilisé une photo truquée pour abuser le jury. Union belge-Charleroi, jamais simple. Au finale, Mehdi Bayat plaide la méprise et ça passe. Circuit infernal. Soirée karting au Standard, question de dégazer l'ambiance. Le duo Bölöni-Preto arrive de son côté, Coach Laszlo sort d'une interview : " En 18 ans de coaching, je n'ai jamais connu une telle malchance. " Vous avez dit testament ? Panzer Division. Demi aller de Coupe : sans Nong perdu quelque part au Cameroun, Malines revient, puis vendange à 11 contre 10 face à Gand (2-2). Leye prend deux bêtes jaunes, mais ses collègues font le job : Ljubijankic clôture superbement sa période de dèche et Coulibaly démontre qu'il n'est pas qu'un tank. Pour le puriste Biset, ça reste à prouver. Tombe la neige. A Anderlecht l'entraînement prend deux heures de retard, à Malines et Saint-Trond il est annulé. Quelques flocons, et la Belgique fait son chaos : 948 km de bouchons, dont quelques-uns dans le tableau Excel de la commission calendrier : Charleroi-Lokeren (championnat) et Cercle-Roulers (Coupe) sont reportés. Pour une fois que le Cercle avait programmé une retraite en Zélande... Rien n'est perdu, sortez les transats : Cadzand est l'endroit le plus ensoleillé des Pays-Bas. De Boeck en profite pour confirmer qu'il rempile jusqu'en 2014 : bond à la hausse du cours de l'huître. Ciao Laszlo. La conférence de presse prévue pour Jovanovic est annulée, l'entraînement passe à huis-clos : il doit se passer un truc à Sclessin. Le truc, c'est le terminus pour Bölöni et son toutou Preto ; Dacourt avait donc bien parlé pour d'autres. Coup de fil à l'étage du haut de l'Académie, par chance quelqu'un répond : quatre ans après, Dominique D'Onofrio repasse son vieux training -le sens de la famille, c'est inné. Comme T2 (et futur T1 ?...) le dossier de Sart remonte en haut de pile, Jef est chaud bouillotte, reste à convaincre l'Union belge : par chance, on y est très ouvert aux cumuls. Rayon moyen terme, Sollied fait savoir qu'il est toujours dispo, mais Lucien D'Onofrio serait surtout chaud pour... Vercauteren. Et si ça peut mettre un peu de friture côté Limbourg, c'est toujours ça de pris. Une bonne nouvelle dans ce boxon : le coup de tête de Carcela à Fabregas n'était pas si méchant, l'UEFA réduit la punition à deux matches, Mehdi pourra jouer la deuxième manche à Salzbourg. Dickie Tours. Incroyable : Dick Advocaat ira bien à Francfort le 22 février pour nous concocter un bon calendrier vers l'Euro. Dans l'accord initial, notre président avait opté pour une présence de Dickie au seul tirage de Varsovie, Swâa obtenu un rawêtte pour Francfort. En échange de quoi ? On le saura sûrement bientôt. Au hasard : un aller-simple pour la Russie ? Mauves anonymes. Big bang au Parc, le Sporting entre avec fracas dans l'ère du lucre enfin déclaré : la vieille asbl RSCA cède la moquette à la SA Anderlecht. L'injection de capital financera l'élargissement du stade, mais sur le fond pas de panique : la famille VDS reste aux commandes - courageuse mais pas téméraire. Il y a là Roger, sa fille Julie, le cousin Philippe, les Verschueren père et fils, et les Davignon. On aurait bien aimé les petits-enfants, mais ils sont toujours mineurs. Van Holsbeek reçoit un avancement : de simple salarié, il passe administrateur délégué, de quoi assurer aux VDS une minorité de blocage... De l'organigramme on a biffé Louis Kinnen : le chirurgien attitré de Kim Clijsters s'est tiré, les joueurs lui préfèrent le gourou Mendoza. Frutos a le bras plus long que Kim ! Sclessin, après le déluge. Bölöni réserve ses premiers commentaires à la presse française : " Vous ne pouvez pas imaginer les difficultés auxquelles je me suis heurté... " Un exemple, Laszlo ? Première séance en salle pour son successeur : " Il faut retrouver le plaisir de jouer ", explique T1 DDO. " Le dialogue, le respect et la ponctualité sont des valeurs qui doivent nous y mener. " Prends ça, Laszlo - et tant qu'à faire Momo Sarr, en retard dès la première séance. Vieux meubles toujours : le Standard ouvre son grenier au bénéfice des victimes de la rue Léopold, elles peuvent se servir dans le mobilier habituellement destiné aux joueurs. Et vu le départ de Dacourt, une bibliothèque complète et un petit banc sont de stock. Pas comme Dickie. Après une semaine d'absence, Aloys Nong atterrit à Zaventem : le temps de rallumer son portable, un message lui apprend le décès de sa mère, qui avait attendu sa visite pour partir en paix. Dans sa grande bonté, Malines décide de ne pas sanctionner son buteur. Un mois, max. Ce garçon a vraiment la bougeotte : Hans Galjé a signé le 11 janvier à Courtrai comme chef-scout, mais " le terrain lui manque déjà ". Au revoir et merci. Karim Belhocine a plus le sens de la durée : le capitaine local rempile pour deux saisons. Droit devant. Ça résonne un peu moins que la veille sur les hauteurs de Bois-Saint-Jean : " J'ai déjà perdu ma voix, je n'ai plus l'habitude de crier ", souffle Dominique D'Onofrio. Sur le terrain c'est le retour du foot vertical : " Pourquoi faire en 25 passes ce qu'on peut faire en trois ?", interroge le nouveau T1. Reprends ça, Laszlo. Mutombo remonte dans le noyau A, Cyriac s'efface : pubalgie et saison terminée. Arena-ke, fieu. Fin de semaine de folie dans la commune mauve : la Ville et le Sporting se passent la bague au doigt pour un troisième anneau et porter le stade à 30.000 places en 2013, dont coût : 40 millions. " Ce sera un mini Allianz-Arena ", annonce Roger VDS façon Karl-Heinz Rummenigge. On ignorait que Roger avait un tel déboulé. Les nostalgiques du basket bruxellois se retournent dans leur tombe : la salle Simonet, théâtre des exploits du Fresh Air, sera démolie. Union belge, olé olé... Impayable fédé : vu la cascade de remises, nos huiles décident de faire jouer la demi-finale de Coupe Cercle-Roulers en 48 heures, aller le vendredi 19 mars, retour le dimanche 21. C'est contraire au règlement des 69 heures de repos entre deux joutes, mais c'est comme ça : les télés ont décidé, et tant pis pour les clubs, même pas consultés. Au Cercle, il reste le dossier juridique du tour précédent face à Zulte, mais sagement on renonce à saisir le juge. Action, réaction. Réunion de la task-force sur la réforme de la Ligue pro, les premières conclusions sont attendues début mars. Comme en écho, l'Union belge décide de réformer son fonctionnement en créant... un groupe de travail. Chouette, une commission. Guidon est bien un Saint. Les icônes et les pains de sucre sont de sortie au Parc : Van Holsbeek lève l'option sur Mazuch, prépare un énième contrat pour Deschacht et propose un plan retraite mauve à Zitka, Iachtchouk et Baseggio. Idée-cadeau pour Carnaval : un logiciel de gestion du planning. La palme du dernier de classe va à Bouba Saré : l'Ivoirien est écarté pour raisons disciplinaires, il aurait brossé un rendez-vous médical. Réaction logique : " Je veux partir en fin de saison ". Une lézarde dans le bel édifice ? Le cumul pour tous. Le comité exécutif consacre le cumul comme recette moderne du succès : Jules de Sart est libéré pour Sclessin où il dirige son premier training dès l'après-midi. Stage accéléré pour futur T1 ? " Tout est possible ", sourit l'attaché de presse rouche, énigmatique. Le Standard lance sa propre ligne d'équipement : un premier pas avant les droits télé ? Caje presque comme Bob. Ceulemans a bien réfléchi : il rempile pour deux ans comme coach de Westerlo, mais avec des garanties de renforts pour l'an prochain. Avec neuf saisons et 296 matches à la tête des fromagers campinois, Jan n'est plus qu'à trois piges de Robert Waseige version FC Liège 83-92 (299 matches). Record de l'ère moderne. Bobos et bisbilles. Ronald Vargas est le premier qualifié pour les playoffs : victime d'une rechute à l'aine, il est mis au repos par le médecin du Club Bruges jusqu'aux grandes échéances. Papy Doll a d'autres soucis : il se claque à la cuisse à l'entraînement. Emilio, on t'a dit qu'Oli avait un programme adapté pour son âge ? Retour en enfance pour Pieter-Jan Monteyne : le flanc gauche du Germinal est opéré d'urgence de l'appendicite, trois semaines d'arrêt-pipi. Jelle ou Kakha ? C'est l'habitude en période blanche : Rubin Kazan revient aux nouvelles pour Jelle Van Damme. Il y a un an, Monsieur Clijsters avait décliné vu la grossesse de Madame. Aujourd'hui, Leo Cruz a quatre mois et frétille à l'idée de faire des boulettes en pétro-roubles. Et cette fois, le Standard n'y est pour rien. A suivre. Menu light. Soirée saumâtre pour les rois du foot, seul Roulers-Courtrai a lieu. La bande à Leekens se venge de la Coupe (0-2), dignes émules de leur maître Ciman et Vanden Broeck ajustent de la tête avant la pause. Roulers replonge après une brève embellie, sans jouer Charleroi et Lokeren respirent. On a retrouvé Ben Laden. Herman en pince pour Ossama : pas le barbu star d'Interpol, mais un dénommé Hawsawipar, défenseur central d'Al Hilal sous la férule d'un autre barbu, originaire de Rekem chez nous. Bref, Anderlecht convoiterait l'international saoudien (48 sélections), mais ses grands potes d'Ajax sont aussi sur le coup. T'inquiètes mon frère, Van Holsbeek a d'autres touches : il kiffe à mort Abdelaziz Tawfik, un milieu gauche égyptien de 23 ans couronné à la CAN avec notre Ahmed national. On se réjouit déjà pour les feuilles de match. La CCA vous assure. Nos arbitres ont un nouveau sponsor : pas un fabricant de gilet pare-balles ou un artisan orfèvre en casque à pointe, mais un banque-assureur. Pas moins pratique : le groupe a en portefeuille plein de produits couvrant l'habitation, l'incendie, la famille et même le décès... Bien nécessaire : dans une enquête les refs reconnaissent siffler sous pression et dégainer du rouge par peur de la relégation en D2. Dans son coin, Karel Geraerts ricane en douce. Wali, t'es plus tout seul. Jean-Baptiste Paternotte, ex-capitaine de Tubize, signe au FC Haladas Szombathelyi (Hongrie) -respirez profondément puis expirez avec fluidité. Jonathan Walasiak (Etö Gyor) va pouvoir appliquer son assimil de conversation. Car malgré des contacts, ces félons d'El Araichi et Sapina l'ont laissé dans le jus. Un poco d'allegria. Terminé les passe-droits : pour sa première contre Westerlo, le néo-duo technique rouche envoie les divas Jova/Mbokani sur la banquette chauffée. Sur la pelouse, le c£ur supplante la méthode : du foot-entonnoir, de l'embrouillamini, tout est confusion. Rougi d'entrée, Van Kerkhoven s'efface, Pocognoli passe à la fin pour placer sa sacoche dans le casier campinois et faire sourire de Sart... d'espoir (1-0). Fini le show à Sclessin, seuls les points comptent : juste à temps... Du rouge et du mauve. Le duel des Flandres Gand-Bruges laisse deux indécis (1-1) : Kouemaha place illico un but de jokari, MPH se défoule sur le ballon, avant que son double gazonné Thijs le rassure et remercie pareil D'Hooghe d'avoir jadis bloqué son transfert au Club. Comme chaque semaine les Gazelles terminent à dix : Lestienne expérimente le carton rouge comme vecteur rapide d'intégration. Encore un complot mauve ? En tout cas, sans avoir joué, le Sporting récolte. par erik libois