LUNDI 21 DÉCEMBRE DES CHIFFRES ET DES LETTRES, SELON ZENNER

C'est la rentrée. Le petit Steven retrouve la classe des grands : Defour reprend l'entraînement avec ballon, mais " recommencer contre Anderlecht sera trop juste ". A Anderlecht, Paul Taylor exhibe son savoir-faire acquis à Montegnée : petit pont, accélération, but. De Sutter claque trois caisses en... une minute : faut faire ça en match, Tommeke. Kouyaté découvre in extremis le foot à Noël : en conférence de presse, les journalistes l'informent qu'il y a encore trois matches à jouer avant le Nouvel An.
...

C'est la rentrée. Le petit Steven retrouve la classe des grands : Defour reprend l'entraînement avec ballon, mais " recommencer contre Anderlecht sera trop juste ". A Anderlecht, Paul Taylor exhibe son savoir-faire acquis à Montegnée : petit pont, accélération, but. De Sutter claque trois caisses en... une minute : faut faire ça en match, Tommeke. Kouyaté découvre in extremis le foot à Noël : en conférence de presse, les journalistes l'informent qu'il y a encore trois matches à jouer avant le Nouvel An. Stijn et Tomi pour le jardin. L'UEFA informe nos trois qualifiés européens que sans chauffage au sol, il faut prévoir un autre stade en cas de chute de neige : Bruges est embêté. Pas Stijn : le portier engueule les ouvriers communaux dont le mini-tracteur endommagerait la surface de jeu : - Fais-le toi-même, Stijn ! Au Kiel, on termine la pose des conduites au sol : le chauffage du terrain est quasi prêt. En attendant, le gardien Pacovski déblaie à la pelle la neige de son rectangle. A Anderlecht, il fait -5°... mais on arrose : c'est pour mouiller le terrain asséché par le chauffage du sous-sol. La chaudière pompe 500 euros par jour. Mal à l'aise, le Sporting fait livrer la nourriture prévue pour Anderlecht-Bruges (valeur 15.000 euros) à un orphelinat de Molenbeek et aux sans-abris de la gare du Midi. Ouf ! Alain, Antoine et les C4. De sa curatelle des Forge de Clabecq, Alain Zenner a gardé un petit c£ur : " Ma mission s'arrête ici, je n'aime pas distribuer les C4 ". Juste avant, le mandataire judiciaire a rendu son rapport au ministre Antoine : sauver Mouscron en D1 est impossible, le passif cumulé dépasse les 12 millions d'euros. La meilleure option est le redémarrage en D3 avec un autre matricule. Le Futurosport sera sauvé : les jeunes peuvent terminer la saison grâce aux 215.000 euros dégagés par le trio Dufermont-IEG-Communauté française. Pendant ce temps, certains joueurs vident déjà leur casier : Diakité ne veut plus " remettre les pieds dans ce club ". Jacky reste Jacky. Mathijssen veut déposer plainte contre Bruges, coupable d'avoir battu Lokeren avec des studs trop courts. Avant de se raviser. La méthode de l'intox n'a pas changé, d'autant que mercredi c'est Coupe... contre Bruges. Neige poudreuse. La Ligue pro reporte une nouvelle fois le vote d'exclusion de Mouscron. " L'Excel s'est exclu lui-même ", résume joliment le greffier du jour. Mais les clubs conviennent de ne pas sortir le moindre euro pour Mouscron au mercato. Jusqu'à quand la solidarité ? Roger Lambrecht promet d'aller en justice si les points acquis sur le terrain (six pour Lokeren...) sont retirés : " Et sept autres clubs me suivent ", tempête Gros Pneu. Mais pas Zulte Waregem : le président a rappelé son coach Dury à l'ordre. Pendant ce temps, les joueurs hurlus remplacent l'entraînement par... une bataille de boules de neige. Maxime Lestienne et Thomas Hovine se montrent les plus précis : le Futurosport assure une formation complète. Triste Belgique. Au GB Anvers, les joueurs se rassemblent au départ du bus : le club n'a pas reçu notification officielle du report au lendemain du match de Coupe à Gand. Le président local est furieux : " C'est De Witte qui a poussé pour faire remettre le match, du coup nos fans n'ont plus de car pour demain ". Jean-Marie Philips a pris la décision depuis Rome où il est en mission, et se fait tailler par son président du Comité sportif, qui travaille en journée au secrétariat... du GB Anvers : " Comme Berlusconi, Philips se croit tout permis, j'ai envie de lui envoyer... l'Atomium à la figure ! " L'arbitre du match qui avait jugé le terrain praticable ? " Geen commentaar ". Un peu plus tard, le maïeur de Waregem fait interdire le match contre le Cercle : les accès pour les services d'urgence sont enneigés, et les spectateurs pourraient tomber car les tribunes sont glissantes. Magnifique. Tout va très, très bien. A l'exception de qui vous savez, tous les clubs de D1 passent avec succès le contrôle trimestriel des licences. En D2, c'est moins jojo : seuls quatre clubs sont en boni, sept autres sont interdits de transfert (Antwerp, Liège, Renaix, Brussels, Beveren, Dender et Tubize). La dette globale de la série dépasse 41millions d'euros. Sinon, tout roule. Mieux que Romelu. Dans l'ombre du phénomène Lukaku, Mats Rits (GB Anvers) tape plus haut : il a réussi tous ses examens de Noël. Alors que Rom' passera les fêtes à bosser son anglais et ses maths. Tournai manège. Deux pour le prix d'un : le juge tournaisien attribue à André-Marie Verplaets et Geert De Mets l'insigne honneur de liquider l'Excelsior Mouscron. Un peu plus loin, le comité tournaisien met à l'ordre du jour un changement de nom du club : le matricule inclurait le terme Wallonie picarde, histoire d'attirer les sponsors mouscronnois... On ne perd pas de temps. Coupe-gorge wallon. La Coupe se calque sur le championnat : Standard, Charleroi et Mons, les Sudistes sont rayés du paysage. Battu à Sclessin par Courtrai (1-2), le Standard exhibe son allergie pour les compet' nationales, et Leekens sa capacité à remotiver les laissés pour compte : Capon et Benteke " la feignasse " (© Bölöni) ont marqué, Laszlo déguste jusqu'au bout. Verbauwhede nettoie ses studs sur la tignasse de Witsel : sept points de suture pour le Soulier d'Or. Qu'en pense Wasyl ? Contre Malines qui n'avait plus rien gagné depuis... mi-octobre, Charleroi perd le duel des bretelles dans les prolongations (2-5). Guédioura et Bia se fritent en public, Craig se casse la tête, et Renard se la fait presque arracher : fracture de la deuxième cervicale et saison terminée. Après le dos et l'épaule, l'année 2009 d'Oli gardera l'odeur des salles d'op. Enfin, Mons mène avant de se faire torcher à Westerlo, où T1 Caje avait promis congé à Noël en cas de succès (3-1) : ça, c'est de la motivation. L'Albert attend toujours un coach : un autre Albert ? Genk, total sinistre. Vercauteren avait sous-estimé le désastre : Genk se fracasse sur le Roulers de l'excellent El Gaaouiri et oublie aussi la Coupe (1-2). Pour le reste, c'est tranquille. Deux buts et un assist, De Sutter se réveille face à Dender (3-0), mais aurait pu en taper huit : crise de confiance encore patente. Le Club Bruges se paye Lokeren pour la deuxième fois en trois jours (2-1), et cette fois Jacky n'a pas zieuté les pompes adverses : Hoefkens (exclu) est le roi du pain, Kouemaha et Vargas les rois du patin. Les quarts proposeront le duel des Flandres contre La Gantoise, victorieuse en toute fin du GB Anvers (1-0). Il est né le divin enfant. Le soleil se lève sur la Palestine genkoise, le petit Jayden Robert Elija ouvre son premier £il : dans la famille Ogunjimi, on aime les noms à rallonge et très chargés. Le papa tient son prénom de Marvin Gaye. Vercauteren est très, très ému : son attaquant avait décliné sa sélection de Coupe pour raisons familiales... Maïeutique rouche. Thérapie de groupe à Sclessin : lendemain de défenestration, Bölöni réunit ses troupes et invite à l'accouchement des âmes. Conclusion du coach : " Même une qualification n'aurait pas rendu la confiance ". Mais de Camargo garde le moral : " Bölöni n'est pas Jésus, même avec un Dieu dans l'équipe on n'y arrive pas ". Qu'est-ce qu'on rigole. Pas de jingle bells. Les liquidateurs hurlus pratiquent l'humour noir : ils convoquent la presse à l'Hôtel Horizon de Ghislenghien... Ils veulent que les joueurs prestent, pour se mettre en vitrine et garder leur cote. Foie gras ou pâté de tripes ? Et qui joue la dinde ? Retour de la soupe populaire. Rassemblement de fans au GB Anvers : chacun reçoit une pelle toute neuve, et peut aider à ramasser la neige. Ceux qui tiennent jusqu'au bout reçoivent... une soupe. C'est beau le partage. Et le professionnalisme. Joseph à la crèche. Veillée de Noël chez les Jonckheere : pour la deuxième année de suite, Akpala se marre comme une bête, coupé de sa famille restée au Nigéria Joseph passe sa soirée chez son président... Carl Hoefkens attend toujours Madame restée aux Iles, mais débouche quand même une bonne bouteille : depuis l'Angleterre, il a ses habitudes avec le foot à Noël. Le Malinois Persoons pas encore : " Habituellement je m'enfile un festin cinq services, là ce soir c'est potage et pâtes à la dinde... " Noël camerounais chez les Nfor qui ont convié Kouemaha (Bruges), Ghomsi (Malines), Onana (Saint-Trond) et... le pâlot Miguel Dachelet. Sans doute une erreur d'aiguillage. Marche ou grève. Du neuf à Mouscron : soutenus par le syndicat Sporta, les joueurs essaient la grève de Noël, histoire de mieux faire passer le régime du pigeon. Ils dénoncent la manière de communiquer des dirigeants et les salaires non-payés. La direction menace de lourdes amendes ceux qui ne joueraient pas, voilà déjà quelques piécettes récupérées. Blessure de guerre. Sébastien Chabbert a mal à la cuisse : déchirure au quadriceps pour le colonel carolo. Craig fait chauffer le four : Baguette entre en cage. Mercato, bof bof. Sonck en a marre de compter les nervures du banc brugeois, et s'improvise T1 : " Moi, je ne pratiquerais pas la rotation, les joueurs perdent confiance ". Problème, Wesley : le coach, c'est pas encore toi. Sonck a une offre au Qatar, mais veut bien resigner à Bruges. " Mais minimum trois ans ". Sacré Wes'. Convoité par... Lokeren, Thomas Chatelle veut rester au Parc Astrid. Temps de jeu minime, mais bon salaire : le syndrome Kruiswijk ? A Zulte Waregem, Berrier est prêt pour le grand saut : " Je pars en cas de bonne offre, en janvier ou au plus tard en juin ". Vers Sclessin ? Herbert comme Albert II. Le jeune président de Genk se prend déjà pour le Roi : Herbert Houben délivre son message de Noël et promet des renforts et de l'ambition pour la saison prochaine. Le directeur général Dirk Degraen glisse qu'il y aura des renforts au mercato... hivernal. Rien de neuf au Racing : c'est toujours le bordel. De Bleeckere prépare le placard. Frank d'Audenarde a réservé un petit cadeau de Noël à Madame : " En 2011, je range mon sifflet, j'arrête l'arbitrage, je commence une nouvelle vie ". De Bleeckere aura atteint la limite d'âge internationale (45 ans) et ne se voit pas aligner les Westerlo-Charleroi. Faut pas déconner, quand même. Une étude statistique anglaise menée sur sept saisons de coupes d'Europe révèle que les arbitres belges sont les plus home-referees du continent : ils excluent un joueur local quatre fois moins souvent qu'un visiteur. Un rapport avec ta décision, Frank ? " Non. " Cot cot quotas. Ivan De Witte découvre la bassecour du foot wallon : vu la mort de Mouscron, il réfléchit à imposer des quotas de clubs par région, histoire d'assurer " l'équilibre du foot belge ". Le patron des pros appelle aussi les trois Régions à un refinancement du sport d'élite. De Witte bientôt en politique ? Foot citoyen. Ce week-end, la D1 lutte " pour un monde meilleur ". Chaque équipe range son sponsor durant 45 minutes au profit d'un maillot militant. Aux guichets, un euro par ticket file à l'association SOS Village Enfants. " Il est temps que le foot dépasse ses petits privilèges ", commente Ivan De Witte. Pas faux. Le peuple vaincra. Deux heures avant de croiser le Courtrai de Leekens, les joueurs hurlus rencontrent enfin le duo chargé de les " liquider " : pas question de jouer, la grève est confirmée. 0-5 et risque calculé : au prochain forfait, l'Excel est rayé du classement. Anderlecht confirme son intérêt pour Maxime Lestienne. Pendant ce temps, le Standard retrouve le goût perdu du succès contre Lokeren (2-0) : Witsel et de Camargo ont assuré en 75 secondes, vivement l'année nouvelle. Roger Lambrecht est tout penaud : " Si Lokeren descend, j'arrête comme président. " Chaud devant ! Scottish Zebras. Derby nord-vénitien, comme chaque fois, le Cercle tourne en rond : comme à l'aller, le " seul vrai club de la Ville " ouvre le score, puis se fait dépasser (2-1). Sonck est passé par là, et aura enfourné trois des cinq roses urbaines du Club en 2009-10. Au GB Anvers, Genk aligne enfin un vrai gardien (Köteles) mais s'incline sur un but de Dosunmu : neuf ex-Miniers ont battu les actuels (1-0). Contre les façadistes roulariens, Charleroi façon Craig gagne pour la première fois en 15 semaines : Habibou a doublé avant que Christ célèbre sa propre fête, entre la vache et l'âne roulariens (3-0). Champions du Monde ? C'est permis aux meilleurs, Mignolet se paye un jour sans, mais c'est contre Malines : victoire de Saint-Trond (5-2). Tournée générale de bûche : le public local a vu sept buteurs différents et trois exclusions ! String Party. Steven Defour raconte ses longues journées de revalidation : " Après une session d'autographes j'ai retrouvé un string (avec numéro de Gsm) accroché au rétroviseur de mon auto ; je l'ai jeté, il m'empêchait de voir à l'arrière car il était... trop grand. " Quelles nouvelles d'Irène ? Genk kippour. Après Barda et le fugace Itzakhi, Genk reprend le chemin de la Terre sainte : il convoite deux avants d'Hapoel Tel-Aviv, le Ghanéen Yeboah et le local Itay Shechter, trois fois international et une fois... en taule pour un présumé vol à l'étalage. L'autre Mouscron. Cela sent le pâté pour l'Antwerp, dans la mouise financière. Le maïeur de la Métropole Patrick Janssens conseille Eddy Wauters : " Mettez le club en liquidation, et repartez sainement en D3. " Si même les mandataires publics fourguent les ficelles... Boss à la rue. Avant-dernier en D2, Beveren vire son coach Jan Boskamp : drôle de Noël pour le King de la dame blanche. Noël au balcon, sommet de patrons. Six succès de rang gantois et huit côté anderlechtois : la bataille des serial-winners accouche d'un dos-à-dos et d'une vraie querelle de styles (2-2). Quintaux et nasaux au vent, les Buffalos imposent leurs phases arrêtées, tandis que les Bruxellois sortent leurs traits mouchetés : les pognes de Maric et Coulibaly valaient bien le tourniquet signé Legear et l'enchaînement talonnade-centre-volée haute du trio Van Damme-Kanu-De Sutter. Torché par Lepoint, Biglia a frôlé le sort de Wasyl : péroné et cheville touchés. En tribune, les 10.000 Pères Noëls improvisés ont failli vomir leurs vin et marrons chauds. En clôture, le duel des clubs-modèles a souri à Zulte Waregem : Frank Berrier a joué son Ribéry et trompé Westerlo d'un but de classe (1-0). Avant l'envol ?l par erik libois (aussi sur vivacité et www.rtbf.be/sport)